Connectez-vous S'inscrire
NDARINFO
NDARINFO.COM


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Les stocks devraient couvrir les besoins des consommateurs au cours des prochaines semaines (service du commerce)

Mardi 12 Juin 2018

Le chef du service régional du commerce de Saint-Louis, Serigne Diaw, assure que le marché sénégalais compte des excédents de stocks d’oignon et de pomme de terre pouvant couvrir les besoins des consommateurs sénégalais, "sans aucune crainte de spéculation, de rétention de stocks ou de hausse de prix" au cours des prochaines semaines, jusqu’à la Tabaski.
 
Le marché enregistre des excédents de produits agricoles comme l’oignon, la pomme de terre et le riz, des quantités pouvant "couvrir l’essentiel des besoins des consommateurs sénégalais, sans aucune crainte de spéculation, de rétention de stocks ou de hausse de prix", a-t-il déclaré dans un entretien avec l’APS.
 
Le marché sénégalais compte actuellement de 53.000 tonnes de riz et de 80.000 tonnes de sucre, "ce qui permet de dire que durant toute la période du ramadan, jusqu’à la Korité’’, la fête commémorant dans moins d’une semaine, la fin du jeûne musulman, ’’voire même la Tabaski’’, prévue deux mois plus tard, "on n’aura aucune rupture dans les marchés pour ces produits de consommation", a indiqué M. Diaw.
 
Selon lui, la production de la vallée du fleuve Sénégal, "assure l’essentiel’’ des approvisionnements en produits agricoles du marché sénégalais.
 
"Avec le système de protection que l’Etat a mis en place, avec la régulation par le système du gel de l’importation des produits agricoles, comme l’oignon, la pomme de terre, les carottes etc., les producteurs ont boosté leurs productions pour satisfaire la demande nationale", a-t-il relevé.
 
Serigne Diaw a appelé à "un patriotisme économique" des acteurs des filières agricoles concernées, afin de pérenniser la production agricole au Sénégal, pour l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire.
 
Au Sénégal, "on dispose de la terre, de l’eau, du soleil’’, sans compter l’appui de l’Etat "pour accompagner toutes les organisations paysannes vers des rendements agricoles de qualité et en quantité suffisante’’.

APS