Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Visite d’échanges à la Réserve de Gueumbeul: Réintroduction réussie de 4 espèces de gazelles

Dimanche 7 Avril 2013

Visite d’échanges à la Réserve de Gueumbeul: Réintroduction réussie de 4 espèces de gazelles
Le conservateur du parc de Gueumbeul, Dr Thialaw Sarr, s’est réjoui hier de la réussite de la réintroduction de quatre espèces de gazelles dans cette réserve spéciale de faune qui accueille chaque année des milliers de touristes.
Au cours d’une visite d’échanges organisée par le chef de village de Doune Baba Dièye, Ameth Sène Diagne et le président de l’association des éco gardes, Moussa Niang, Dr Sarr a rappelé que cette réserve, qui est à cheval entre les communautés rurales de Ndiébéne Gandiole et de Gandon, est un cadre propice pour l’élevage des gazelles offertes au Sénégal par nos partenaires espagnols, canadiens et israèliens. Il s'agit des dama mhorr, des dorcas, des oryx algazelles et autres espèces telles que les addax nasomaculatus.
Ces gazelles se développent dans de très bonnes conditions à Gueumbeul où elles se reproduisent sans difficulté, à côté des tortues terrestres et autres espèces animales.

Cette visite d’échanges qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet Fem/Compact (de 18 millions Cfa) de conservation de la biodiversité et de protection côtière de Doune Baba Dièye, a permis aux femmes du Gie « Bokk Jom » de cette île, de découvrir le parc de Gueumbeul.

Dr Sarr a saisi cette occasion pour préciser que cette réserve spéciale est composée d’une lagune d’eau saumâtre dont la tranquillité la rend utilisable et indispensable pour de nombreuses espèces d’oiseaux d’eau stationnant dans la zone sud de Saint-Louis.

Les rives de cette lagune sont couvertes d'une végétation arbustive parfois très dense car, non soumise à l'abroutissement par le bétail. Cette végétation repose sur des formations dunaires bien stabilisées. Une partie de cette zone terrestre constitue la base pour les initiatives d'élevage de gazelles et de tortues terrestres.

Cette réserve, selon le conservateur , tire son nom du village de Gueumbeul situé à une dizaine de kilomètres sur l'axe sud qui relie la ville de Saint-Louis à la zone du Gandiolais et de la Langue de Barbarie.

A en croire M. Sarr, elle a été créée par décret présidentiel le 30 mai 1983 sur une superficie de 720 hectares pour un périmètre de 12 kilomètres entièrement clôturé par un grillage galvanisé, comprenant la cuvette de huit kms de long et de huit cent mètres de large ainsi que la zone limitrophe sur une largeur de 500m à partir de la bordure de la cuvette composée des dunes du Gandiolais et du Toubé.
Du point de vue de ses ressources, a-t-il souligné, la réserve dispose d'une population animale et végétale diversifiée.
En plus des espèces dites autochtones (singes rouges appelés patas, phacochères, lièvres), a-t-il précisé, la réserve abrite actuellement quatre variétés d'espèces animales réintroduites.

Avec une politique de mise en défens qui est à l'origine de la régénération naturelle du bon développement des espèces végétales locales, cette réserve est une zone présentant une végétation très dense. Celle-ci plus ou moins fournie au niveau des dépressions et des plaines basses, est particulièrement résistante au sel mais, en partie utile à la faune.
L'importance de cette diversité biologique, a enfin ajouté M. Sarr, fait de cette réserve une niche écologique et économique avérée et témoigne sa reconnaissance depuis le 29 décembre 1986 comme site Ramsar d'importance internationale et comme noyau central de la réserve de biosphère transfrontalière de delta du fleuve Sénégal en 2005.

La restauration de la faune sauvage sahélo saharienne disparue ou menacée de disparition au Sénégal, la protection de la cuvette et la mise en défens de la surface de protection intégrale, ont été les principaux objectifs qui ont motivé la création de cette réserve visitée chaque année par des milliers de touristes.

Les populations des villages de Gueumbeul, Ngayna Lébou, Ndiakher, Diama Thiaguel, Ngaye-Ngaye, Ndiawsir, etc, sont impliquées dans les travaux d'aménagement du parc et sa surveillance.

Mbagnick Kharachi Diagne


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.