Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Le Mali ne restera «pas les bras croisés» en cas d'intervention militaire au Niger

Lundi 25 Septembre 2023

«Nous ne resterons pas les bras croisés» en cas d'intervention militaire au Niger pour rétablir l'ordre constitutionnel après le coup d'État, a prévenu samedi 23 septembre le ministre malien des Affaires étrangères qu'Abdoulaye Diop à la tribune de l'ONU. La communauté économique des États d'Afrique de l'ouest(Cedeao) menace depuis plusieurs semaines les auteurs du putsch du 26 juillet d'une intervention militaire pour rétablir le président renversé, Mohamed Bazoum.


«Le Mali reste fortement opposé à toute intervention militaire de la Cedeao», a déclaré Abdoulaye Diop, représentant la junte malienne à l'Assemblée générale de l'ONU. «Toute intervention militaire au Niger, j'allais dire toute agression, toute invasion de ce pays, constitue une menace directe à la paix et à la sécurité du Mali, mais aussi à la paix et à la sécurité de la région, et aura nécessairement des conséquences sérieuses. Nous ne resterons pas les bras croisés», a-t-il déclaré.

«Domination néo-coloniale»

Le Mali a signé il y a une semaine avec le Niger et le Burkina Faso une alliance défensive qui prévoit une assistance mutuelle en cas d'atteinte à la souveraineté et à l'intégrité territoriale des trois pays dirigés par des militaires. S'en prenant une nouvelle fois à la France et à la «domination néo-coloniale», Abdoulaye Diop a d'autre part adressé une «mention spéciale» à la Russie «pour sa solidarité agissante et un engagement fiable tant sur le plan bilatéral que multilatéral».

La junte a fait de la souveraineté son mantra, rompu l'alliance avec la France et ses partenaires dans la lutte contre le djihadisme, pour se tourner militairement et politiquement vers la Russie. Dans ce contexte, elle a poussé vers la sortie la mission de maintien de la paix de l'ONU (Minusma), qui doit terminer son retrait express d'ici la fin de l'année. «Le gouvernement de la République du Mali n'envisage pas de proroger ce délai», a prévenu le ministre.

Le Mali est confronté depuis 2012 à la propagation jihadiste et à une profonde crise sécuritaire, humanitaire et politique. Et le nord du pays connaît une reprise des hostilités, qui coïncide avec le retrait en cours de la Minusma. «Le gouvernement rassure les populations maliennes et la communauté internationale que toutes les dispositions sont prises pour assurer la continuité des services de l'État après le départ de la Minusma», a assuré Abdoulaye Diop. «Le gouvernement de la République du Mali est plus que jamais déterminé à exercer sa souveraineté, assoir son autorité, toute son autorité sur l'ensemble du territoire national».

AFP
 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.