Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Filière tomate : Les industriels vont enlever 50 mille tonnes à la prochaine campagne

Samedi 5 Novembre 2011

Socas et Agroline se sont finalement entendus pour enlever la tomate de la vallée du fleuve.En effet, ces industriels s’engagent à signer des contrats d’achat avec les producteurs de tomate pour une quantité de 50 mille tonnes de tomates fraîches lors de la campagne de commercialisation 2011-2012.


Filière tomate : Les industriels vont enlever 50 mille tonnes à la prochaine campagne
La campagne de commercialisation 2011-2012 de la filière tomate s’annonce sous des bons auspices. Au terme d’âpres négociations, tenues hier entre acteurs, sous la présidence du ministre du Commerce, Amadou Niang, les différentes parties se sont entendues. Et des mesures concrètes ont été retenues pour la prochaine campagne de commercialisation de la tomate fraîche. Un communiqué qui nous est parvenu souligne en effet que ‘la société de conserves alimentaires du Sénégal (Socas) s’engage à signer un contrat d’achat avec les producteurs de tomate pour une quantité de 30 mille tonnes de tomates fraîches, correspondant à mille hectares de surfaces emblavées avec un rendement moyen de l’ordre de 30 tonnes à l’hectare’.

En plus de la Socas, la deuxième société, Agroline, s’engage à signer un contrat d’achat avec les producteurs de tomate pour une quantité de 20 mille tonnes, soit 670 hectares de surfaces emblavées avec le même rendement à l’hectare que pour son concurrent. Ce qui constitue une entrée remarquée dans la filière pour cette entreprise qui va ainsi remonter la filière. Cela, après que son principal concurrent, Socas, ait eu à dénoncer à plusieurs reprises ses importations de triples concentrés de Chine pour en faire du double concentré qu’il revend sur le marché. C’est pourquoi, Socas, qui opère dans la filière depuis 40 ans, menace chaque année de suspendre sa participation dans la prochaine campagne à cause de cette ‘concurrence déloyale’ que le nouveau venu, qui détient 7 % du marché, lui ferait.
Selon le communiqué, la rencontre avait pour objectif d’examiner la situation de la filière tomate industrielle et d’évaluer les quantités de tomates fraîches que les industriels, notamment Socas et Agroline, sont prêts à acheter auprès des producteurs de tomate pour la campagne 2011-2012. Le Comité ministériel de régulation du marché de la tomate industrielle, créé par arrêté n°006345 du 03/06/2011, s’est réuni, suite aux instructions du Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye.

S’agissant des mesures d’accompagnement pouvant permettre un bon déroulement de la prochaine campagne, de faciliter l’écoulement des ventes des industriels et d’assainir durablement le marché intérieur, le Comité a adopté les mesures énergiques. Ainsi, il sera procédé à des opérations coup de poing immédiates afin de lutter contre l’introduction frauduleuse de tomate sur le marché. La surveillance et le contrôle des marchés sur toute l’étendue du territoire national seront renforcés afin de limiter la fraude et toutes autres formes d’importation de tomate faite de façon irrégulière. Des mesures de défense commerciale seront également adoptées dans les jours à venir pour protéger la filière tomate industrielle locale contre la concurrence déloyale. Une autre rencontre est prévue le 10 novembre prochain au ministère du Commerce pour le suivi de ces mesures.

Notons que Socas, qui commercialise le double concentré ‘Dieg bou Diar’, et Agroline, ‘La Linguère’, seront bientôt rejointes par l’arrivée d’une troisième entreprise qui va commercialiser sous la marque ‘Takamou’.

Charles Malick SARR