Club phare de la zone 3, l’Asc Idéal de Bayal Tendjiguène fait partie des équipes qui ont écrit les plus belles pages du navétane à Saint-Louis. Cette formation qui a égrené 54 ans d’histoire et qui a vu passer des joueurs exceptionnels, veut redorer son blason en fédérant toutes les associations sorties de son sein pour instaurer le « Tout-Puissant Tendjiguène ».


Navétane : Idéal de Bayal Tendjiguène, une Asc vieille de 54 ans
On ne peut pas parler de navétanes à Saint-Louis sans penser à Idéal, cette association du quartier Tendjiguène créée en 1958 par une bande de footballeurs aux talents divers. Tout est en effet parti d’une page de journal, transportée par un vent violent jusqu’à Bayal, lieu de rencontre des jeunes de Tendjiguène. Le journal en question portait le nom de « Idéal ». Quelques semaines après, l’ASC Idéal,  après de longues concertations, était portée sur les fonds baptismaux.  Et les fondateurs n’étaient autres que les membres des Onze tireurs », une équipe qui comme « Belle descente » et « La gloire », avait fait les beaux jours de Bayal. Il s’agissait de Baye Demba, Alioune Soussou, Oumar Cheikh Diagne, Bardon dit « Khogne », Amadou Diallo, Ablaye Ndiaye, Serigne Ndiaye, Albert Batheu et Djiby Dieng etc.
 
Pour son premier match officiel, Idéal avait balayé (4-0) Cyclone. Et au cours de sa première année, Idéal va se signaler face à des équipes comme Union des jeunes de Balacoss, Cité corniche, les Aigles noirs de Ndioloffène, Etoile magique de Diamaguène, Cyclone de Sénéfobougou, Hongrie de Léona, France des Eaux claires, Etoile polaire de Balacoss. En 1959 l’équipe, entrainée par Sidate Diop, va jouer et remporter sa première finale après deux éditions (1-1 puis 3-2) face à France du quartier Eaux claires. Cette équipe, qui avait offert à Tendjiguène son tout premier trophée était composée de joueurs comme Ousmane Diop Kink, Djiby Dieng, Oumar Cheikh Diagne, Pape Charles Sow, Serigne Ndiaye, Malang Barry Diouf. Après cette génération dorée, d’autres joueurs tout aussi talentueux vont prendre le relai et faire les beaux jours de l’Idéal. Parmi ces joueurs figurent Jules Mendy, Petit Guèye, Demba Mbaye, Boubacar Diack, Aby Kane Diallo, Ciré Diallo, Bebel Diagne, Khassim Sy, Mbaye Ndiaye, Baye Fall, Loulou Sow, Birama Gaye, Ndiaga Tall, Bougouma Ba, Ibnou Niang, Macoumba Ndiaye Charly, Maguette Ndiaye, Ismaïla Kane, Khadre Diop, Oumar Cissokho, Oumar Camara, Alassane Diop, Cheikh Diack, Samba Fall, Ibeu Meïssa, Babacar Ndir, Pape Bocar Mbaye, Abou Gaye, Magor Ndiaye, Masour Wade Perez, Arona Tall, Alpha Diallo, Doudou Ndiaye …. 
 
Ces talentueux joueurs se sont distingués sur tous les champs où se tenaient les matchs de navétanes, que ce soit à Colombe, au terrain Sables, ou Souf-sa, ou encore au stade Wiltord. Mais si l’ASC Idéal a su laisser son empreinte dans le mouvement navétanes, c’est grâce à l’engagement et au dévouement des hommes qui ont présidé à sa destinée : Djiby Dieng, Pape Ndiaye Minka, Amadou Niang la Joie, Abdourahmane Fall Tatoum, Yatma Sèye Diop, Ama Dathe, Ndiogou Samb, Ibrahima Dièye, Macoumba Ndiaye Charly, Cheikh Tidiane Camara, Mame Thierno Diagne, Mbaye Diack, Khaly Diop, Moustapha Gaye dit Allemand, qui ont tous apporté un plus à cette ASC. 
 
Aujourd’hui, Doudou Kane, qui assure la présidence de cette mythique ASC, estime qu’il a à gérer un patrimoine. « Cela me donne des frissons parce que l’héritage est trop lourd à porter. J’ai trouvé cette ASC allant de performance en performance, et c’est un quartier où les gens ne connaissaient que la victoire », a noté le président. Mais depuis 2003, l’année du dernier titre (Idéal avait battu 2-1 Thiossane), l’équipe traverse une période difficile. Une crise de performances justifiée car cinq ASC (Deggo, Parisien, Croix Rouge, Jappo Rokh djinné, Yakaar) sont sorties de l’ASC Idéal. Pour retrouver son lustre d’antan et mettre fin à dix ans de galère, les dirigeants veulent « dépasser les clivages interclubs et promouvoir les retrouvailles ». « Nous allons vers une dynamique de fusion, d’unité des jeunes de Tendjiguène. A l’image du Tout-Puissant Mazembe, nous rêvons d’édifier, d’instaurer le « Tout-Puissant Tendjiguène », fédérant l’ensemble des ASC de notre quartier », a laissé entendre le président d’Idéal. « Nous nous sommes toujours dit que nous devons tenir le flambeau, on s’est fixé comme objectif de faire revenir toutes nos forces, de se battre pour relever le défi et s’inscrire dans une approche plus citoyenne », a-t-il fait savoir.  Aujourd’hui, le souci des jeunes de Tendjiguène est de mettre fin à la détérioration de leur cadre de vie. « Nous comptons nous impliquer davantage dans l’encadrement et l’insertion des jeunes du quartier victime de déperdition et de chômage », a indiqué M. Kane. Cette ASC ne veut Plus seulement du football. 
 
La première activité du bureau a été consacrée à l’athlétisme, notamment le Kid Athletics pour les enfants, dans l’optique de toucher la frange la plus sensible.
 
Cette activité a vu la participation de la plupart des ASC issues de nos rangs. « Nous avons initié une formation de 50 jeunes du quartier, à l’informatique, et au montage de projets économiques. Dans le même temps, nous avons démarré des cours de vacances à l’intention des candidats aux examens », a souligné le président d’Idéal, non sans préciser que leur plus cher objectif était la destruction du « mur de Berlin », qui sépare le marché du quartier et qui, depuis dix ans, empêche les populations de respirer. « Au lieu de jouer son rôle de parking, cet espace est devenu un dépotoir d’ordures au grand bonheur des usagers du marché. La Commune devrait nous confier sa viabilisation et sa gestion qu’on utiliserait à bon escient », a laissé entendre le président d’Idéal, qui a déploré la floraison des ASC. « Aujourd’hui, on a comme l’impression que les anciennes ASC sont devenues des zones et chaque rue est devenue une ASC. Il est vraiment temps qu’on fédère les zones ».
 
Par Samba Oumar Fall
Le Soleil


Rss
Facebook
Twitter
Google+
YouTube

Les Dernières Infos