Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Affaires Khalifa-Karim-Imam Ndao : Amnesty International accable le Sénégal

Jeudi 16 Août 2018

Amnesty international accuse Dakar. Dans son rapport sur l'examen périodique universel des Nations-unies, l'Ong met en doute l'indépendance de la justice. Et évoque les affaires Khalifa Sall, Karim Wade et Imam Ndao.

D'abord, relève Amnesty, "Le Sénégal doit faire de la garantie d'un procès équitable une priorité et mettre immédiatement fin à l'intimidation et au harcèlement des leaders de l'opposition et à la répression contre les dissidents".

L'Ong dont le siège est basé à Londres souligne "les cas où des membres de l'opposition politique ou des "suspects liés au terrorisme" ont été emprisonnés à l'issue de procès inéquitables, maintenus en détention provisoire prolongée ou privés d'accès à des avocats".

Macky et Ismaïla Madior Fall épinglés
"L'indépendance judiciaire et des procès équitables ne peuvent être pleinement garantis dans un pays où le Conseil judiciaire suprême compte comme membres le président de la République et le ministre de la Justice" , a émis François Patuel, chercheur d'Amnesty International en Afrique de l'Ouest.Il s'explique : "Il ne faut pas s'étonner que les procès contre des personnalités de l'opposition soient largement perçus comme motivés par des considérations politiques, compromettant ainsi la confiance du public dans le système judiciaire. Si le Sénégal veut montrer aux États membres de l'ONU qu'il est déterminé à protéger et à promouvoir les droits de l'homme, il doit entreprendre des réformes essentielles dans son système judiciaire".

Parmi les exemples de procès inéquitables, Amnesty cite "Khalifa Sall, chef de l'opposition et maire de Dakar". "Il a été arrêté en mars 2017 pour des accusations de complot criminel, de falsification et de falsification de dossiers, de détournement de fonds publics, de fraude et de blanchiment d'argent. Il s'est vu refuser la libération sous caution à plusieurs reprises. En juillet 2017, en détention, il a été élu au Parlement. En juin 2018, la Cour de justice communautaire de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a statué que la détention de Khalifa Sall était arbitraire et a affirmé que ses droits à la présomption d'innocence, a été violé.

Autre cas évoqué celui de Imam Ndao et l'ancien ministre Karim Wade. Amnesty s'inquiète aussi dans son rapport de la répression policière.

"Les rassemblements pacifiques organisés par des partis politiques ou des défenseurs des droits de l'homme sont souvent interdits et dispersés par la police et la gendarmerie du Sénégal, en utilisant une force excessive", fait remarquer l'Ong.  Qui revient sur le cas Barthélémy Dias condamné à six mois de prison pour "outrage au tribunal".

"Avant les élections de 2019, suggère Amnesty International, le Sénégal doit garantir que les journalistes, les leaders de l'opposition, les critiques du gouvernement et les défenseurs des droits humains sont libres d'exercer leurs droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion pacifique sans crainte de représailles".

Dakarmatin


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par Ahmadou Bamba Ndao le 16/08/2018 09:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En tant que membre de la Section Sénégal d'Amnesty International, je vais ajouter que la démocratie est en nette recul continu au Sénégal avec l'arrivée de Macky Sall au pouvoir. Et, il est soutenu dans ses dérives autoritaires par une certaine partie des populations qui n'ont pas encore acquis la culture démocratique et qui pensent encore de nos jours qu'un Président est de "droit divin". Et, donc, "tout lui est permis et s'opposer à lui, c'est s'opposer à Dieu qui l'a élu". De, ce fait, moi par exemple, qui suis défenseur des droits humains, mais fonctionnaire, je n'ai jamais avancé dans ma carrière, car ceux qui sont chargés de la gestion de nos avancements; croient bien faire et rendre service à nos dirigeants en faisant traîner mes dossiers d'avancement. Ainsi, c'est une question de mentalité, encore réfractaire à la Démocratie et aux Droits Humains, et ennemie à tout ce qui est susceptible de gêner le règne du Président. Et, cet état d'esprit est à tous les niveaux et dans tous les secteurs.
Oui, c'est vrai que ce toujours possible d'entraver nos activités citoyennes de défenseurs des droits humains au Sénégal mais il est temps que cela cesse définitivement.

2.Posté par Ahmadou Bamba Ndao le 16/08/2018 09:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En tant que membre de la Section Sénégal d'Amnesty International, je vais ajouter que la démocratie est en nette recul continu au Sénégal avec l'arrivée de Macky Sall au pouvoir. Et, il est soutenu dans ses dérives autoritaires par une certaine partie des populations qui n'ont pas encore acquis la culture démocratique et qui pensent encore de nos jours qu'un Président est de "droit divin". Et, donc, "tout lui est permis et s'opposer à lui, c'est s'opposer à Dieu qui l'a élu". De, ce fait, moi par exemple, qui suis défenseur des droits humains, mais fonctionnaire, je n'ai jamais avancé dans ma carrière, car ceux qui sont chargés de la gestion de nos avancements; croient bien faire et rendre service à nos dirigeants en faisant traîner mes dossiers d'avancement. Ainsi, c'est une question de mentalité, encore réfractaire à la Démocratie et aux Droits Humains, et ennemie à tout ce qui est susceptible de gêner le règne du Président. Et, cet état d'esprit est à tous les niveaux et dans tous les secteurs.
Oui, c'est vrai que ce toujours possible d'entraver nos activités citoyennes de défenseurs des droits humains au Sénégal mais il est temps que cela cesse définitivement.

3.Posté par Leakey le 16/08/2018 23:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un, un seul dirigeant vertueux, en un unique mandat de 5 ans peut changer à jamais la Marc de ce pays. Car s'il arrive à à réformer la justice et que pendant son mandat, un simple citoyen, s'estimant lèsé ait gain de cause devant la force financière d'un nanti, les citoyens croiront alors que tout est possible et n'accepteront plus un retour en arrière. Wade l'avait promis et s'est dédit, macky à été élu pour corriger les bévues de Wade et remettre le pays sur des rails mais il a noyé le pays, au lieu d'émergence, il nous mène vents l'immersion totale

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.