Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Filière tomate : les industriels invités à respecter leurs engagements.

Mardi 25 Novembre 2014

Filière tomate : les industriels invités à respecter leurs engagements.

Le directeur national de l’horticulture, Macoumba Diouf, a invité, mardi à Saint-Louis, les industriels de la tomate à jouer le jeu en respectant les contrats signés avec les producteurs, affirmant que les difficultés rencontrées durant la dernière campagne sont dues en partie à leur défaillance.
‘’Dans ce secteur de l’agro-business, c’est la contractualisation. Il faut vendre avant de produire. Il s’est trouvé que l’année dernière, les industriels faisaient face à un problème de logistique pour enlever la production’’, a dit M Diouf.

Il était interrogé par la presse en marge de l'atelier d'élaboration du plan stratégique 2015-2020 de la Coopérative des fédérative des acteurs horticoles du Sénégal (CFAHS).

Le directeur de l’horticulture a dit ne pas comprendre l’attitude de certains industriels qui demandent des autorisations d’importer du tri-concentré alors qu’ils doivent favoriser la production nationale.

Il les a invités à davantage d’engagement pour booster ce secteur dans lequel le potentiel national autorise beaucoup d’espoir. ''Il faudrait aussi, a-t-il ajouté, que la recherche s’y mêle pour accompagner les producteurs dans la recherche de variétés à haut rendement et à l’intensification de leur culture''.

Macoumba Diouf, qui a affirmé que ‘’la place de l’horticulture dans notre agriculture est essentielle'', a réitéré l’appel du chef de l’Etat lancé récemment à Potou (Louga) au secteur privé pour ''son investissement dans ce secteur au potentiel énorme et loin d’être exploité’’.

‘’Si les acteurs s’organisent, l’Etat doit accompagner le processus’’, a dit le directeur de l’horticulture, expliquant ainsi la création d’un ministère pour les encadrer et lever les contraintes qui entravent son développement.

Il a précisé que les limites sont à chercher au niveau organisationnel surtout chez les autres acteurs, avant de plaider pour l’amélioration des volumes d’engrais dans ce secteur où le besoin est très important en intrants.

Pour lui, ‘’il faut renforcer les capacités des producteurs et aussi rendre compétitif le produit pour les mettre au niveau de la concurrence’’.

Cet atelier de trois jours de la CFHAS sera l’occasion de mettre en place un plan d’action de cinq ans en vue de la production de 250 000 tonnes à l’horizon 2020 contre 80 000 cette année.

SOURCE: APS