Connectez-vous
NDARINFO.COM | Les News du Sénégal et de l'Afrique
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

1ère édition du Festival "Autour des cordes" - Du 29 au 31 octobre 2021 à Saint-Louis

Lundi 18 Octobre 2021

Selon le Fondateur, Abdoulaye Cissokho, chanteur et koriste de jazz, « Au tour des cordes » se déroulera du 29 au 31 octobre dans l'ancienne capitale de l'Afrique occidentale française (Aof), ville où réside ce joueur de kora mandingue, très célèbre, depuis une trentaine d'années et qui présente de multiples atouts grâce à sa position géographique, historique et culturelle. L'évènement va se tenir dans différents lieux de la ville, que ce soit des espaces fermés pour des concerts plus intimistes ou des espaces en plein air pour rallier un plus grand public. Notamment, au centre culturel français de Saint-Louis, au lycée Ameth Fall et à l'école Abdou Diouf du Nord de l'île. Désormais, la vieille cité va vibrer chaque année, intensément, avec le Festival international de jazz, le festival « Métissons » et celui que ce koriste vient d'initier... ..


Saint-Louis-Les sites historiques qui font la richesse de Saint-Louis vont être privilégiés. Ainsi, le public pourra découvrir ou redécouvrir le charme de cette ville à l'histoire si riche, tant appréciée par les locaux que les touristes. L'objectif est d'implanter des rencontres dans la durée, de créer un rendez-vous annuel incontournable.

Il a précisé que la programmation comporte une diversité d'activités allant de résidences de création pour les musiciens invités à des concerts, en passant par des ateliers offerts au public et des moments de rencontres et de discussions avec les artistes. Une place de choix va être faite aux musiciennes, dont l'apport est très important dans maintes traditions musicales du monde.

Il a fait savoir que les résidences vont débuter en amont de l'événement, pour donner le temps aux musiciens de développer des projets qui seront dévoilés dans le cadre de concerts officiels.

Présentation des artistes invités

Les artistes invités sont Sona Jobarteh (Gambie/Angleterre), qui est la première femme professionnelle virtuose de la Kora issue de l'une des dynasties de griots d'Afrique de l'Ouest. Sa lignée a une formidable réputation auprès de maîtres de Kora renommés, dont les plus notables sont son grandpère Amadu Bansang Jobarteh et son cousin, le légendaire Toumani Diabaté. Sona est réputée pour son talent d'instrumentiste, sa voix distinctive, ses mélodies contagieuses et sa grâce sur scène, et elle a rapidement obtenu un succès international en tant qu'interprète de première classe.

Didem Basar

Didem Basar (Turquie/Canada), est née dans une famille imprégnée de musique. L'interprète de kanun (cithare turque) et compositrice Didem Başar débute ses études en musique au Conservatoire d'État de musique turque de l'Université technique d'Istanbul à l'âge de onze ans. Après avoir complété le programme du Conservatoire en kanun, elle poursuit sa formation dans la même institution et obtient un diplôme de premier cycle en composition. Son intérêt pour l'étude des effets de la musique sur la société l'a ensuite amenée à effectuer une maîtrise en analyse de la musique mevlevi à l'Université de Marmara.

Kiya Tabassian

Kiya Tabassian (Iran/Canada) est Virtuose du sétar et compositeur acclamé. Il s'est taillé une place privilégiée sur la scène musicale internationale avec son ensemble Constantinople et également en tant que soliste. Passé maître dans les métissages et les rencontres musicales, il parcourt les cinq continents pour présenter ses créations et sa musique sur les scènes du monde entier. À 14 ans, Kiya Tabassian émigre avec sa famille au Québec, emmenant avec lui quelques années de formation en musique savante persane et un début de carrière sur la scène musicale iranienne. Déterminé à devenir musicien, compositeur et plus largement passeur de mémoire, il poursuit sa formation en musique persane en qualité d'autodidacte et rencontre autant que possible Reza Gassemi et Kayhan Kalhor.

Mohammed Abozekry

Mohammed Abozekry (Egypte), à l'âge de 11 ans, suit quatre ans durant, l'enseignement du maître du oud iraquien Naseer Shamma, ainsi que celui des égyptiens Hazem Shaheen et Nehad El Sayed. Depuis 2005, dès l'âge de 13 ans, il a commencé à partir en tournée avec l'Orchestre d'Orient dirigé par Naseer Shamma en Egypte et au Moyen-Orient. Début 2007, il obtient à 15 ans, avec "prix d'excellence", le diplôme de soliste et de professeur de la très réputée Maison du Luth Arabe (Beit El Oud) du Caire. Il devient le plus jeune professeur de oud du monde arabe.

Hervé Samb

Hervé Samb (Sénégal) Guitariste virtuose, compositeur original et arrangeur, producteur respecté, est un artiste, musicien de gros calibre et de renommée internationale, très charismatique. Il s'est imposé comme un musicien exceptionnel dans le monde entier, avec de nombreux artistes célèbres tels que Marcus Miller, Oumou Sangaré, Salif Keïta, et tant d'autres. Il est occasionnellement directeur artistique pour des artistes de renom tels que Kelly lee Evans, Somi et Lisa Simone, pour n'en citer que quelques-uns. Ses quatre précédents albums en tant que leader ont tous été salués par le public et la critique internationale : CROSS OVER (2009), KHARIT (2012), TIME TO FEEL (2013) et TERANGA (2018) à travers lesquels il confirme un style unique, le « Jazz Sabar ».

«Le Duo impressionniste » (France) est né de la rencontre d'une harpe celtique et d'une guitare basse mais surtout de Katell et de Matthieu. L'une est circassienne acrobate et harpiste que l'on a pu voir dernièrement accrocher les nuages à sa poitrine dans Crash Again. L'autre est musicien, compositeur, auteur et interprète. Toujours à tendre et à détendre les vibrations de notre espacetemps avec toutes les cordes à sa portée. On le retrouve aussi dans Crash Again aux côtés de Katell. C'est à deux qu'ils composent et qu'ils jouent. Leurs voyages, les explorations de leur terre et rencontres fortuites sont les sources où s'alimentent la chaleur et la caresse fabuleuses de leurs partitions.

Hadar Halevy

Hadar Halevy (Israel/Italie), la mezzo-soprano d'origine israélienne s'est fait remarqué au Festival de Wexford en 2002 dans le rôle de Bianca dans IL GIURAMENTO de Mercadante. Depuis, elle a été entendue dans le monde entier, notamment au Deutche Oper Berlin, au Semper Oper Dresden, à l'Opéra d'État de Hambourg, au Teatro Carlo Felice de Gênes, au Tatro Massimo de Palerme, à l'Opéra de San Francisco, au Teatro Regio de Turin, au Teatro dell'Opera di Roma, au Théâtre Royal de la Monnaie, à l'Opéra de Francfort, à l'Opéra de Cologne et dans de nombreux autres théâtres.

Charbel Rouhana

Charbel Rouhana (Liban), l'un des meilleurs joueurs de oud au Liban, est né en 1965 à Amchit, ville au nord de Beyrouth. Il a poursuivi ses études de musique à la Faculté de musique de l'Université SaintEsprit de Kaslik au Liban et a obtenu son diplôme au oud en 1986 et sa maîtrise en musicologie en 1987. L'une des principales réalisations de Charbel est d'avoir développé une nouvelle méthode de jeu au oud. Cette méthode a été publiée et adoptée par le Conservatoire National de Musique ainsi que par la même faculté qui l'a diplômé, où il enseigne d'ailleurs depuis 1986. Charbel a été membre de l'ensemble Al-Mayadine pendant les années 1980, jouant alors aux côtés de Marcel Khalifa.

Mariaa Siga

Mariaa Siga (Sénégal), de sa Casamance natale jusqu'à l'Europe, Mariaa Siga a connu depuis 10 ans une trajectoire fulgurante. Des premiers concours d'artistes au Sénégal jusqu'à The Voice en France en passant par le One Riddim Contest du label reggae Baco Records, cette jeune artiste a gravi les échelons avec une incroyable maturité. Il faut dire que sa voix et son approche musicale se révèle à merveille sur les rythmes diolas tout autant que sur les inspirations blues, folk-jazz voire les envolées roots-reggae. La palette large d'une world-music de qualité. En acoustique ou électrique, Mariaa Siga sait placer ce timbre vocal profond et évocateur qui résonne comme le grand marqueur des musiques d'Afrique de l'Ouest.

Christian Obam

Christian Obam (Cameroun), tout petit, de son nom complet OBAM EDJO'O JEAN - JACQUES CHRISTIAN se découvre un ardent appétit pour la musique. Dès l'âge de cinq (5) ans, il étudie le piano, ce qui le conduit au fil des années, à découvrir d'autres instruments dont la basse depuis l'âge de 10 ans et plus tard encore la guitare. Originaire du Cameroun, Christian Obam est un virtuose de la guitare basse qui séduit sur scène mais aussi dans l'univers musical de ses compositions.

Constantinople (Canada) est un ensemble musical qui a choisi de faire du voyage son fondement - voyage géographique, historique, culturel, intérieur -, de s'abreuver à toutes les sources et de viser les horizons lointains. Empruntant son nom à l'ancienne cité phare éclairant l'Orient et l'Occident, l'ensemble a été imaginé comme un espace de rencontres et de métissages par son directeur artistique Kiya Tabassian et fondé en 2001 à Montréal.

Kane Diallo Welma Kane Diallo NIANG alias Kane Diallo Welma est un jeune artiste sénégalais né à Dakar le 20 Décembre 1990 à Dakar. Fils de Feu Mbassou Niang ancien chanteur qui fut par la suite manager de Baaba Maal. Il fut naturellement bercé dans la musique. Le jeune Kane Diallo fit ses études qu'il arrêta en classe de seconde pour suivre d'une formation en infographie et montage. C'est en 2010 qu'il sera connu du grand public lors d'une appari- tion télévisée en compagnie de son défunt Père, qui comme par prémonition était venu le présenter au public puisque qu'il tirera sa révérence une année plus tard.

Moussa Ngoni, de son vrai nom Moussa Kanouté, est un malien né à Sékora, un village de la région de Kayes au Mali. Il maîtrise le ngoni, instrument typique d'Afrique de l'Ouest composé d'une caisse de résonance en bois et de quatre cordes. Cet héritage est venu de son grand-père, Djeli Baba Kanouté, malheureusement décédé et Moussa a donc été confié à celui qui deviendra son maître, Baba Koné.

Les enfants de la kora (Sénégal) sont de futurs grands maîtres de la kora. Avec l'appui et le soutien de la BICIS, la Fondation BNP PARIBAS, les enfants sont initiés à l'apprentissage de la Kora depuis plusieurs années. En effet, ils fréquentent l'école de Kora KORDABA ouvert en 2015 par monsieur Ablaye CISSOKO à Saint-Louis du Sénégal. Ce dernier les encadrent et les assistent pour en faire de futurs grands maitres de la Kora. C'est dans cette dynamique qu'après plusieurs années de travail, les enfants de la Kora feront leur première sortie lors de la première Edition du festival Au Tour des Cordes.

Fenêtre sur le Fondateur de ce festival

Le Fondateur et Joueur de kora, le Sénégalais Ablaye Cissoko, de son vrai nom Kimintang Mahamadou Cissoko, se tient aux confluents de la musique africaine et du jazz. Après des débuts avec le Saint-Louis Jazz Orchestra, il a sorti son premier album Diam en 2003, puis Le Griot Rouge en 2005, ce qui a alors établi sa renommée à l'étranger.

Ablaye s'est en outre nourri de multiples collaborations avec des artistes comme le trompettiste allemand Volker Goetze, le multi-instrumentiste marocain Majid Bekkas, le batteur de jazz Simon Goubert et l'ensemble canadien Constantinople. Ce sont toutes ces rencontres qui lui ont donné l'idée d'un festival où les artistes pourraient échanger, travailler ensemble et s'apprendre les uns les autres à propos de leurs instruments et traditions respectives.

Dans Le fagot de ma mémoire, Souleymane Bachir Diagne, cité par ce koriste, dit que Saint-Louis « est connu pour être pluriel dans son histoire et les cultures dont la ville a reçu les multiples empreintes, africaines et française, anglaise un moment, arabe, dans un emmêlement de toutes ces identités à la fois et des hybridations qu'elles ont engendrées ».

En effet, a-t-il précisé, cette ville est porteuse d'une histoire particulièrement féconde et culturellement composite, qui constitue un levier naturel dans la stratégie nationale de faire du Sénégal un centre majeur d'expression des humanités. De telles richesses et diversités du patrimoine naturel, matériel et immatériel s'avèrent d'un intérêt exceptionnel dans l'histoire du genre humain. Une raison largement suffisante pour convoquer le monde entier le temps d'un festival dédié aux arts et aux patrimoines.

A l'échelle des populations locales, le festival Au tour des cordes, selon Ablaye Cissokho, est une réponse à la nécessité pour les populations de s'approprier leur ville par la dimension culturelle. Une ville qui ouvre sur un monde continental, insulaire et outre Atlantique. Le temps d'un weekend les cordes vibrantes et mélodieuses deviennent les ponts entre différents lieux et des époques. Plus qu'un simple événement, Au tour des cordes est d'abord un rendez-vous international qui place la protection et la promotion des patrimoines musicaux du monde et, en même temps, des diverses expressions de la culture Saint-Louisienne.

LE SOLEIL