Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Le cautionnement mutuel agricole dans la vallée: Un mécanisme endogène de garantie du crédit

Dimanche 24 Juillet 2011

Le cautionnement mutuel agricole dans la vallée: Un mécanisme endogène de garantie du crédit
Avec l'appui du PINORD (Programme d'appui aux initiatives du Nord), de l'USAID/Projet de croissance économique(PCE), Mec/Delta (Mutuelle d'épargne et de crédit) et plusieurs autres partenaires, les producteurs de riz et de maïs du delta du fleuve Sénégal se sont réunis récemment en assemblée Général au centre de formation et d'action féminine (CEDAF) de Ross-Béthio, pour mettre en place une structure de cautionnement mutuel agricole (SCMA).

A la suite du maire de Ross-Béthio, Babacar Diop, qui s'est appesanti sur l'importance de la caution solidaire, le président du comité de pilotage du PINORD, Djibril Diaw, a rappelé que l'objectif général de la SCMA, consiste à sécuriser et développer durablement le crédit aux producteurs de maïs et de riz, par le biais d'un mécanisme de garantie financière endogène s'appuyant sur des principes mutualistes et de cautions solidaires.
Au Sénégal, a-t-il souligné, la caution solidaire a été longtemps utilisée en lieu et place d'une garantie matérielle, pour se prémunir d'un risque d'impayé. Elle était perçue dans un passé récent, comme une approche efficace et effectivement, elle a permis l'accès aux services financiers aux plus pauvres, notamment, aux petits producteurs. Même si elle reste un fondement, ses limites apparaissent progressivement.
Pour M. Diaw, elle est en effet plus l'expression d'une pression sociale que d'une réelle solidarité. Le mécanisme ne fonctionne que dans les contextes de forte cohésion sociale. Il s'érode au fil du temps, peut être manipulé et reste étroitement enchâssé dans les systèmes de pouvoirs locaux.
Face à ces limites, a-t-il précisé, une nouvelle génération de mécanismes de sécurisation tente de renforcer la caution solidaire (responsabilité collective) par une responsabilisation plus forte de l'individu et par la transformation de la caution sociale en garantie matérielle. En cours d'expérimentation, certains de ces mécanismes pourraient ouvrir des perspectives pour le financement de l'agriculture. il est important donc de développer des mécanismes endogènes alternatifs qui pourraient se pérenniser.
Le développement au niveau des zones de production de la SCMA, selon Djibril Diaw, entre dans cette dynamique et se veut donc une réponse adaptée et innovante à l'exigence de garantie des institutions de financement, mais surtout au besoin de financement des intrants de production.
Auparavant, Ibrahima Diakhoumpa, Manager Accès au Capital du programme USAID/PCE, a laissé entendre que cette SCMA fonctionnera comme une coopérative et bénéficiera de la part de son ONG, d'un appui de 25 millions, pour sa mise en place.


Mbagnick Kharachi Diagne