Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Mévente du sucre de la CSS: 40.000 tonnes en souffrance à Richard-Toll.

Lundi 6 Mai 2013

40.000 tonnes de sucre invendu, d'une valeur marchande de plus de 30 milliards Cfa, sont en souffrance dans les magasins de stockage de la Compagnie Sucrière Sénégalaise (Css), a déclaré hier Makhary Samb, responsable de la Cnts au niveau de cette compagnie. L'aire de stationnement des camions de la Css est actuellement réquisitionnée pour stocker cette importante quantité de sucre invendu.


Mévente du sucre de la CSS: 40.000 tonnes en souffrance à Richard-Toll.
Dans le cadre de la célébration de la fête internationale du travail, M. Samb s'est adressé à la presse pour préciser que 6500 emplois sont menacés par cette mévente du sucre de la CSS.
En présence du Directeur Général de La Css, André Froissard, M. Samb a laissé entendre que des commerçants véreux, avec la complicité de certains fonctionnaires, ont essayé de transformer notre pays en souk, tentant ainsi de destabiliser le tissu industriel en jetant des milliers de pères de famille dans le chômage, la précarité et la pauvreté.

A cet égard, a-t-il poursuivi, la coalition des centrales syndicales (Section Css), composée de la Cnts, de l'Unsas, de la Cnts/Fc, de la Csa et de l'Udts, apportera toute la riposte nécessaire et appropriée pour protéger et pérenniser ces emplois.
Le directeur des ressources humaines de la Css, Bachir Sall, a attiré l'attention des pouvoirs publics sur la situation économique catastrophique qui prévaut dans la région Nord, relative au déficit de production de 40.000 tonnes de tomate, à la mévente d'une quantité importante de sucre et d'oignon, aux difficultés à atteindre les objectifs de l'autosuffisance en riz.
De l'avis de M. Sall, il urge de mobiliser toutes les énergies en vue de résoudre tous ces problèmes et d'aider le président Macky Sall, qui accorde un intérêt particulier à l'agriculture et à l'emploi, à accomplir la mission qui lui est dévolue, consistant à faire du Sénégal un pays émergent.

Depuis janvier 2013, a-t-il poursuivi, les recettes de la Css ne permettent pas de couvrir ses charges. Cette mévente s'explique par la présence sur le marché national du sucre importé légalement et frauduleusement durant la période de production de la Css.
M. Sall a tenu à préciser que ce sucre non produit par la Css ne doit être présent sur le marché que pendant la période inter campagne (de juillet à octobre).

Ainsi, a-t-il souligné, à force de puiser dans ses réserves financières pour faire face régulièrement à ses charges et si cette situation de mévente du sucre perdure, la compagnie sera obligée d'emprunter de l'argent à la banque pour pouvoir fonctionner. Si cette mévente persiste, elle mettra, à coup sûr, la clé sous le paillasson.
Mbagnick Kharachi Diagne