Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Exploitation pétro-gazière: ​La marine nationale s’arme pour sécuriser les eaux sénégalaises

Mardi 21 Janvier 2020

La marine nationale s’est réunie à Dakar ce lundi 20 janvier 2020, autour d’un forum international, en marge de la célébration de son 45ème anniversaire, pour discuter de la sécurité maritime des eaux africaines, dans le golf de Guinée en particulier.  

Présidé par le ministre des Forces Armées, Me Sidiki Kaba, renseigne que cette rencontre « rentre dans le cadre de notre évolution économique qui va se traduire par la production du pétrole et du gaz en 2022. Et que le Sénégal se donne les moyens, comme le président de la République dans le cadre de son plan 2020-25, qui, voudrait doter notre armée d'une capacité à la fois dissuasive et réactive pour pouvoir faire face aux enjeux de sécurité et plus particulièrement les menaces protéiformes et asymétriques. » 

Poursuivant, l’ancien ministre des Affaires étrangères ajoute que « le Sénégal sera un pays gazier et pétrolier. Les enjeux de cette réunion c'est d'anticipation à la prévention pour pouvoir nous donner les meilleurs capacités de faire face sans doute à ces menaces qui frappent le Golf de Guinée. Et nous voudrions que le Sénégal puisse donc être en mesure de relever cet énorme défi, qui ne sera pas facile mais avec une coopération régionale africaine européenne et internationale, les réponses auxquelles nous voudrions atteindre nous les atteindrons.» 

Pour le chef d’état-major de la marine nationale, Momar Diagne « cette synthèse permet à tout un chacun de faire une adaptation dans sa situation particulière afin de sécuriser les eaux de la sous région et toutes les eaux de l’Afrique, commence par les ressources humaines, bien formées en qualité et en quantité. Car, comme vous le savez il n’y a pas de frontières en mer. Et la meilleure solution est la coopération, pour que les malfaiteurs ne puissent pas passer d’un pays à un autre », estime-t-il. 
  
Toutefois aux risques sécuritaires, l’amirale Diagne rassure que « dans nos eaux, la marine nationale est très bien équipée. Aujourd’hui elle est en anticipation sur ce qui pourrait arriver si jamais on commençait l’exploitation du pétrole et du gaz », soutient-il. Avant de conclure que la commande de patrouiller, « le contrat est signé, il y a quelques procédures administratives qui restent, nous espérons que dans quelques semaines les chantiers vont être lancés. 31 mois après le lancement du premier chantier, le premier bateau devrait être là et tous les six mois nous devrions recevoir un bateau ».

 



Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par Moctar Ndiaga Gueye Ndiolofène le 21/01/2020 10:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur le Maire , le début de collaboration et de partenariat avec l'entreprise BP est très significatif du fait déjà des nombreux actes posés par la société pétrolière et gazière multinationale en faveur des organisations communautaires de base , de l'hôpital régional de Saint-Louis ,de la Mairie de Saint-Louis (matériels de nettoiement ) ... Seulement je voudrais attirer votre attention Monsieur le Maire sur une éventuelle mesure préventive car comme vous le savez BP a été directement impliqué dans plusieurs incidents environnementaux et de sécurité majeurs.C'est pourquoi la Commune de Saint-Louis doit beaucoup veiller sur les déchets occasionnés par l'exploitation du gaz .La collecte et le transport de déchets toxiques dangereux nécessitent beaucoup de précautions. D’abord, l'enlèvement et l'acheminement vers une décharge spéciale destinée à de tels déchets, qui, en principe, devraient être pré-traités. Ensuite la nécessité de se référer à l'approbation d’un service spécialisé d’inspection. Cet organisme autorise l'acheminement des déchets vers une décharge appropriée après avoir déterminé le niveau tolérable de toxicité. Il faudrait aussi assurer le transport des déchets gaziers.
Et notons aussi que le prétraitement des déchets gaziers doit faire l'objet de mesure cohérente avec la mise en œuvre de deux importants mécanismes pour :
- le contrôle des activités de BP.
- la surveillance systématique de la mer, en analysant des échantillons d'eau, en luttant contre la pollution et en veillant à l'exécution des lois, décrets et accords internationaux ,nationaux, régionaux , et surtout communaux conclus avec BP .Tel est Monsieur le Maire le point de vue que j'ai bien voulu partager avec votre autorité .
.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.