Connectez-vous S'inscrire
NDARINFO.COM
NDARINFO.COM


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Bilan de la filière tomate : 52.895 tonnes enregistrées pour la campagne 2017-2018

Jeudi 9 Août 2018

La traditionnelle cérémonie de présentation du bilan de la filière tomate s’est tenue, hier, à Saint-Louis regroupant plusieurs acteurs agricoles de la vallée. Cette année, une légère hausse a été notée par rapport au bilan de l’année dernière (52.895 contre 52.601 tonnes en 2017 et 28.000 t en 2016  et en 2015) sur un objectif de 80.000 tonnes.

Cette performance a été enregistrée grâce aux engagements d’Agroline (17.380 tonnes), de la Socas-SA (21.246 tonnes) et de Takamoul Food (14.089  tonnes). 

« C’est un chiffre très satisfaisant, car elle démontre la résilience de la filière après quelques années de difficultés marquées », a expliqué  Abdoulaye Dieng, le président de cette organisation. Il a souligné notamment des « des maladies comme la bactériose contre laquelle seules des méthodes prophylactiques et des semences de qualité peuvent lutter actuellement », « des vagues de chaleur arrivant au moment de la floraison et faisant avorter les plantes ».

M. DIENG a évoqué en outre, « des difficultés de certaines unions à faire face à leurs charges surtout d’électricité, ce qui les a poussées à renoncer à la campagne » et dans la » mise en place de nouvelles règles qui nous ont valu aujourd’hui la concurrence que les industriels se font pour enlever la tomate nationale ».

Aboubacry SOW DGA de la SAED qui présidait la rencontre a salué « la régularité de la structure quant à l’organisation annuelle de journées-bilans de la campagne écoulée avec les différents partenaires ».

Considérant le Comité Tomate comme l'organisation la plus professionnelle du milieu agricole, le DGA s’est dit satisfait de la présence  tous les acteurs pour réfléchir sur le développement de la filière tomate.
Il a également approuvé l’initiative du Comité tomate dont le seul objectif vise à instaurer de façon durable la concertation et le dialogue dans un souci d’améliorer les performances techniques et économiques des exploitations agricoles.

>>> Suivez la réaction d’Abdoulaye DIENG
 

NDARINFO.COM