Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

INFRASTRUCTURES PUBLIQUES À SAINT LOUIS Un, deux, trois…, et la lumière fût ! Par Papa Demba CISSOKHO

Vendredi 15 Novembre 2019

Nul besoin de se munir d’une loupe ou d’un téléobjectif pour constater de visu les efforts constants que la mairie de Saint-Louis est en train de déployer pour changer considérablement le visage de la ville tricentenaire. Le dernier acte fort étant l’installation de milliers de lampadaires solaires dans les avenues et autres rues de la commune. C’est là un acte fort à saluer.


Il est vrai que l’équipe municipale ne fait que ce pourquoi elle a été élue à la tête de la ville.  Mais après les salves de critiques essuyées çà-et-là, le problème de salubrité vigoureusement dénoncé, force est de constater que le Maire Mansour Faye et son équipe sont en train de répondre positivement aux préoccupations des « Domou Ndar ». 
 
Avec la réhabilitation des postes de santé de Darou et Diamaguène, le renforcement des plateaux techniques des structures de santé (y compris l’hôpital régional), l’installation de milliers de lampadaires solaires, la construction d’une centaine de kilomètres de route (Balacoss, Médina Darou, HLM, Léona, Diamaguène, Eaux-claires, Ndioloffène, Cité Niakh, Gorée…etc.), la ville a fait peau neuve. Il s’y ajoute l’assainissement des eaux pluviales et usées, la construction d’un deuxième château d’eau pour l’approvisionnement en eau potable des quartiers de Pikine et environs ainsi que les branchements sociaux qui s’en sont suivis (sur financement de l’Etat du Sénégal). 
 
Pour ce qui concerne le cadre de vie, la municipalité a placédes centaines de poubelles plastiques dans les grandes artères de la ville et a procédé à l’acquisition de gros engins pour le ramassage des ordures, sans compter le dialogue permanent entre la municipalité et les 33 quartiers de la ville à travers les Conseils de quartier. Et au vu des autres projets en cours de réalisation, on ne peut qu’encourager cette démarche qui, au bout du compte, mettra Saint-Louis sur une orbite enviable et attrayante.
 
Outre ce bond qualitatif réalisé en matière d’éclairage public et autres, je voudrais revenir sur la lancinante question de la gestion des ordures ménagères ; ce terreau fertile pour les détracteurs de l’actuelle équipe municipale. Les récentes études statistiques sur la démographie au Sénégal publiées par l’ANSD ont placé Saint-Louis en cinquième position en terme de population derrière Dakar, Thiès, Diourbel et Kaolack. Cette croissance exponentielle de la population engendre de nouvelles habitudes de consommation et occasionne en même temps plus de déchets que d’ordinaire. 

 
La mairie essaie de faire face à cette réalité et s’adapte au fur et à mesure. Pour en attester, il suffit de se promener sur la corniche de Darou, la digue de Ndioloffène, la corniche menant vers le lycée Charles de Gaulle, le long des berges du fleuve Sénégal à Guet-Ndar, Santhiaba ou encore Gokhou Mbathie, aux quartiers Nord et Sud, sur les avenues Charles de Gaulle et Moustaph Malick Gaye. Dans ces endroits comme dans d’autres, des bacs à ordures sont placés à 100 mètres d’intervalle pour recevoir les déchets des ménages. A cela s’ajoutent les systèmes de ramassage effectués par des G.I.E dans des quartiers moins accessibles que ceux cités plus haut. Sans compter aussi les nombreuses opérations de nettoiement organisées presque chaque mois dans les différents quartiers. C’est dire donc qu’à ce niveau également des efforts sont faits quotidiennement pour solutionner ce problème.
 
Reste maintenant à se poser la question de savoir pourquoi le problème persiste ? 
A mon humble avis, les responsabilités sont partagées. La mairie devrait redoubler d’efforts certes mais les populations ont aussi un rôle important à jouer à ce niveau. Le problème de la gestion des ordures ménagères est avant tout un problème de comportement pour ne pas dire un problème de civisme. Sur la digue de Ndioloffène par exemple, on constate que les gens viennent souvent jeter leurs ordures à quelques mètres du bac à ordures parce que simplement ils ont la paresse de se déplacer jusqu’au niveau du bac. Quelle est la part de responsabilité de la Mairie dans cet acte inqualifiable ? 
C’est à nous d’abord de nous comporter en bon père de famille pour ensuite exiger de la Mairie une certaine attitude. Pour cela, il nous faut sensibiliser davantage les populations sur la position qu’elles doivent occuper dans le cycle de gestion des déchets ménagers. Et c’est à ce niveau que les Conseils de quartier devraient intervenir pour organiser des journées d’éducation et de sensibilisation sur cette problématique. Ces journées devraient avoir comme cibles, les écoliers (garderie d’enfants, écoles primaires et secondaires), les organisations féminines, les ASC, les dahiras…etc. 
Ce n’est rien d’autre qu’une action volontariste pour changer les mentalités. D’ailleurs le Conseil de quartier de Goxu Mbacc s’y est déjà mis en formant dix-huit (18) jeunes du quartier sur le tri et la valorisation des déchets, le système de collecte et les techniques d’information et de communication, en collaboration avec la Mairie de Saint-Louis. Cette dernièredevrait ensuite intervenir pour non seulement augmenter les moyens logistiques afin d’améliorer la fréquence des opérations de collecte et de transport des ordures mais aussi et surtout essayer d’accompagner des PME-PMI pour une valorisation efficiente des déchets. La valorisation énergétique risque d’être hors de portée mais le compostage peut être une voie de salut d’autant plus que Saint-Louis est une zone agricole privilégiée.
Entre temps, les critiques entretenues par les mauvais perdants vont encore continuer de plus belles mais une chose est sûre : « Soul kerr douko téré féegn ». Bientôt, la réhabilitation de la mythique place Faidherbe !
Papa Demba CISSOKHO
Responsable APR
Ndioloffène- Saint-Louis


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par Citoyenne le 15/11/2019 16:21 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais vous n''avez pas vu tous ces bacs à ordures pleins qui ne sont pas vidés par la Mairie?
Et cet encombrement qui change hideusement le visage de l''avenue du Général de Gaulle?
Vous êtes réellement à Saint-Louis?

2.Posté par Moctar Ndiaga. Gueye Ndiolofène le 15/11/2019 17:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M. Cissokho ,votre communication relative aux actions de la Commune est très intéressante .A ce sujet vous avez fait montre d'un producteur d'informations, d'idées, de convictions, d'engagement, de solidarité.Ce sont là des vertus du citoyen et également du militant .Ceci est la preuve de votre ferme volonté d'accompagner Monsieur le Maire de Saint-Louis car ce n’est pas le fait de porter le même maillot qui fait une équipe, c’est de transpirer ensemble.Par ailleurs , si la population n'est pas correctement informée , ses efforts de participation civique seront nuls .Il s'y ajoute que la collaboration entre l'autorité municipale et la population est un attelage à deux, l'un tire plus que l'autre .A présent , nous devons comprendre que la manière dont notre ville change dans un monde qui change, est la grande problématique d’aujourd’hui. Ce changement s’accélère car la population de notre ville connait une croissance vertigineuse . Dans ce cadre, il faut aujourd’hui comprendre comment la croissance urbaine a généré de nouvelles situations de vie, et tenter d’appréhender les enjeux, les défis, leurs ressources matérielles et immatérielles, les attentes aussi des citoyens, pour les rendre vivantes. Il est indispensable de connaître les vraies racines de la ville, ce qui a changé , et surtout de comprendre comment on vit dans la ville. Les autorités locales de Saint-Louis sont aujourd’hui le plus important levier dans la mise en œuvre d’une action décidée de changement et d’adaptation face aux défis de notre ville.Ces défis sont : -le défi social - le défi culturel - le défi économique - le défi écologique - la résilience ( la capacité à rebondir face à une situation difficile) .Enfin nous devons cultiver l'esprit d'un meilleur vivre ensemble en étant innovants ,audacieux , réalistes inventifs , ouverts et transparents .




.

3.Posté par Dndiaye22 le 16/11/2019 14:30 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci monsieur vous avez oublié le quartier le plus populaire Pikine qui n''a pu bénéficier de la moindre infrastructure routière .même pas de bac d''ordure

4.Posté par Mbaye le 17/11/2019 10:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci a l'auteur de cet article d'avoir jeter les bases pour un debat d'idee pour le developpement de notre ville, Saint Louis. Je suis d'avis que la mairie doit redoubler d'effort mais les populations doivent changer de comportement pour faciliter la gestion des ordures menageres. Mon commentaire s'inscrit sur le registre des etablissements public de la ville. J'ose dire que presque toutes les ecoles de la ville sont en ruines. La quasi totalites de ces etablissements sont des legs coloniaux. Il s'impose un programme serieux de rehabilitation de ecoles de la ville. En guise d'exemple, je peut citer les ecoles: Khayar Mbengue, Soukeyna Konare etc.
Par ailleurs, combien d'ambulances fonctionnelles existent au niveau de la ville? Quelle est la politique de la mairie, de l'Etat pour soulager le quotidien des populations et garantir leur securite?. De plus, au moins 70% de la population de la ville habite la partie continentale a savoir Sor. N'est il pas judicieux de construire une caserne de pompiers sur cette partie de la ville. Le colon avait sans doute positionne les sapeurs sur la pointe Nord de l'Ile pour securiser ces propres interets d'antant. Depuis l'apres independance avec l'essor que connait Saint Louis, il est plus que crucial d'avoir une structure moderne (au centre de la ville, qui n'est pas juste l'ile) qui peuvent secourir au plus vite les populations en cas de besoin. Et dans ces situations, rien que les embouteillages sur le pont faidherbe peuvent avoir des consequences nefastes. Mais tous nos gouvernements et conseils municipaux ont manque de volonte politique pour adoucir, simplifier la conjoncture des Saint Louisiens. Les chagrins de cette ville et amertumes des populations ne peuvent pas etre lister dans un commentaire :(

Domou Ndar!

5.Posté par Tintin le 17/11/2019 20:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Cissokho , cadre APR , lance la prochaine campagne électorale !

6.Posté par Aly Sané le 18/11/2019 18:28 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous attendez l'approche des élections municipaux pour électrifier la ville, vous ne faites que que vous leurrez, toutes les Saint-Louisiens sont témoins de votre manque de travail vis à vis de la commune

7.Posté par Fall le 20/11/2019 17:34 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cissokho. Vous décrivez une ville féerique qui n'existe que dans votre cerveau. Les saintlouisiens ne voient pas du tout ce que vous énumérez. Réveillez vous.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.