Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Reprise de l'usine chinoise de Mbambara : Silence sur une catastrophe sanitaire et environnementale à la porte de Saint-Louis (vidéo)

Dimanche 3 Juin 2018

Curieux rebondissement dans l’affaire de l’usine chinoise installée dans la zone fluviomaritime de Mbambara sans aucune étude d’impact environnemental, faite au préalable. En effet, l’entreprise a repris ses activités après une brève suspension, sans donner des garanties, infligeant aux populations des zones riveraines de terribles nuisances.
 
L’odeur nauséabonde qu’elle dégage prend gravement en otage les populations des villages de Mambara, Dièle Mbame, Keur Barka, Gueumbeul, Ngaina et des parties du Gandon, dont Ndiawsir et Leybar.
 
Pourtant, des sources de NDARINFO renseignent que des recommandations ont été faites au Chinois à la suite d’une mission de prospection de l’administration. Le suivi n’étant pas assuré, les Chinois déroulent leur affaire en silence dans cette partie retranchée de Saint-Louis.
 
Ils devaient notamment mettre un filtre pour tamiser l’odeur de décomposition qu’elle distille en continu et cesser de déverser ses résidus malpropres dans le fleuve Sénégal . Notre descente sur les lieux suite aux nombreuses plaintes, a permis de constater que ce dispositif et inexistant. D’ailleurs, une courte cheminée lance encore la fumée noirâtre polluée dans le ciel.
 
Sans une restitution publique des répercussions de ces déversements aériens sur la santé publique, il n’est possible de confirmer les types de pathologies pulmonaires que les riverains pourront contracter en humant cette forte odeur.
 
Mais, les dégâts olfactifs sont réels. À Mbamabara, le village le plus proche, des cas de vomissements ont été notés chez des enfants au réveil, selon des témoignages que nous avons recueillis hier sur place. Aucun moyen n’a permis à ces habitants de dégager la senteur de leurs chambres. Par ailleurs, difficile de saisir le député du GANDIOLAIS qui se trouve être le maire Arona SOW qui a autorisé l’installation des Chinois.
 
Aujourd’hui, avec la reprise de la campagne de pêche, l’activité de l’usine bat son plein. Des camions font la navette pour transporter les débris de poisson achetés à vil prix en ville pour être transformés en farine et huile de poisson. Les traces du sang des poissons s’éparpillent ça et là, laissent des sillons.
 
« Ils nous ont trompés. Ils ne nous avaient pas dit que cette usine aurait de tels incidents sur notre environnement », a indiqué le représentant du chef de village. Ici, pas un seul fils de la localité n’a été engagé par les Chinois.
 
C’est donc un commerce étranger qui s’y est installé et qui, pour ses propres bénéfices, impose une nuisance continue sur les concitoyens.
La convention des Gandiolais va agir
 
Alors qu’un collectif regroupant les victimes de cette injustice se forme, la Convention des GANDIOL-GANDIOL saisit par les populations déboussolées, compte lancer l’assaut. Une campagne nationale sera mise sur pied pour alerter l’État et l’opinion nationale sur les préjudices que subissent ces populations.
 
NDARINFO.COM
 


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par ABOU le 03/06/2018 19:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je felicite NDARINFO pour sa vigilance concernant ce fleau et je vous assure que la population souffre terriblement fermer portes et fenetres n est meme pas une solution car l odeur est partout ou il y a de l air. je suis sure que le maire arouna sow ne savait pas les graves concequences qui decoulerait de cet usine il a donc ete trompe par les chinois les villageois qui vivent dans cette odeur pestilentiel ne le savaient pas non plus .
IMAGINEZ VIVRE AVEC SOUS LE NEZ DES VAPEURS DE POISSONS POURRIS BOUILLANT 24 H SUR 24
ET c est un chinois venu de 50.000km qui l impose a des milliers de senegalais pour faire sont benefice. et cela ne derrange point les autorites competentes.
MAIS DANS QUELLE PAYS VIVONS NOUS DONC.
je fais des va et viens a la pharmacie toute la famille est entrain de tousser les problemes pulmonaires commencent a cause des aditifs chimiques melange avec ces bouillons infectes .
faut-il mobiliser tout les villageois qui vivent ce drame et aller deloger ce chinois avec des batons j espere ne pas arriver a cet extreme. mais agir si nous le ferons si rien n est fait.

2.Posté par lamine le 04/06/2018 12:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
domage qu il ny pas beaucoups de gens qui savent lire et ecrire dns ces villages mais tout le monde souffre a cause de ce chinois et nous attendons tous du secours de la part des autorites .
IL FAUT FERMER L USINE IL NY A PAS 36 SOLUTIONS
CE CHINOIS EST ENTRAIN DE POLUER LE FLEUVE SENEGAL . ET DE RENDRE MALADE LA POPULATION DES VILLAGES KEUR BARKA, BOUNTOU NDOUR ,MBAMBARA, DIEULE, MBAME , NDIAW SIR , DIEULEUK, NGAINA .GEUMBEUL ECT
ET PERSONNE NE FAIT RIEN ... INCROYABLE CELA FAIT UN AN QUE CELA DURE.

3.Posté par baye le 29/06/2018 10:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je lance un appel a l'etat du senegal car ces chinois il faut les controler comme du lait sur le feu, ils ne respectent aucune procedure apres obtention de leur droit d'etablissement. A vous les gandiolais, restez ferme sur votre decision.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.