Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Hommage à Pape Mouhamadou AW : l’illustre orateur à l’intelligence pure ! Par Fernand Nino MENDY

Lundi 29 Janvier 2018


Ce texte en hommage à mon ami et jeune frère AW est un devoir moral que j’accomplis avec les mains tremblantes tellement la douleur de sa disparition est vivace et intense dans mon cœur. Je n’ai jamais oublié ce propos de maître Alioune Badara CISSE, aujourd’hui Médiateur de la République du Sénégal. A l’entame d’une conférence qu’il donnait à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Après la présentation de sa biographie, le modérateur lui donne la parole et il se met devant le présidium pour prononcer sa leçon inaugurale. Dès qu’il a jeté son regard sur le public venu nombreux l’écouter, il s’est effondré en larmes à la surprise générale. Il réussit à remobiliser ses forces pour lancer cette phrase : « je pleure car quand on parle d’excellence, je pense à tous mes camarades que le destin n’a pas permis de vivre jusqu’à ce moment. J’ai connu des amis brillants mais qui sont morts très tôt ! ».



En considérant le rappel à Dieu de Pape Mouhamadou AW, je voudrais reprendre à la virgule près cette phrase de maître CISSE.
La disparition de AW est celle d’un génie sénégalais.
Pape Mouhamadou AW est l’un des meilleurs de sa génération et sa vie aurait servi, de manière considérable, sa famille et la Nation sénégalaise !
 
 
Ma première rencontre avec le brillant étudiant !

J’ai rencontré Mouhamadou AW dans mon bureau à la Direction de la Communication de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. C’est son ami Sébastien Aimé NYAFOUNA qui me l’a présenté. Ils avaient formé une équipe pour participer à un concours de projets, si j’ai une bonne mémoire. Ils avaient besoin d’un lieu calme où ils pourraient également se connecter sur internet pour faire des recherches. Ainsi, NYAFOUNA, un étudiant brillant aussi et ambitieux qui me connaissait et venu s’en ouvrir à moi. Alors, j’ai accédé à sa demande pour leur donner la chance de réussir. Ils « traversaient » pour reprendre cette fameuse formule des étudiants de Sanar qui signifiait « passer la nuit à apprendre ».

Ne me connaissant pas bien à l’époque, le jeune AW était très gêné quand j’étais présent car dès vingt (20) heures, ils venaient après leur passage au « Resto » pour prendre leur dîner.

A l’époque déjà, Mouhamadou AW, étudiant en Sociologie et son ami Aimé NYAFOUNA avaient engagés des travaux sur des thématiques qui ne faisaient pas parties de leur parcours académique initial. Les yeux fixés sur mon ordinateur, j’écoutais leur discussion et leur questionnement. C’est là que j’ai compris que j’avais affaire à des étudiants brillants. La suite de leur parcours m’édifiera. Mouhamadou AW tout comme son ami ont atteint le niveau de Doctorat avec brio!
 
Ma deuxième rencontre avec l’étudiant orateur !

L’ayant perdu de vue pendant un bon moment après la fin de leur séance de travail dans mon bureau, alors que j’organisais avec les collègues de la Direction de la Communication la compétition pour la sélection des orateurs de l’équipe DEBATTONS de l’UGB, je revois AW défendre avec brio un sujet difficile portant sur la politique monétaire devant un jury qui le retient finalement comme membre de l’équipe de l’UGB. Mouhamadou AW se révèle alors au grand public !

Coach de l’équipe de l’UGB, je passais avec les étudiants plusieurs heures les soirées à l’amphithéâtre Madické DIOP communément appelé « Amphi A ».

Avec ses coéquipiers, son amour du savoir, sa rigueur scientifique, sa générosité se dégagés. Il était allergique à l’erreur. A l’occasion des simulations, quand sa prestation était interrompue par un oubli ou une faute d’accord, il ne se le pardonnait pas. Il quittait le présidium, le temps de se resaisir. Il tenait à l’excellence dans sa prestation.
Il faisait preuve d’une rare éloquence et d’une mémoire remarquable avec un discours rythmé par des périodes avec une intonation et une voix solennelle en s’adressant au « peuple de DEABTTONS ». En général, les meilleurs orateurs dans cette compétition assurent deux interventions clefs pour marquer les esprits : l’introduction et la conclusion. C’était sa spécialité ses deux moments. Il pouvait citer plusieurs lignes d’un livre avec une précision remarquable des références.

Je me rappelle que ses interventions étaient toujours interrompues par des applaudissements du public. Sa pertinence et son éloquence faisaient l’unanimité.

Mouhamadou AW faisait des interventions magistrales dans les amphithéâtres !
 
Ma troisième rencontre avec l’étudiant combattant la maladie !

Après cette épopée de la compétition DEBATTONS, nous sommes restés un moment sans nous voir. Informés au bureau de ces crises qui le secouaient souvent, nous avons pris la décision de lui rendre visite et il promit aussi de venir me voir personnellement car disait-il, il faut qu’il vienne me demander pardon car ce n’était pas acceptable de sa part qu’il reste aussi longtemps sans venir me voir. Alors, il tient promesse.

Une matinée, seul, il vient à mon bureau. Pendant deux heures consécutives, nous avons discuté. Nous nous sommes rappelés les bons moments passés dans la compétition DEBATTONS. Ce jour, il était convalescent.
Ce jour également, nous avons vécu principalement deux choses : des cadeaux offerts et un projet de match d’honneur des séniors de DEBATTONS avec lui comme Capitaine d’équipe !

A l’UGB, l’équipe de DEBATTONS a vu passer de jeunes talentueux. Intelligents et grands orateurs, je souffrais de les voir loin des spectacles de la parole. Ainsi, j’ai proposé à AW d’organiser un match entre deux générations de Débateurs, les anciens et les nouveaux. Dans la foulée, j’ai baptisé cet évènement « Match d’honneur ». A l’annonce de cette idée, il sourit et il me dit en wolof : « Waaaawww ! grand ! Match bobou dina graw » !

Avant de nous séparer, je lui ai remis cinq objets avec le logo de l’université. Il en était surpris et content. Et je lui disais, tu as dignement représenté l’excellence de l’UGB. Donc, c’est un devoir que te remettre ces supports !
Ce fut ma plus longue rencontre avec lui.
 
Pape Mouhamadou AW, un jeune intelligent !

Posé, attentif et réfléchi, AW est un jeune qui cherche toujours à comprendre, à bien comprendre, j’allais dire. Disciple de Cheikh Anta DIOP dans la quête du savoir, Mouhamadou AW appliquait sa célèbre formule : « le génie est une longue sueur ». La compétition interuniversitaire nationale DEBATTONS est exigeante. Dans le choix des thèmes, les filières d’origines ne sont pas prises en compte par le jury. Des questions pointues d’économie à celles politiques, les équipes peuvent tomber sur des sujets très difficiles. Malgré cela, Mouhamadou AW se penchait sérieusement sur tous les sujets et quand il exposait, il était difficile de se rendre compte que le sujet à l’ordre du jour n’était pas sa spécialité scientifique. Doté d’une grande culture générale et scientifique, AW a convaincu le « Peuple de DEBATTONS ». Une chose était de faire des recherches, une autre était de les organiser et une troisième était de les exposer avec cohérence et éloquence. Le peu de temps qui leur était donné pour faire des recherches, puis s’entraîner avant de jouer un match était assez court pour élaborer un argumentaire sophistiqué qu’il fallait défendre devant un jury d’universitaires, d’autorités de l’Etat, de personnalités du secteur privé national, d’un public nombreux d’étudiants et pire, devant des caméras.

Mouhamadou AW, leader dans l’âme était un pilier pour ses coéquipiers !
 
Pape Mouhamadou AW, maître en art oratoire !

Un des plus célèbres orateurs romains, Cicéron disait : « Celui-là est orateur qui peut, en toute question, parler d’une manière élégante et persuasive ».

Présentateur de l’émission DEBATTONS à l’époque, une fois l’introduction du thème faite, je rejoignais le public pour suivre le match. Au milieu du public, je pouvais entendre combien les interventions de AW étaient attendues. Scientifiquement préparé, il ne restait qu’à exceller le jour du match.

Quand AW préparait un match, il le faisait dans le silence. Il cultivait une sorte de mystique dans l’apprentissage. Il aimait le silence.

A quelques jours des matchs, l’équipe se rendait à un lieu très paisible à Dakar et une fois là-bas, il se promenait souvent. Quand il était dans le groupe, il taquinait avec des sourires et des éclats de rires. Il restait très concentré. Il vivait intensément le match. C’est la raison pour laquelle quand il prenait la parole en public, c’était pour faire des déclarations d’une rare pertinence scientifique et éloquente.

Son ouverture d’esprit faisait qu’il était réceptif à toutes les critiques venant de ses coéquipiers et de moi. C’est une force chez lui.
Le jeune AW était assez intelligent et suffisamment bien armé scientifiquement pour embrasser une carrière universitaire riche.

Il faut rappeler que Mouhamadou, à ma connaissance, n’avait jamais suivi des cours en art oratoire et je me rappelle, il insistait en simulation pour que je le rectifie, s’il en était besoin, pour qu’il s’assure de s’améliorer.
De mémoire de la compétition nationale de DEBATTONS, je ne me souviens pas d’un débatteur qui a autant passionné les publics de DEBATTONS.

Mouhamadou AW a marqué les esprits. C’est la raison pour laquelle, les vidéos de ses interventions sont les plus suivies. Une autre preuve de son mérite est la mémorisation de son nom par tous les jeunes des pays francophones qui ont découvert cette compétition sur le web. A chaque fois qu’ils viennent au Sénégal, ils demandent à le voir.
Les interventions de AW étaient un « plat agréable » avec une argumentation graduelle où l’on pouvait trouver des arguments solides, bien organisés du plus simple au plus complexe, avec une citation d’autorité scientifique et références précises et complètes, une illustration pertinente et si possible imagée pour faciliter la compréhension au public, des figures de styles, décliner avec intonation dans le respect des règles de la rhétorique avec vigueur et conviction.

C’est la raison pour laquelle, je considère que Mouhamadou AW est le plus illustre orateur de la compétition nationale DEBATTONS !
 
Pape Mouhamadou AW, un jeune humble, sociable et généreux !

Jamais, je n’ai vu AW se prendre la tête pour son intelligence malgré son mérite, l’estime que les jeunes avaient pour lui au sein du campus de l’université. Il est resté humble, modeste et effacé. Ayant assisté l’équipe à laquelle il appartenait et plusieurs autres équipes, il est arrivé que nous connaissions une situation difficile ou de panique soudaine mais lui, il gardait toujours son calme. D’une grande sociabilité, AW attirait les esprits cultivés. Son sens des relations humaines était connu de tous. Généreux, au delà des cours qu’il dispensait, AW était généreux autant dans le cadre du savoir que dans le cadre du partage d’objets personnels.
AW était un jeune humain !
 
Pape Mouhamadou AW, seul face au funeste destin, il n’a pas survécu !

Le sort s’est littéralement acharné sur ce jeune. En effet, il y a des gens à qui la vie n’a pas donné la chance de se réaliser. Je meurs de douleurs en écrivant cette phrase. C’est ce qui me fait le plus mal dans l’histoire de mon jeune ami AW. Il avait tout pour réussir sa vie, la vie mais la vie ne l’a pas souri et certainement nous avons connaissance de plusieurs exemples de ce genre où des gens sont arrachés à notre affection très tôt et cela fait très mal. J’avoue que c’est ce sentiment qui m’anime en considérant le départ vers l’éternité de AW !
Je répète qu’il était seul face au funeste destin. En effet, il y a une solitude humaine devant la douleur physique et la mort que personne ne peut partager avec celui qui les subit. A ma connaissance, de problème psychique, AW a connu des accidents cardiovasculaires. Je ne suis pas médecin mais je ne vois pas le lien immédiat. Victime de cette situation, AW a traversé des moments pénibles. Il a souffert dans sa chair avant de se soumettre au décret divin. Malgré la distance, cette question me revenait souvent à l’esprit.

Je saisis l’occasion pour remercier et rendre hommage à ses parents. A son père, il m’a présenté à l’université sur le chemin du retour à la maison à Dakar pour suivre le traitement médical. Ce jour, je ne vais jamais l’oublier.
Cher père, que Dieu vous console ainsi que toute votre famille !
 
Cher Ami AW, je te pleurs mais je fais confiance à Dieu pour me rassurer que tu vas bien dans l’Au-delà !
Que là-bas que tu vives et que tu vives dans la joie et la lumière !
Repose en paix mon Ami AW!
 
Fernand Nino MENDY

 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.