Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Jouer à fond la carte des ‘’olympiques’’ ( la chronique d'Ahmad)

Mardi 9 Octobre 2012

Jouer à fond la carte des ‘’olympiques’’ ( la chronique d'Ahmad)
Entre deux équipes possédant un potentiel offensif comme celui du Sénégal et la Côte-d’Ivoire, la confrontation ne peut être que prolifique qu’en buts. Le match aller le prouve. 7 buts dans une rencontre, ca ne court pas les rues.

Il faudra s’attendre donc à une opposition similaire et malheur à la formation qui décidera de ne pas jouer, de se contenter du résultat. Du reste, ces deux équipes ne sont pas spécialisées dans ce domaine et courent à leur perte en prenant une telle option défensive.

Le match ne pourra qu’être ouvert entre deux équipes renfermant des joueurs pétris de talents et à l’arrivée celle qui aura marqué plus de buts que l’autre sur les deux confrontations devra passer. La peur n’a pas sa place dans cette confrontation et il faudra oser pour l’emporter et encore largement.

Pour cela la fougue de la jeunesse affichée lors des jeux olympiques devrait être mise à contribution. Koto a convoqué le maximum d’olympiques possibles. à l’exception de Ibrahima Baldé quasiment tous les héros de Londres ont été convoqués et on espère que ce n’est pas pour les laisser cirer le banc.

Ces olympiques ont besoin d’être couvés par des cadres motivés et talentueux animés du même désir de porter aux cimes le football national et leur propre destin. L’équipe nationale est l’une des meilleures vitrines pour les footballeurs de se vendre.

En face l’option n’a pas changé mais le Sénégal fait peur au public sportif ivoirien qui craint surtout les talents émergents qui ont encore l’avantage de n’être pas très connus par leurs adversaires.

Abdoulaye Traoré, le héros de Caire 86, l’auteur du but éliminatoire contre le Sénégal, l’a déclaré dans les journaux ivoiriens.

Les ivoiriens savent que la qualification n’est pas encore acquise malgré un écart assez considérable de deux buts et de leur coté beaucoup d’interrogation se posent. Il faut en profiter pour essayer de les surprendre. Une chose encore une fois qui ne sera pas facile. Cette échéance est la dernière pour la génération de Drogba de gagner une Can et le fait de venir chercher le quitus sur les terres dakaroises où leurs ainés avaient été sacrés en 1992 est un motif d’espoir. Aux lions de briser ce rêve.