Connectez-vous
NDARINFO.COM | Les News du Sénégal et de l'Afrique
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Plus de 70% des Sénégalais souffrent des maladies thyroïdiennes

Mercredi 26 Mai 2021

Plus de 70% des Sénégalais souffrent des maladies thyroïdiennes
Les maladies thyroïdiennes touchent plus de 70% de la population, au Sénégal, dont les enfants. La révélation a été faite par les experts à l’occasion de la célébration hier mardi, 25 mai, de la journée mondiale dédiée à la maladie.

Une pathologie essentiellement causée par le stress, d’après les explications du Pr Demba Diédhiou, reprises par L’As.

"Chez les enfants, elle peut concerner ce qu’on appelle l’hyperthyroïdie congénitale. C’est une anomalie pendant la grossesse. L’enfant peut être concerné aussi par d’autres pathologies parmi lesquelles une hypothyroïdie qui entraîne un retard de sa capacité intellectuelle. L’enfant peut aussi être atteint de la maladie de Basedow qui est souvent provoquée par le stress pendant le sevrage. Il y a stress si l’enfant est confiée à une autre personne. A cela s’ajoutent les violences faites aux enfants. Ces violences peuvent être sources de stress et de difficultés morales."

Le spécialiste, évoquant les symptômes de la maladie, a indiqué que l’hyperthyroïdie se manifeste par l’amaigrissement, la faiblesse, la difficulté à respirer, les palpitations, la nervosité, l’irritabilité, l’anxiété et les troubles du sommeil, sans oublier la possibilité d’avoir la diarrhée, et des lésions cutanées.

"Les symptômes en rapport avec l’hyperthyroïdie, c’est le désintéressement global, la constipation. On dort beaucoup, on ronfle, on prend du poids. Il y a aussi les rapports du goitre avec notre cou, parce que la thyroïde se trouve à une partie du cou qui est plus ou moins étroite. Et quand la thyroïde augmente de volume, cela peut comprimer un certain nombre d’organes au niveau du cou parmi lesquels notre voie respiratoire, les voies digestives et les voies de la parole", a-t-il souligné.

Parmi les complications, il liste un retard mental chez l’enfant, les complications cardiaques. Dans certaines situations, "on peut avoir le cancer", a-t-il alerté.

Chez la femme enceinte, la maladie peut entraîner des avortements à répétition et des difficultés en rapport avec l’accouchement aussi bien pour la maman que pour le bébé. C’est pourquoi, il est recommandé de faire une contraception pour que le traitement soit stable

Le traitement dure deux ans. Car "il y a trois façons de traiter ces maladies. On a le traitement médical, chirurgical et radioactif", a diagnostiqué le spécialiste.

EMEDIA