Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

DOHA : Appel à une synergie internationale pour lutter contre l'impunité

Mardi 23 Avril 2019

DOHA : Appel à une synergie internationale pour lutter contre l'impunité
Doha - Le Premier ministre et ministre de l'Intérieur, Cheikh Abdullah bin Nasser bin Khalifa al Thani, a ouvert la Conférence internationale sur les mécanismes nationaux, régionaux et internationaux pour lutter contre l'impunité et garantir la responsabilité en vertu du droit international, à Doha.

Organisée par le Comité national des droits de l'homme (CNDH) en partenariat avec le Parlement européen, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme et l'Alliance mondiale des institutions nationales des droits de l'homme, la conférence a appelé à des efforts concertés pour mettre fin à l'impunité, faire respecter l'état de droit. loi et punir les auteurs.

La guerre en Syrie et au Yémen figuraient en tête de l'ordre du jour des orateurs venus de 250 organisations internationales différentes.

Le Dr Ali bin Smaikh al Marri, président de la NHRC, a déclaré que la conférence se déroulait à un moment difficile et qu'il était urgent de défendre les droits des victimes par le biais d'une législation et de mécanismes visant à prévenir les violations des droits de l'homme.

Il a déclaré que la participation de plus de 250 organisations internationales et de représentants de ministères, de centres de recherche et d'experts témoignait de l'importance que la communauté internationale attachait à la lutte contre l'impunité.

"Cette conférence est la première du genre dans la région. Elle reflète la ferme volonté du Qatar de rétablir la paix et d'apporter réparation aux victimes, où qu'elles se trouvent", a-t-il déclaré.

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a déclaré que la responsabilisation et la fin de l'impunité devaient être une priorité pour la communauté internationale.

«Les griefs des sociétés en conflit ou confrontés à des régimes autoritaires doivent être résolus… Alors que le chemin qui mène à la justice peut être semé d'embûches, il est indispensable que les sociétés se guérissent véritablement. Diverses expériences ont démontré que sans justice, la paix reste une illusion. L’affirmation de la responsabilité et la lutte contre l’impunité sont des conditions préalables à une paix durable », a indiqué Bachelet.

Catherine Marchi-Uhel, présidente du Mécanisme international impartial et indépendant chargée d'aider aux enquêtes et aux poursuites des personnes présumées responsables des crimes les plus graves commis en Syrie, a déclaré que les victimes de la plupart des conflits dans le monde n'avaient pas été en mesure d'obtenir les informations requises Justice. «Nous sommes ici aujourd'hui pour examiner les mécanismes permettant de réduire les violations des droits de l'homme et la lutte contre les atrocités en cours dans le monde», a-t-elle déclaré.

Uhel a souligné que le conflit en Syrie est le mieux documenté depuis la Seconde Guerre mondiale, notant que la situation en Syrie est passée d'un mouvement de protestation pacifique à un conflit armé terrifiant.

Le président de la sous-commission des droits de l'homme du Parlement européen, Antonio Panzeri, a déclaré que la mise en place du principe de responsabilité comme pilier central de l'architecture de la justice internationale sera le facteur le plus important pour gagner la lutte contre l'impunité pour les violations graves des droits de l'homme et du droit humanitaire. .

" La communauté internationale a besoin d'un regain de vigueur et d'unité pour guider la lutte contre l'impunité en ces temps préoccupants pour l'humanité", a-t-il ajouté.

Le président de l'Alliance mondiale des institutions nationales de défense des droits (GANHRI), Carlos Negret Mosquera, a déclaré que le manque de justice et les difficultés de son administration entraînaient des violences, des sociétés fragiles, un manque de confiance en des institutions, des violations des droits de l'homme et du ressentiment. l'ordre social.

La protection des droits de l'homme est une obligation qui nécessite des efforts de la part des différentes parties prenantes et institutions sociales, a-t-il déclaré, ajoutant que cela impliquait de garantir un accès adéquat à la justice pour lutter contre la corruption et garantir pleinement un Etat social.

De plus, Paulo Sergio Pinheiro, président de la Commission d'enquête indépendante des Nations Unies sur la Syrie, a déclaré que plus de 70 000 violations des droits de l'homme avaient été enregistrées en Syrie et que certaines des violations commises en Syrie avaient atteint le niveau de crimes de guerre, soulignant la responsabilité et la poursuite des responsables de ces violations représentent un modèle pour l'échec de la communauté internationale dans son ensemble.
Il a déclaré que certains pays avaient commencé à réfléchir à des moyens novateurs, ce qui a abouti à la décision des Nations Unies en 2016 d'établir un mécanisme neutre et indépendant pour traiter les violations des droits de l'homme, une étape cruciale pour établir les fondements de la justice et garantir la collecte des preuves. traités conformément aux normes pénales internationales.

Par ailleurs, Simon Adams, directeur exécutif du Global Center for Protection Responsibility, a déclaré que l'impunité était l'une des causes principales de la violence et des crimes de guerre et que le manque de justice pour les auteurs présumés était contagieux.

Adams a souligné la nécessité de déployer des efforts internationaux concertés pour empêcher que de tels incidents ne se reproduisent, comme ce fut le cas en Syrie où le régime syrien a lancé des attaques chimiques contre des civils en 2013 et n'a pas été poursuivi pour le crime commis après.

IN ENGLISH

Prime Minister and Minister of Interior HE Sheikh Abdullah bin Nasser bin Khalifa al Thani opened the International Conference on National, Regional and International Mechanisms to Combat Impunity and Ensure Accountability under International Law, in Doha on Sunday.

Organised by the National Human Rights Committee (NHRC) in partnership with the European Parliament, the United Nations High Commissioner for Human Rights, and the Global Alliance of National Human Rights Institutions, the conference called for concerted efforts to end impunity, enforce the rule of law and punish the perpetrators.
The war in Syria and Yemen were on top of the agendas of the speakers who came from 250 different international organsiations.

NHRC Chairman HE Dr Ali bin Smaikh al Marri said the conference is taking place at a difficult time the world is going through and there is an urgent need to support the rights of victims through legislation and mechanisms to prevent violations of human rights.

He said participation of more than 250 international organisations and representatives of ministries, research centres and experts demonstrated the importance the international community attaches to combating impunity.
“This conference is the first of its kind in the region, which reflects the strong will of Qatar to establish peace and provide redressal of grievances to the victims wherever they may be,” he said.

United Nations High Commissioner for Human Rights Michelle Bachelet said achieving accountability and ending impunity must be a priority for the international community.

“Societies that undergo conflicts or face authoritarian regimes must have their grievances addressed… While the road towards justice may be fraught with challenges, it remains indispensable for societies to truly heal. Various experiences have demonstrated that without justice, peace remains an illusion. Asserting accountability and countering impunity are preconditions to sustainable peace,” Bachelet said.

Catherine Marchi-Uhel, President of the International Impartial and Independent Mechanism to assist in the investigation and prosecution of persons responsible for the most serious crimes committed in Syria, said the victims of the most conflicts around the world have not been able to obtain the required justice. “We are here today to look into mechanisms to reduce human rights violations and the fight against ongoing atrocities around the world,” she said.
Uhel stressed that the conflict in Syria is the best documented since World War II, noting that the situation in Syria has shifted from a peaceful protest movement to a terrifying armed conflict.

Chair of the European Parliament Subcommittee on Human Rights Antonio Panzeri said the establishment of the principle of accountability as a central pillar of the architecture of international justice will be the most important factor in winning the fight against impunity for serious violations of human rights and humanitarian law.
The international community needs a renewed sense of vigor and unity to guide the fight against impunity in these worrying times for humanity, he added.

Chair of the Global Alliance of the National Rights Institutions (GANHRI) Dr Carlos Negret Mosquera said the lack of justice and difficulties in its administration lead to violence, fragile societies, lack of trust in institutions, human rights violations, and resentment, and disturb the social order.

The protection of human rights is an obligation that requires efforts by different social stakeholders and institutions, he said, adding that this implies ensuring adequate access to justice to fight corruption and fully guarantee a welfare state.
Moreover, the Head of the UN Independent Investigation Commission in Syria, Paulo Sergio Pinheiro, said more than 70,000 human rights violation were recorded in Syria and some of the violations committed in Syria reached the level of war crimes, pointing out that the continued non-accountability and prosecution of those responsible for the violations represents a model for the failure of the international community as a whole.

He said some countries had begun to think of innovative ways, which resulted in the United Nations decision in 2016 to establish a neutral and independent mechanism to address human rights violations, a crucial step in laying the foundations for justice and ensuring that evidence is collected and dealt with in accordance with international criminal standards.

Besides, Simon Adams, Executive Director of the Global Center for Protection Responsibility, said that impunity is one of the main causes of violence and war crime, and that the lack of justice for perpetrators is contagious for other to commit the same crimes. 

Adams noted the necessity of concerted international efforts to prevent such incidents from repeating such as occurred in Syria where the Syrian regime launched chemical attacks on civilians in 2013 and was not prosecuted for the crime afterwards, which made them repeat the same chemical attacks six times after the absence of a real deterrent. He also urged the US and the UK to stop selling weapons to the parts of struggle in Yemen who committed documented war crimes.

Hisham Aljundi
Doha

 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.