Connectez-vous
NDARINFO.COM | Les News du Sénégal et de l'Afrique
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

"Pandora Papers": Les bonnes affaires de DSK au Sénégal

Jeudi 7 Octobre 2021


L'ancien patron du Fonds monétaire international (FMI), est épinglé par les « Pandora Papers » pour avoir domicilié ses entreprises - via lesquelles il se fait rémunérer pour ses activités de conférencier et de consultant - dans des paradis fiscaux. Le Sénégal, selon l’enquête, fait partie des terrains de chasse de Dominique Strauss-Kahn.


"Pandora Papers": Les bonnes affaires de DSK au Sénégal
homme d’affaires Dominique Strauss-Kahn a obtenu de la présidence sénégalaise un ou des marchés ou services rémunérés à hauteur de 875 000 euros (environ 574 millions de francs CFA). C’est le compte de la société « PARNASSE INTERNATIONAL » qui a été crédité de ladite somme, selon des documents révélés par le Consortium international des journalistes d’investigations (ICIJ) à travers les « Pandora Papers ».
 
Parnasse International, propriété de l’ex ministre français de l’Economie, est installée depuis 2013 à « Casablanca Finance City », une zone franche de la grande métropole marocaine qui offre des avantages fiscaux importants aux investisseurs.
 
La transaction est inscrite dans la rubrique VTE du « Grand-livre des comptes » de la société de droit marocain à la date du 24 février 2017.
 
Le 22 janvier 2017, Dominique Strauss-Kahn avait été reçu au palais de la République par le Président Macky Sall, en présence de Amadou Bâ et Birima Manga, alors ministres en poste aux Finances et à l’Economie. Une deuxième audience avec le chef de l’Etat sénégalais avait eu lieu en février de la même année, « sur demande de DSK », indiquait la Tribune de Genève dans une de ses éditions en ligne.
 
La présidence de la République n’a jamais communiqué à ce sujet. Le mystère reste entier et total quant à la nature et l'amplitude des prestations et/conseils que l'ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) a pu livrer aux autorités sénégalaises en échange de cette rémunération.