Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Macky SALL, le président des concepts mort-nés

Vendredi 27 Novembre 2020

Le gouvernement du Sénégal vient de lancer l'initiative dénommée la "Parole au gouvernement". Un énième engagement qui rappelle d'autres concepts comme le Cleaning day et la levée des couleurs annoncés en fanfare avant d'être jetés aux oubliettes.


Encore une nouvelle initiative ! Dans sa stratégie de communication, le gouvernement a prévu de faire face à la presse toutes les deux semaines pour aborder les questions d'actualité. Le premier numéro du "grand show" gouvernemental qui a eu lieu, ce mardi 24 novembre au building administratif Mamadou Dia, a vu la participation de 9 ministres.

Pourtant, cette initiative n'est pas sans rappeler une autre prise il y a quelques années. En effet, au début de l'alternance en 2012, il était prévu que le gouvernement rencontre régulièrement la presse à ce même building administratif. A l'époque, les séances de questions-réponses étaient modérées par Abdou Latif Coulibaly. Mais l'exercice a duré le temps d'une rose. Cette stratégie dite nouvelle n'est donc en réalité que du réchauffé.

Aujourd'hui, ils sont nombreux les Sénégalais à se demander si cette initiative va aboutir. En effet, Macky Sall et ses hommes ont habitué les gouvernés à des concepts mort-nés.

En 2015, le Président de la République avait demandé au chef du gouvernement, Mahammed Boun Abdallah Dionne de rendre compte devant l'Assemblée nationale tous les mois. Mais cette initiative fera long feu. Après deux séances, marquées par la virulence des questions venues de l'opposition, Boun Dionne a disparu avant de réapparaitre des mois plus tard. Cette fois encore, une ou deux séance(s) et l'affaire est définitivement close.

Ces deux initiatives ne sont pas les seules à être rangées aux oubliettes. Beaucoup d'autres, qui au départ étaient présentés comme des sacerdoces, ont connu le même sort. On peut en citer entre autres le cleaning day et les cérémonies de levée des couleurs.

S'inspirant du Rwanda, pays cité en exemple en matière de propreté en Afrique, le chef de l'État avait initié des journées de nettoiement prévues une fois par mois. Lancé à grande pompe le 4 janvier 2020 par Macky Sall, le cleaning day était parti pour être le rendez-vous mensuel des citoyens modèles voulant apporter un investissement humain pour leur localité.

Mais cette initiative, marquée par un folklore indescriptible, a été dévoyée par les politiciens avant d'être jetée à la poubelle. Aujourd'hui, le "cleaning day" est devenu un vieux souvenir dans la mémoire collective des Sénégalais. L'argument de la survenue de la pandémie de Covid-19 ne manquera certainement pas d'être brandi par les partisans du pouvoir. Mais là où des meetings politiques s'organisent régulièrement et que toutes les activités ont repris, ce prétexte tiendra difficilement.

En outre, dans le sens de promouvoir le civisme, le Président de la République Macky Sall avait initié une journée pour la levée des couleurs nationales au palais de la République. Il s'agissait plus exactement du premier lundi de chaque mois. Il en avait décidé ainsi après avoir observé un déficit de dose de civisme qui frappe quasiment l'ensemble des couches de la société.

La méthode pédagogique employée en l'espèce consistait à prêcher par l'exemple. Il y avait donc une levée des couleurs nationales devant les membres du gouvernement, et à la fin de la cérémonie, le président Macky Sall s'adressait à la presse délivrer un message ou réagir sur quelques sujets d'actualité. Mais comme toutes les formules qui ont précédé, cette cérémonie est frappée par le syndrome des slogans creux.

Patron du Forum social sénégalais, Mamadou Mignane Diouf indexe les collaborateurs du chef de l'État. "A mon avis, il revient à l'équipe présidentielle et à son gouvernement de maintenir la pérennisation de toutes ces initiatives. Dans une armée, l'État-major donne des indications et demande aux soldats de voir comment ils le mettront en cadence dans une perspective de longue durée", souligne-t-il sur iRadio.

Ce membre de la société civile pense que le cleaning day a été une très bonne idée. Et il en veut pour preuve la saleté qui gagne tous les villes, quartiers et recoins du pays. C'était donc l'occasion de rendre le Sénégal propre. Mais hélas comme toujours, ces concepts sont comme des promesses électorales. Elles n'engagent que ceux qui y croient.

SENEWEB
 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.