Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

ENTREPRENEURIAT : l’engagement « révolutionnaire » de ces jeunes agriculteurs du WALO (vidéo)

Mardi 20 Septembre 2016

ENTREPRENEURIAT : l’engagement « révolutionnaire » de ces jeunes agriculteurs du WALO (vidéo)
Une cinquante de jeunes entrepreneurs, constitués en groupements, révolutionnent la culture du riz et la pratique du maraichage dans le WALO. La plupart, diplômés des universités ont répondu à l’appel des champs et s’engagent à donner un nouveau souffle aux pratiques culturales.

De Mboudom Barrage à Kassack, en passant par Ronkh, Déby Tiguint, Grand Digue Tileul et Diawar, l’atteinte des objectifs déclinés à travers le Programme d'Accélération de la Cadence de l'Agriculture Sénégalaise (PRACAS) peut compter sur la détermination d’une jeunesse consciente de son rôle. Un dévouement que le Fonds de Garantie des Investissements Prioritaires (FONGIP) a constaté avec satisfaction, à l’occasion d’une visite de son administrateur général, lundi.

Près de 350 millions ont mis à la disposition de ces jeunes agriculteurs. Un financement structurant qui permettra de créer près de 520 emplois directs. Cent (100) ha en riz seront aménagés à Ross-Béthio et 50 en maraichage dans la zone de Ngnith.

« Ces terres nous été léguées par nos parents. Depuis 1989, aucune activité agricole n’y a été faite. Avec le financement du Fongip par le biais de l'Union Financière Mutualiste (UFM/LOUGA) nous avons pu exploiter cinquante (50) ha sur les sept-cents (700) », a expliqué Aya FALL, le président de l’Union des Jeunes GIE du Delta (Ugied).

«  Avec ce projet, au moins deux cents (200) jeunes entrepreneurs agricoles vont obtenir leur premier emploi », renseigne M. FALL, titulaire d’un master 2 en géographie.

« Actuellement, nous avons terminé les semis dans les aménagements. Il y a une bonne germination et dans cinq (5) jours, nous allons y mettre l’engrais. Ce projet est une première et une grande réussite dans le delta », a ajouté le jeune entrepreneur.

Le Fongip veut tirer pleinement profit des énormes potentialités de la zone qui polarise les  trente-trois mille (33.000) ha sur les quarante-quatre (44.000) ha emblavées grâce à sa longue tradition de culture rizière. Vingt-cinq (25) rizeries présentes dans le Delta, la disponibilité de l’eau avec les réalisations structurantes du Millénium Challenge Corporation (Mca), ont permis aux producteurs de la zone d’offre un riz compétitif qui n’envie en rien celui importé.

Le Fonds, conscient des dures contraintes liées à l’enclavement des zones productions et l’épineux problème du manque de routes, s’engage à porter le plaidoyer auprès des autorités étatiques.

L’accompagnement et la médiation entreprise entre les Banques et les jeunes entrepreneurs galvanisent les ambitions, renforcées par la collaboration agissante nouée avec la Société d'aménagement et d'exploitation des terres du delta (Saed). Cette synergie alimente les espoirs portés sur le Projet de Promotion des Partenariats rizicoles dans le Delta du fleuve Sénégal (3prd) avec 2500 ha d’aménagement en perspective.

Pour Doudou Kâ, l’administrateur général du Fongip, le dynamisme de ces jeunes du WALO est un modèle à propager. « Sachez que les yeux du Sénégal sont rivés vers vous », a-t-il dit, en  rappelant que ce « volontarisme innovant » est la clé de la réussite du Plan Sénégal émergent (Pse). « La dynamique que vous avez entreprise est la voie à suivre pour atteindre le développement », a-t-il martelé  en exhortant ces derniers à s’armer de « patience, de persévérance et d’endurance ».

>  Suivez le film de la visite dans les aménagements des Jeunes de Ross-Béthio ...
 

NDARINFO.COM


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par Sidaty Sow le 20/09/2016 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voilà le type de projet qu'il faut accompagner si on veut que nos paysans créent des richesses dans leur propre terroir. Donnez des milliers d'ha à un agro-business le plus souvent étrangers qui transforment nos citoyens en ouvriers agricoles avec des rémunérations journalières minables, ne mène pas le Sénégal vers l'émergence. Faut que l'État facilite le développement de l'entrepreneuriat rural dans toutes zones agricoles potentielles. On peut pas réduire nos citoyens en ouvriers agricoles sur leur propre terre et parler de l'émergence. Les agrobusiness étrangers gagnent le terrain dans le lac de Guiers, particulièrement à Mbane, et les populations sont devenus des ouvriers agricoles. Arrêtons de nous tromper si on connait les fondamentaux de l'émergence d'une société humaine.
Bon courage Aya Fall pour ton engagement dans le développement de ta commune.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.