Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Commune de Richard-Toll : Entre foisonnement artistique et absence d’infrastructures culturelles

Mardi 15 Août 2017

Ville cosmopolite, Richard-Toll est aussi une cité où diversité ethnique conjugue avec foisonnement culturel et artistique. Toutefois, ce bouillonnement culturel incarné par une jeunesse dynamique contraste avec l’absence d’infrastructures de promotion culturelle au sein de la commune.


Commune de Richard-Toll : Entre foisonnement artistique et absence d’infrastructures culturelles

Richard-Toll appartient à la Compagnie sucrière sénégalaise qui en est la principale mamelle nourricière. Point de passage vers la Mauritanie, la ville forme ce lieu de sensation et de couleurs, d’atmosphère joyaux et détendu  d’une cité cosmopolite vibrant au rythme d’une multitude culturelle et artistique. Ici, la diversité ethnique, l’influence du métissage et du brassage historique des populations ont fini d’engendrer un certain foisonnement artistique digne des grands centres urbains. C’est d’ailleurs l’un des signes  particuliers de la localité comparée aux autres communes du département comme Dagana ou Ronkh. Richard-Toll reste un lieu d’expression qui a vu évoluer de grands noms de la musique sénégalaise à l’image de Adja Mbaana Diop dont les chansons font partie du patrimoine national pour avoir bercer plusieurs générations.


Aujourd’hui, c’est la chanteuse Rokhaya Mbaye qui assure la pérennité de l’héritage de sa grand-mère. Elle a repris plusieurs chansons de cette cantatrice du Walo qui a marqué de manière indélébile la culture locale. Parmi les titres de chansons reprises figurent « El Malick », « Walo bagne na ». L’unique objectif de la dame Mbaye, c’est de marcher sur les pas de cette géante de la musique du Walo.


Du côté de la musique moderne, le jeune Ndary Diouf s’impose tant bien que mal sur le plan local et national. Cette nouvelle pépite du Mbalakh a été lauréat du prix « Toundou Dior » en 2008. Une récompense décernée  par le Saint-Louis Festival jazz. Le jeune artiste a assuré pendant des années les chœurs du rappeur Fatah du groupe Cbv. Son dernier single, « Xarite », a été récemment sélectionné en deuxième position dans le top 10 de la radio Nostalgie Dakar. Artiste prometteur et talentueux, Ndary Diouf est actuellement à la recherche de moyens pour produire le clip de son nouveau single.

Manque d’infrastructures

Mais dans cet écosystème artistique, la musique rap passe largement devant. Selon Dj Belifa Thioye, animateur de l’émission « Rap Djolof show time » à la radio Dunya Richard-Toll, le département compte au total 376 groupes de rap. La commune de Richard-Toll totalise à elle seule plus d’une centaine de groupes. Didier Thiombane fait partie des maîtres de cérémonie les plus courtisés de la localité. Le jeune homme anime également des concerts de rap. Cette musique, selon lui, draine actuellement des milliers de fans. « Les concerts de rap sont à la mode et il y en a chaque semaine. Depuis un certain temps, la musique rap marche plus que les études. La plupart des élèves se sont convertis en rappeur », avance-t-il. Pour Didier Thiombane, le rap du Walo est « très » en avance  par rapport à celui des autres localités.


Aujourd’hui, l’organisation régulière du « Festival 2h ci Rosso » permet de jauger la portée de cette forme de musique dans la contrée. Grâce au dynamisme de son directeur général, Ahmadou Bamba Tall alias Bams, ce festival, entièrement dédié à la musique hip hop, existe depuis une quinzaine d’années. L’objectif de cet événement, qui a célébré cette année sa quinzième édition, est de participer au développement local, en offrant un plateau aux artistes. L’édition 2017 a mobilisé au mois de juillet dernier plusieurs dizaines de groupes de rap de la zone ainsi que ceux des autres localités du Sénégal à l’image de «Seul bi Mc» (Dakar), «Tipeuh» (Saint-Louis), «D.S Guédiou Brain» (Rosso Sénégal), «Saloomon» (Louga), «Dina» (Tambacounda). Le groupe « Rifo kang », récemment finaliste du concours national «Citizen Mic» initié par « Y’en a marre », en partenariat avec Ford Fondation, traduit l’hégémonie des cultures urbaines à Richard-Toll.

Toutefois, le bouillonnement culturel noté à Richard-Toll contraste avec l’absence d’infrastructures culturelles. En effet, la ville ne compte pas le moindre espace de production et d’expression pouvant servir de tremplin aux acteurs. Dans les quartiers, le constat est partout le même : pas de salles de spectacle, de studios d’enregistrement et encore moins d’espaces de répétition.

La salle de fête, qui abritait, il y a quelques années, les activités culturelles, a été fermée à cause de la vétusté de ses locaux. Du coup, les artistes se produisent dans les écoles ou au niveau du stade municipale de la ville. « Les problèmes des artistes à Richard-Toll sont généralement observés à tous les niveaux. Le métier de la musique est une chaîne. Mais malheureusement, ici, aucun maillon de cette chaîne n’est disponible », regrette Papis Mbodji, manageur du groupe « Rifo Kang ».


A cette situation, poursuit-il, est venu se greffer le manque criant de  formation ; mais également de mécènes prêtent à soutenir les cultures locales. Néanmoins, aujourd’hui, en dépit du contraste entre l’absence d’infrastructures de promotion culturelle et un patrimoine riche et varié, Richard-Toll continue d’être un lieu d’expression des cultures urbaines et traditionnelles.

Reconstruction de la salle des fêtes

La mairie annonce un  projet de 150 millions de FCfa
Pour pallier l’absence d’infrastructures culturelles à Richard-Toll, la mairie a annoncé la reconstruction prochaine de la Salle des fêtes fermée depuis quelque temps à cause de son état de décrépitude. Le coût total de ce projet estimé à 150 millions de FCfa. La future Salle des fêtes abritera des locaux modernes et multimédias ainsi qu’un espace jeune.

La municipalité entend également faire un aménagement au niveau des alentours de cette salle, de manière avoir un centre à la dimension de ce foisonnement artistique. Pour soutenir les actions culturelles de la ville, la mairie alloue, chaque année, une subvention à hauteur de 2 millions de FCfa. Une somme assez faible  comparée au budget de la commune évalué à près de 3 milliards de FCfa. Cette année, soutient Aminata Boh, chargée de la Commission Culture, Tourisme et Patrimoine, le maire a décidé de rallonger cette subvention à 5 millions de FCfa.

Par Ibrahima BA (envoyé spécial)
LE SOLEIL

 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.