Connectez-vous
Saint-Louis du Sénégal
NDARINFO.COM NDARINFO.COM
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Unis contre Benno

Mardi 17 Août 2021

Ousmane Sonko, Khalifa Sall, Malick Gakou, Bamba Dièye, Babacar Diop,… sont très avancés dans les discussions pour mettre sur pied une grande coalition de l’opposition en vue des élections locales et législatives de 2022. Des échéances qui sonnent comme des primaires et détermineront à coup sûr la personnalité politique la mieux placée pour faire face au candidat du pouvoir sortant en 2024.


Unis contre Benno
Macky Sall et ses hommes peuvent se préparer en conséquence. Ils seront bientôt édifiés sur la principale écurie qui les affrontera lors des élections locales et législatives prévues en 2022. Selon nos informations, l’opposition s’est finalement résolue à y aller en groupe. Tout au moins, les formations politiques les plus en vue vont se retrouver dans une grande coalition. D’après nos sources, la coalition est presque ficelée et les parties prenantes sont en train d’effectuer les derniers réglages.
 
Apparemment, ce sera un «remake » de la large coalition «Benno Siggil Senegaal» victorieuse des élections locales de mars 2009. Celle-ci avait raflé tout sur son passage avec particulièrement une débâcle de la coalition Sopi 2009 dans les grandes villes du pays. Même si on est loin de cette époque, les hommes forts de l’opposition actuelle semblent vouloir utiliser le même modus operandi. Et les principaux architectes de cette grande retrouvaille sont les leaders de Taxawxu Sénégal et de Pastef, en l’occurrence Khalifa Sall et Ousmane Sonko. Ils ont la ferme intention de rafler le maximum de collectivités locales et de sièges à l’Assemblée nationale.

Pas surprenant, puisqu’au mois de mars dernier, le leader de Pastef avait publiquement tendu la main à Khalifa Sall pour une large collaboration, parce que convaincu de la nécessité d’une coalition forte de toutes les forces vives de la Nation capable de répondre aux préoccupations des Sénégalais. D’ailleurs au mois de décembre dernier, Ousmane Sonko soutenait publiquement être en discussion avec Khalifa Sall avant que le lieutenant de l’ancien maire de Dakar, Barthélémy Dias n’affirme que les deux hommes ont choisi ensemble de marcher vers l’essentiel. Ce, pour dire que cette grande coalition n’est que l’aboutissement de longues discussions et tractations étendues aux partis et coalitions politiques.

 
COMMENT L’OPPOSITION COMPTE RECUPERER LE MAXIMUM DE COLLECTIVITES

Cependant, d’après nos informations, le Parti Démocratique Sénégalais (Pds) n’a pas encore donné son feu vert pour rallier cette coalition. Et c’est ce qui a retardé un peu le lancement officiel de cette machine politique. Aussi, notre source informe que le président de l’Act, Abdoul Mbaye et le leader de la République des Valeurs, Thierno Alassane Sall ne prendront pas part à cette grande coalition. Pour l’heure, on peut compter parmi les membres ayant donné leur accord Taxawu Sénégal, Pastef, Fds les Guelewar, le Pur, le Grand Parti, Fsd/Bj et une bonne partie des partis du Front de résistance nationale (Frn). Il est convenu, d’après nos informations, que Barthélémy Dias soit le candidat de la coalition pour la ville de Dakar. Pour la région de Ziguinchor, elle sera laissée à Ousmane Sonko ou à un de ses lieutenants.


En ce qui concerne Thiès, ce sera certainement Birame Soulèye Diop qui va disputer la mairie de la ville. Pendant ce temps, le leader des Fds/Guelewar va se charger du conseil départemental de Thiès.

A Saint-Louis, à en croire nos informations, la grande coalition de l’opposition voudrait que Cheikh Bamba Dièye affronte le beau-frère du Président et ministre des Transports, Mansour Faye. A Guédiawaye, le leader du Grand Parti peut reprendre du poil de la bête parce que, selon notre source, il a été désigné pour prendre sa revanche contre le frère du chef de l’Etat et maire de la Ville Aliou Sall. A noter que ces élections locales et législatives sonnent comme des primaires pour tous les leaders de l’opposition qui voudraient se présenter en 2024.


En effet, ils devront démontrer qu’ils jouissent chacun de solides bases affectives et d’un grenier électoral. Ceci étant, chaque leader devra assurer au moins la victoire au niveau de sa circonscription électorale pour prétendre être le candidat phare de l’opposition en 2024. Il faut relever aussi que l’union des différentes forces pourrait permettre de faire basculer certaines zones particulièrement Dakar dans le giron de l’opposition. Ce qui pourrait constituer un gain politique pour la présidentielle de 2024.

Avec DAKARMATIN