Connectez-vous
NDARINFO.COM
NDARINFO.COM


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

"Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien". Par Dr Léopold Mougabie BADIANE

Mercredi 1 Mai 2019

"Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien". Par Dr Léopold Mougabie BADIANE
Ce n’est que mon silence que je voudrai partager dans la quête d’une résolution non fâcheuse des difficultés que nous rencontrons dans notre chère Institution.
Comment allons-nous arriver à faire en sorte que les liens familiaux tissés depuis des générations soient préservés ? Question à 100 points.

Quel est le véritable problème de notre Université que nous ne cessons de trainer comme le Christ avec sa croix depuis des années ? 

« Si ton frère se rend coupable, parle lui sérieusement. Et s’il regrette son acte, pardonne-lui. S’il se rend coupable à ton égard sept fois en un jour et que chaque fois il revienne te dire : ʻ‘ Je le regrette’’, tu lui pardonneras. » Luc 17, 1-4.
Quand il y a une revendication posée, ne prenons pas de solutions hâtives !

C’est pourquoi, en ce temps béni de Carême, je prie solennellement toutes les parties : Etudiants, Enseignants, PATS, RECTORAT, CROUS, de cultiver le climat d’apaisement et non de soulever de la poussière alors que nous en avons déjà assez, de trouver des solutions modérées. 

Dans cette institution, chaque représentation à droit à une grève d’autant plus que chaque corps a son lot de problèmes ; sauf que Personne ne cautionne la violence. De ce qui se passe aujourd’hui, les différentes parties ont contribué chacune à jouer négativement dans la gestion des revendications, ce qui nous plombe jusque-là. Attention à ne pas frustrer même ceux qui nous soutiennent, nous défendent ! 

« Il est inévitable qu’il y ait des faits qui entrainent les hommes à pécher. Mais malheur à celui qui en est la cause ! Il vaudrait mieux pour lui qu’on lui attache au cou une grosse pierre et qu’on le jette dans la mer (…) Prenez bien garde !
Luc 17, 1-4


Pour en revenir à la crise des étudiants, si nous écoutons attentivement les points à l’origine de la grève, je trouve qu’ils ne sont pas impossibles à résoudre, juste des efforts à faire et nous reprendrons cette belle cohabitation tant magnifiée gage des résultats toujours plausibles de notre université malgré les difficultés.

A tous les représentants de syndicats, aujourd’hui, c’est vous l’élu, demain vous ne le serez plus, que présenterez-vous comme bilan à la fin de votre mandat ? Souvent, à la fin de mandat, vous avez tellement mal géré que vous ne pouvez même pas regarder les autres des yeux et vous devenez tellement petit que vous n’arrivez même pas à sortir par la petite porte trop étroite pour vous.

« Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre. » 
Jean 8, verset 7 :


Nous avons des spécialistes en solutions irréfléchies quand il y a des crises, qui, de par leur solution ne pensent qu’à eux et non à l’intérêt général. A la fin de la crise, allez-vous pouvoir regarder en face ces gens que vous insulter, bousculer, traiter de sauvages et j’en passe ?

Certains également aiment parler quand il y a événement et le plus souvent sans réfléchir vraiment à ce qu’ils disent ou à ce que nos paroles vont produire sur mon interlocuteur, parler, parler, parler comme si on a la diarrhée de la parole sans mots d’une grande importance. Prenons le temps de réfléchir calmement !

« Si ton frère se rend coupable à ton égard, va le trouver seul à seul et montre-lui sa faute. S’il t’écoute, tu auras gagné ton frère. Mais s’il refuse de t’écouter, prends une ou deux autres personnes avec toi afin que, comme le dit l’écriture, toute affaire soit réglée sur le témoignage de deux ou trois personnes « … », et s’il refuse de t’écouter et de les écouter, considère-le comme un incroyant ou un collecteur d’impôts. » 
Mathieu 18, verset 15-17


Si un problème surgit dans une famille comme chez Gaston Berger où c’est le fils ainé qui a fauté, comment résoudre le problème ? les parents vont-ils se retrouver pour une décision d’exclusion du fils de la maison pour donner la leçon aux jeunes frères et sœurs ? Dans tous les cas, la décision à prendre aura forcément des impacts sur la survie de la famille et des liens de parenté.

Que deviendra, au cas où, ce fils ainé chassé de la maison par colère ? Est-ce que cela fera que le cadet n’aura pas vu en vous le méchant père et vous en vouloir ? La maman, de par le lien ombilical, ne va-t-elle pas faire volte-face et changer de position d’autant plus que quoi qu’il en soit, c’est son fils ainé ?

Evitons de vouloir résoudre nos problèmes quand on est en colère !
Evitons de vouloir résoudre les problèmes en indexant l’autre !

« Père pardonne leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. » 
Luc 23, 34


« QUE CELUI QUI A DES OREILLES ENTENDE ! »

Par Dr Léopold Mougabie BADIANE

 


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par Raymond Manga le 06/05/2019 20:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est bien dit mon frère pan diak

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.