Connectez-vous
NDARINFO.COM


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

INÉDIT: Du maraichage « bio » sur l’île de Doune Baba DIEYE. Regardez !

Jeudi 5 Mai 2016

La renaissance de l’île de Doune Baba DIEYE, détruit après l’ouverture du canal de délestage en octobre 2003, se confirme. Aujourd’hui, des centaines de têtes de filaos jaillissent sur cette bande sable scintillante qui reprend vie après le grand massacre environnemental qui a chamboulé son riche écosystème. Sur les ruines de cet endroit mythique, plane l’espoir d’une vie nouvelle. Aujourd’hui, des activités agricoles s’y développent petit à petit, au profit des sinistrés de ce paradis perdu. Ces derniers y développent une culture sans engrais de choux, de betteraves, d'oignons, de carottes, etc. Le pouvoir économique local monte, avec l’exploitation parallèle des huîtres dans la mangrove. Ahmet Sène DIAGNE, son père ancien chef de ce village, nous fait le récit de cet exploit. Regardez !


NDARINFO.COM


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par moussa diagne le 06/05/2016 00:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un lieu qui a beaucoup de potentialités pour saint louis.

2.Posté par Je connais bien cette région avec un reportage photos le 06/05/2016 17:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est la deuxième fois que je entends cette personne parler à propos de la brèche et de Doune BABA DIEYE. Ce qu'il faut comprendre Monsieur c'est que la perte due à la brèche mettra des siécles à se rattraper. Vous ne parlez que des bouts de terrain stabilisés. Avant la brèche, on trouvait dans ce coin et ses affluents du côté de Gui Ngalakh de l'eau saumâtre favorable à une faune aquatique désormais perdue pour TRES LONGTEMPS. Il faut arrêter de raconter n' importe quoi et continuer de dénoncer cette catastrophe majeure. Les gens de Dièle Mbame, de Gandiol etc croient que leur région est inestimable. Ils attendent les Chinois ou d'éventuels investisseurs. Cette même personne, dans le reportage précédent disait attendre le tourisme. C'est vous dire qu'il faut une autre approche de sensibilisation pour changer les discours et les comportements. Ce ne sont pas ces quelques choux qui rattraperont les dégâts. Une hirondelle ne faisant pas le printemps; arrêtez d'afficher vos bouts de terrain récupérés sur la mer. Mobilisez les autorités. On a entendu parler de l'arrivée des hollandais. Ces gens ont fait la preuve de leur maîtrise des digues. C'est l'Etat sénégalais qui doit réparer cette catastrophe. Et surtout arrêtez de nous bassiner avec ces contre vérités.

3.Posté par Emmanuel le 09/05/2016 19:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ouais...les hollandais, la dernière fois qu'ils sont passés il y a quelques mois, ils ont englouti 240 millions pour une digue qui a tenu 3 jours...Et puis il faut arrêter de jouer au devin, les courants peuvent réensabler la zone en quelques décennies.