Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Technologie du Placement profond de l’urée : Des granuleuses de l’Isra pour augmenter le rendement du riz de 20 %

Vendredi 3 Octobre 2014

L’adjoint au préfet du département de Podor, Adama Camara, a annoncé, hier, un financement de 160 millions de FCfa du Fonds national de recherches agro-sylvo-pastorales (Fnraa-Waapp) pour la mise en œuvre du projet de fabrication de granuleuses et d’applicateurs de granules pour la diffusion de la technologie de Placement profond de l’urée super granulée (Ppu) en riziculture irriguée dans la vallée du fleuve Sénégal et le bassin de l’Anambé.


Au cours d’un atelier de lancement de ce projet, qui s’est déroulé au siège de la Délégation de la Saed, à Nianga (Podor), M. Camara a précisé que ce programme est d’une durée de 3 ans et sera mis en œuvre par l’Isra, en étroite collaboration avec la Drdr, la Saed, l’Ancar, Agritech, l’association des utilisateurs du Ppu et tous les acteurs de la chaîne de valeur riz.

En présence de Sada Ly et de Badara Badiane, représentants respectivement la Direction régionale et le Service départemental du développement rural, de l’ingénieur délégué de la Saed de Podor, Abou Sall, d’une quarantaine de participants, parmi lesquels on peut notamment citer les représentants des organisations paysannes du delta et de la vallée du fleuve Sénégal ainsi que certains membres de la fédération des producteurs du bassin de l’Anambé, le directeur du Centre de recherches agricoles (Isra) de Saint-Louis, le Dr Abdoul Aziz Mbaye, a rappelé que ce projet s’articule autour des stratégies mises en œuvre par l’Etat pour atteindre l’autosuffisance en riz en 2017.

Au nom du Dg de l’Isra, le Dr Abdoul Aziz Mbaye s’est réjoui du lancement et du démarrage de ce projet ambitieux, précisant que la diffusion, à grande échelle, de la technologie de placement de l’urée super granulée va introduire une hausse substantiellement des rendements et baisser les charges de production en même temps que réduire l’utilisation trop élevée des engrais chimiques. Ainsi, a-t-il poursuivi, par cette approche, le projet va appuyer les utilisateurs à être plus efficients et augmenter leur offre en riz.

Un projet de 160 millions de FCfa

Dr Mbaye a rendu un vibrant hommage à la Saed, à l’Ancar, Africa Rice, Agritech, à tous les acteurs de la chaîne de valeur riz et autres partenaires de l’Isra, pour les efforts constants et louables déployés en partenariat, en vue de mettre à la disposition des producteurs les résultats de la recherche agricole. Pour lui, il n’est plus question de ranger dans les tiroirs ces résultats de la recherche agricole, qui permettent de booster la production agricole et d’aider notre pays à atteindre les objectifs du programme national d’autosuffisance en riz, de la sécurité alimentaire, de création d’emplois et de réduction des importations de denrées alimentaires.

A l’issue de la présentation de ce projet et autres travaux de cet atelier animé par Dr Abdoul Aziz Mbaye, Amadou Abdoulaye Fall (coordonnateur du projet), Mamadou Ndiaye de l’Isra, Malick Ndiaye d’Agritech, il a été aisé de retenir essentiellement que la technologie du Ppu, développée et introduite par le centre international pour le développement des engrais (Ifdc) en collaboration avec l’Isra et la Saed, a prouvé son efficacité sur le riz produit dans les systèmes irrigués.

Au Sénégal, les résultats des activités de démonstration et de recherche adaptative par l’Isra et la Saed, depuis 2009, ont permis, selon les chercheurs de l’Isra, de déterminer le potentiel agronomique et économique de la technologie du Ppu. En effet, ils indiquent une augmentation moyenne de 20% des rendements de riz irrigué correspondant à une tonne additionnelle de paddy par ha, couplée à une baisse de 45% des quantités d’urée utilisées par ha et une réduction moyenne de 19% des coûts de production unitaires et une hausse moyenne de 20% des marges unitaires.

Au cours de l’atelier de lancement de ce projet à Nianga, les chercheurs de l’Isra ont démontré que l’application de la technologie du Ppu permet de contribuer efficacement à la lutte contre la pauvreté et à l’amélioration de la sécurité alimentaire dans notre pays.

Mbagnick Kharachi DIAGNE