Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Danger dans certaines écoles publiques de la Commune de Saint-Louis

Mercredi 12 Février 2020

Depuis plusieurs années les autorités de la commune de saint louis observent certains établissements publics en état de dégradation très avancé s’écrouler sous le poids de l’âge. Ce manquement est d’autant plus grave qu’il urge de convoquer le conseil municipal pour examiner ensemble les solutions à prendre pour remettre en bon état ces établissements qui tombent en ruine sous le regard impuissant de nos autorités.                                   

Monsieur le Maire, l’éducation fait parti des transferts de compétences, ce droit universel pour nos enfants ne doivent pas être négliger au second plan. Le chargé des grands travaux de la municipalité est interpelé, sur la question.        
              

Durant les quatre années de ma présidence au comité de gestion à l’école soukeyna Konaré, l’ex directeur de L’O.N.A. S nous avez promis de réfectionner l’école et lui doter de moyen d’évacuation d’eaux de pluies, car à chaque saison des pluies l’école se transforme en marré il y a maintenant 4 années voir 6 ans ni l’état, ni la commune n’a intervenu pour une solution durable dans cet établissement public qui continue de faire des résultats. J’espère que l’ex D.G de l’o.n.a. s va nous revenir pour au moins aider l’école de sa localité(Balacoss) à être réfectionner pour le respect de sa promesse. Un saint-louisien généreux du nom de Docteur DIA qui manifeste toujours sa solidarité envers la population s’est levé pour réhabiliter une salle de classe à l’école khayar mbengue au faubourg de sor, nous disons merci de tout cœur à cet homme, discret.    Merci à nos valeureux enseignants qui inculquent le savoir à nos enfants.  Merci à Monsieur Ahmadou Dia d’avoir contribuer à la bonne marche de l’école sénégalaise.  

En fin je lance un cri de détresse aux fils du quartier de balacoss qui ont les moyens, de penser à la rénovation de cet établissement de 517 élèves ou il n’y a plus de sécurité, présentement la dalle du véranda menace de tomber, les crédits de fonctionnement alloués aux écoles sont insuffisants et ne peuvent pas résoudre les problèmes des ecoles.
 
Adama Guelel Diallo membre du bureau du C.G.E
De l’école soukeyna Konaré Balacoss