Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

"Le Sénégal peut s’autosuffir en riz et devenir un pays exportateur", selon le DG de l'ISRA

Jeudi 28 Juillet 2022

C'est une nouvelle unité de triage de semences de pré-base de riz d'une capacité de 60 tonnes/jour qui a été inauguré ce mercredi par le Directeur Général de l'Institut Sénégalais de Recherche Agricole (ISRA), Dr Momar Talla Seck au niveau de la commune de Fanaye dans le département de Podor. "Le triage occupe une place importante dans la filière riz. Des rendements obtenus dépendent de la qualité de la semence", a-t-il soutenu tout en évoquant la possibilité pour le Sénégal d'atteindre les objectifs d'autosuffisance en riz en une seule campagne rizicole.

"Nous avons 60 tonnes de semences de pré-base dans le magasin de stockage. Ces 60 tonnes une fois triées avec moins de 5% de pertes, donneront une cinquantaine de tonnes de pré-base. Si nous faisons un petit calcul en prenant 20 tonnes de semences de pré-base les niveaux 3, qu'on donne aux opérateurs semenciers, on peut avoir environ 1000 tonnes de semences de base. A partir de ces 1000 tonnes, nous pouvons avoir 50 000 tonnes de semences certifiées qui permettront d'emblaver plus de 400 000 hectares et avec les rendements espérés, nous serons au-delà de 2 millions de tonnes de production. Cela veut dire qu'à travers qu'une seule campagne agricole, nous aurons atteint nos objectifs d'autosuffisance en riz", a expliqué le DG de l'Isra qui dit œuvrer également pour renverser la tendance en ce qui concerne la commercialisation du riz.

"Actuellement, plus de 60% du riz consommé est importé. Mais à travers cette unité de triage de semences et ces résultats qui pourraient être obtenus, le Sénégal peut devenir un pays exportateur de riz. Nous pourrons exporter dans la sous-région et encore mieux au-delà de nos frontières", a fait savoir Dr Momar Talla Seck. Il a également insisté sur la nécessité de d'accompagner les producteurs pour une augmentation de leurs rendements. De leur côté, les producteurs de la zone ont magnifient de vives voix ce joyau.

A en croire certains d'entre eux, "le développement du Sénégal ne peut se faire sans les producteurs. D'ailleurs pour Ada Diop, représentant du collège des producteurs de Dagana, les producteurs de riz n'auront plus à aller jusqu'à Richard Toll pour faire le triage des semences. D’une valeur de 60 millions FCFA, cette unité de triage a été construite par le KOICA en 2017 mais sa mise en marche a été retardée par les travaux de réhabilitation du réseau d’irrigation permettant la production de semence.

NdarINFO
 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.