Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Vive colère des travailleurs de la Chambre de Commerce de Saint-Louis : la mauvaise gestion de Cheikh SOURANG décriée (vidéo)

Vendredi 18 Janvier 2019

Rien ne va plus à la chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Saint- Louis si l’on se fie à Boubacar Lom secrétaire national chargé du contentieux et des affaires juridiques de la FGTS / B dirigée par Sidiya Ndiaye, venu dans la ville expressément pour des affaires de licenciement, de demande d’explication et d’emprisonnement contre des employés, défrayant la chronique dans la cité ancienne. Il juge la situation abracadabrante. En effet l’institution des opérateurs économiques de Saint- Louis est sur la sellette depuis quelques mois.

« Le Président fait ce que bon lui semble et nous pensons que c’est à l’Etat notamment le ministre de tutelle de prendre ses responsabilités » a dit M. Lom car à l’en croire les travailleurs sont des êtres humains, des responsables de familles. Et il fait une révélation « ces travailleurs sont restés des mois sans salaire et dés fois ils sont payés à compte-goutte ».

Les syndicalistes de préciser que le Président Cheikh Sourang a attendu la tenue de la 1ere foire internationale de Saint- Louis pour payer quelques mois.

« Son objectif était de museler ces travailleurs mais qu’il sache que c’est peine perdue » ont- ils avancé. Et ils l’avertissent : « il aura en face de lui tout le syndicat et nous allons bientôt descendre à Saint- Louis pour une marche ».

Boubacar Lom d’exprimer toute sa désolation de voir la secrétaire générale de la chambre de commerce d’être licenciée par le Président. « Ce licenciement est arbitraire » a-t-il dit. Selon Boubacar Lom, Cheikh Sourang l’a licencié sans l’avis du ministre du commerce.

« Il a abusé de son pouvoir » a-t-il martelé. Revenant sur les raisons, les syndicalistes ont avancé que le Président voulait lui faire signer des papiers administratifs, financiers et des plaintes que la secrétaire générale a catégoriquement refusé. D’ailleurs le comptable Alassane Fall a été placé sous mandat de dépôt pour « détournements de deniers publics par le Président et non pas par la chambre » .


« C’est une affaire qui remonte de la gestion de Feu Abibou Diéye à l’époque Président de la chambre en 2008 , alors que lui il n’était que membre » a expliqué Boubacar Lom. Mais à l’en croire Cheikh Sourang qui « est un président intérimaire et non effectif » ne peut pas pardonner au comptable d’avoir syndiqué les travailleurs à la FGTS.

« Il oublie qu’il traine des casseroles et que s’il nous déclare le combat il aura la guerre » a lancé Boubacar Lom. Dans ses explications il est revenu aussi sur les motivations de la distribution des demandes d’explication distribuées à certains travailleurs . Pire, « abusant de son pouvoir et ne se fiant pas du code travail il amène un huissier pour constater les retards et absences tous les jours » a-t-il dit.

>>> La réponse de SOURANG ...

Face à ces accusations le Président de la chambre de commerce a fait face à la presse pour apporter des éclaircissements. D’abord il soulève le licenciement de la secrétaire générale Madame Dia née Penda Sow soulignant que cela a fait suite à un dossier motivé qu’il a soumis au ministre du commerce. « Je me suis référé à l’article 55 qui régit les chambres consulaires ».

Cheikh Sourang reproche dans la lettre à son ex désormais secrétaire général : absence de rapports trimestriels pour les membres de la chambre , rétention d’informations , mauvaise manière de servir et acte de défaillance , retards et absences . Constats d’huissier à la main, le Président de la chambre de commerce précise que c’est un huissier qui a fait les constats. Et « le ministre a pris l’acte numéroté 31 Octobre 2018 mettant fin à sa fonction, elle a fauté et elle a été démise de son poste de responsabilité » a-t-il dit.

Ensuite pour l’emprisonnement du comptable, Cheikh Sourang a constaté que de 2008 à 2013 la somme de 8 millions 370 mille francs, provenant de la location d’un hangar à l’hydrobase appartenant à la chambre, n’a pas été versée dans les comptes. « Une lettre lui a été adressée pour des explications mais le comptable a reconnu avoir encaissé l’argent et déposé aux comptes des banques ECOBANK et BICIS, mais hélas rien n’a été fin. A la suite il a avoué détourner l’argent. » a-t-il expliqué. Et toujours selon lui, le comptable a refusé de payer par moratoire la somme due . M. Sourang de dire que c’est à la suite d’une réunion élargie qu’il a eu l’aval de déposer une plainte contre le comptable.


« J’ai eu carte blanche des membres de la chambre » a-t-il bien précisé. Pour les demandes d’explications servies aux travailleurs le Président soutient que ces derniers passent leur temps à encaisser l’argent des registres de commerce.

« Le matin, ils viennent déposer leurs sacs et vont au tribunal pour faire autres choses, alors j’ai pris la décision de leur servir des demandes d’explication et ceux qui ne veulent pas travailler vont partir, je les ai tous servi des lettres de mise à pied » s’est-il défendu. Enfin sur les salaires non payés, Cheikh Sourang précise que la chambre n’a pas encore reçu le quatrième trimestre. « Les ressources additionnelles qui pouvaient soutenir ce manque ont été détournées par ces gens-là » a-t-il accusé.

 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.