Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Me Aissata Tall Sall revient sur les avantages du pont de Rosso

Jeudi 3 Décembre 2020

Me Aissata Tall Sall revient sur les avantages du pont de Rosso
La ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur est revenu longuement, mercredi, devant les députés, sur les avantages et les objectifs du pont de Rosso sur le fleuve Sénégal.


Me Aissata Tall Sall s’exprimait lors de l’adoption par les députés du projet de loi autorisant le président de la République à ratifier la convention régissant le régime fiscal et douanier applicable au projet de construction du pont de Rosso entre le Sénégal et la Mauritanie.
 
Ce projet a été adopté à l’unanimité par les élus.
 
’’L’objectif du pont est l’amélioration du niveau de service sur l’axe Nouakchott-Dakar, en vue d’accroître les échanges commerciaux sur les axes routiers transfrontaliers’’, a déclaré la ministre, ajoutant que l’infrastructure vise aussi à améliorer les conditions de passage et de traversée entre les deux pays.
 
Cette infrastructure permet aussi d’améliorer l’accessibilité aux services de base et les conditions de vie des populations de la zone d’influence directe du projet.
 
Dans le rapport de la commission des Lois, la ministre des Affaires étrangères a indiqué que les deux gouvernements ont décidé de construire le pont ’’pour assurer le franchissement permanent du fleuve Sénégal entre les rives de Rosso Mauritanie et de Rosso Sénégal’’.
 
La convention régit aussi le régime fiscal et douanier applicable au projet de construction du pont de Rosso entre le gouvernement du Sénégal et de celui de la République islamique de Mauritanie.
 
Cette convention signée au mois de février dernier à Nouakchott prévoit des dispositions fiscales et douanières.
 
Il s’agit de l’institution d’un impôt sur les sociétés de 3,5% sur le chiffre d’affaires réalisé par les entreprises titulaires des marchés, au profit des deux Etats et l’institution d’une taxe de 1% répartie équitablement entre les deux Etats sur le montant des marchés communs pour leur enregistrement, excepté les parts de dons.
 
L’exonération des taxes sur la valeur ajoutée et de toutes autres taxes indirectes perçues par les deux Etats pour les livraisons de biens et les prestations de services réalisées au profit des entreprises intervenant dans a réalisation du projet fait également partie des dispositions du texte.
 
APS
 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.