Connectez-vous
NDARINFO.COM


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Un chercheur propose des solutions naturelles pour stabiliser les plages

Mardi 11 Décembre 2018

Un chercheur propose des solutions naturelles pour stabiliser les plages
Le chercheur sénégalais Cheikh Mbow préconise des recasements planifiés de populations touchées par l’érosion côtière, combinées à la mise en œuvre de "solutions naturelles comme la stabilisation des plages par les plantations d’arbres", en lieu et place de murs de protection pour lutter contre ce phénomène.

"Je crois personnellement qu’on a perdu du temps avec cette question et on fait du colmatage stérile. On sait que l’océan va envahir plusieurs sites et des cartes de vulnérabilité côtière le démontrent. Il faudra pour ma part avoir le courage de planifier des recasements avant que des désastres se produisent", a préconisé l’universitaire sénégalais, expert en télédétection et sciences de l’environnement.
 
"L’alerte précoce sert à préparer des réponses et anticiper les catastrophes au lieu de réagir après désastres. Pour le cas de Kayar et Saint louis, la météo avait fait une excellente prévision mais sans effet en termes de préparation", a souligné le chercheur.
 
Selon le chercheur, "tout en préparant les communautés à planifier une adaptation durable, il est important de prendre en compte les solutions naturelles comme la stabilisation des plages par les plantations d’arbres comme cela a été le cas pendant les années 1970 avec la légendaire bande de filaos, devenue très dégradée d’ailleurs". 
 
‘’Je préfère cette approche à celle très couteuse des murs de protection. Des pays beaucoup plus nantis comme le Japon n’ont pas pu arrêter la mer par des murs de protection qu’on a eu tort de promouvoir au Sénégal à des prix exorbitants’’, a-t-il indiqué.
 
Il a dit avoir alerté quand sous le président Abdoulaye Wade, les pouvoirs publics avaient commencé à miser "des milliards de FCFA pour quelques mètres de murs de protection qui finissent par disparaitre dans les flots". 
 
"Ces milliards peuvent servir à recaser les populations et réserver le littoral pour des activités de production qui bénéficient aux communautés locales. Tout cela nécessite une révision de la politique nationale sur le domaine littoral et la législation du domaine public maritime très loin d’ailleurs d’être appliquées au Sénégal", a indiqué Cheikh Mbow.
 
Il note que "l’érosion côtière est une réalité qui nous rappelle au quotidien une facette du changement climatique", notamment à Rufisque, Kayar, Guet-Ndar, Doun Baba Dièye, Djffer, principales zones touchées par cette réalité au Sénégal.
 
Cheikh Mbow rappelle qu’il s’agit d’un "sérieux problème qui résulte de la double action de l’élévation du niveau de la mer et des fortes houles que cela génère, mais aussi de l’effet de l’homme avec une occupation non rationalisée de l’espace". 
 
"Malheureusement, les sites affectés par l’érosion côtière sont des villages traditionnels et de sites touristiques dont les activités sont orientées vers les ressources marines", a déploré le chercheur.
 
Cheikh Mbow, qui a enseigné plusioeurs années à l’Institut des sciences de l’environnement (ISE) de l’Unioversité Cheikh Anta Diop (-UCAD) de Dakar, est actuellement le directeur exécutif actuel du Programme START International, basé à Washington, aux Etats-Unis.
 
Il est le lauréat de l’édition 2018 du "Prix Danida Alumni", qui recompense chaque année un ancien participant au programme de bourses du même nom ayant "contribué considérablement à une transformation positive dans son pays d’origine ou dans son champ d’études".
 
Ce prix est décerné par le Danida Fellowship Centre, en charge des programmes d’apprentissage de courte durée, des activités de renforcement de compétences et des projets de recherche de l’Agence danoise d’assistance au développement (Danida), une institution autonome du ministère des Affaires étrangères du Danemark. 

APS
 


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par Tintin le 11/12/2018 18:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce chercheur raconte un peu n'importe quoi ! je n'ai jamais vu des plages proiégées par des pd'arbres, par contre on stabilise les dunes par des filaos ou des oyats comme en Europe du Nord ......croire que l'elevation de la mer de quelques mm provoque de fortes houles est à mourir de rire ! l'erosion cotière au Senegal est préoccupante car rien n'a jamais été fait pour se protéger .....depuis l'an 1000 les Hollandais construisent des digues qui sont toujours en place , la vieille ville de St-Malo en Bretagne est entourée à 80% par la mer avec des tempetes impressionnantes et les remparts de protection sont toujours en place depuis plusieurs siecles ! la solution la plus rapide pour protéger St-Louis est la protection d'un mur de protection et de réengraisser en sable la plage mais le Sénegal a-t-il les moyens financiers de ces travaux ?

2.Posté par Abdoulaye Mamessine BA le 11/12/2018 23:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L’avancée de la mer est essentiellement provoquée par la main de l’homme : destruction de la couche d’ozone, extraction frauduleuse et incontrôlée du sable marin, coupe abusive de filaos qui fixent les dunes de sable, appropriation illégale et exagérée du domaine maritime à des fins d’habitation ou autres…
Lors de la dernière houle, seule la plage du quartier de « l’hydrobase » a résisté aux assauts répétés et farouches, ravageurs, destructeurs et féroces des vagues de l’océan. Ainsi, l’impérieuse et urgente nécessité de reboiser le site avant qu’ il ne soit tard. Cette protection naturelle qui ne coûte rien du tout, nous la devons aux quelques rares dunes de sable et de filaos qui s’y implantent, et qui vaut dix fois plus que la digue en béton à coups de plusieurs milliards de francs.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.