Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

En 2015, la production de riz a atteint 438.337 tonnes.

Mardi 26 Janvier 2016

Les résultats de la politique d’autosuffisance en riz du Sénégal "avant 2018" dépendront des campagnes rizicoles de "contre-saison chaude et hivernale" de cette année, a estimé, lundi, à Saint-Louis (nord), le directeur général de la Société nationale d’aménagement des terres du delta et de la vallée du fleuve Sénégal (SAED), Samba Kanté.

"L’année 2016 est la dernière année avant la date butoir de 2017. Les résultats des campagnes de contre-saison chaude et hivernale augureront sans doute l’atteinte de l’autosuffisance en riz en 2017", a-t-il affirmé en présentant ses vœux de nouvel an au personnel de la SAED.
Le président Macky Sall dit vouloir rendre le Sénégal autosuffisant en riz "avant 2018", avec une production moyenne de 1,8 million de tonnes par an.

Le pays dépend largement des importations pour couvrir ses besoins en riz, l’une des céréales les plus prisées au Sénégal.

Selon le gouvernement, l’atteinte de cet objectif permettrait au pays de diminuer, voire arrêter les importations de riz. Elle devrait permettre aux riziculteurs locaux de tirer profit des "200 milliards de francs CFA de chiffre d’affaires" générés annuellement par la production rizicole.

L’atteinte de cet objectif exige "une mobilisation sans précédent" de ressources financières, un plan d’aménagement des terres et d’accroissement des surfaces cultivables, mais aussi la mécanisation de la production de riz, selon les autorités sénégalaises.

Pour y arriver, le Sénégal a entrepris une démarche d’"augmentation significative de la surface globale aménagée, qui est passée de 124.100 hectares en fin 2014, à 130.377 hectares, en fin 2015", a souligné Seyni Ndao, le directeur général adjoint de la SAED.

En 2015, la production de riz a atteint 438.337 tonnes pour la variété de riz paddy, ce qui couvre 32,14 % des besoins du pays, selon M. Ndao.

Les surfaces cultivées devraient passer de 130.377 hectares en 2015 à 136.777 hectares en 2016, affirme la SAED.

Les investissements d’environ 176 milliards de francs CFA devraient permettre, dans un premier temps, d’atteindre l’objectif de production de 745.000 tonnes de riz en 2016.

"Ces choix stratégiques sont importants en ce qui concerne le programme d’autosuffisance en riz en 2017, pour lequel tous s’accordent à dire que 2016 est une année charnière, l’année de la confirmation de la pertinence des choix et du réalisme des objectifs", a souligné M. Ndao. 

"Nous avons posé les conditions d’un strict respect du calendrier cultural et prévenu les risques liés aux aléas, comme l’hivernage précoce ou l’abondance des pluies", a assuré Samba Kanté.

Source: APS