Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Voici la vitesse à laquelle le virus se propage avec et sans masque

Dimanche 25 Octobre 2020

Des chercheurs japonais ont utilisé un ordinateur pour simuler le mouvement des particules de coronavirus.


Voici la vitesse à laquelle le virus se propage avec et sans masque
Leurs résultats montrent jusqu’où les plus petites gouttelettes peuvent se propager et démontrent comment les masques, la distance sociale et l’humidité ont un impact sur la propagation de COVID-19.
Les chercheurs de Riken et de l’université de Kobe ont donc utilisé “Fugaku”, un superordinateur japonais, pour simuler et comprendre le mouvement des particules virales.
Le nuage de particules émis lorsqu’un individu tousse montre exactement pourquoi il peut propager le virus encore plus loin.
 
Les chercheurs ont également avancé que l’humidité est un facteur de propagation des particules virales.
Les gouttelettes sont de tailles très diverses et les scientifiques essaient de déterminer le risque qu’elles présentent.
Certains scientifiques se concentrent maintenant sur des particules plus petites, celles qui se propagent davantage comme la fumée de cigarette.
Celles-ci sont transportées par des traînées d’air et des courants d’air ascendants causés par la chaleur de notre corps.
Elles peuvent persister dans l’air pendant des minutes ou des heures, se répandre dans une pièce et s’accumuler si la ventilation est mauvaise.
Les organismes de santé publique se sont généralement concentrés sur les particules les plus grosses pour les coronavirus.
Mais l’Organisation mondiale de la santé, qui a longtemps écarté le danger des aérosols, sauf dans le cas de certaines procédures médicales, a déclaré que la transmission du coronavirus par aérosol ne peut être exclue en cas d’infection dans des espaces intérieurs surpeuplés et mal ventilés.
Les conclusions des universités de Riken et de Kobe montrent qu’une humidité de 30 % entraîne plus du double de la quantité de petites particules en aérosol par rapport à une humidité de 60 % ou 90 %.
“Lorsque les gouttelettes sortent de votre bouche, elles se mélangent à l’air et se dispersent. Mais lorsque l’air est sec, les gouttelettes s’évaporent plus rapidement.
Au fur et à mesure qu’elles s’évaporent, ce que nous appelons l’aérosolisation progresse.
Ainsi, les gouttelettes qui seraient tombées sur le bureau se dispersent davantage (si l’air est sec)”, explique Makoto Tsubokura.
 
Les chercheurs japonais ont également comparé les écrans faciaux et les masques. Ils ont constaté que les masques sont plus efficaces pour minimiser la propagation des aérosols.

 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.