Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

[RETRO] Quand Salif Keïta tapait sur la France, qui est "esclavagiste et aime torturer"

Lundi 18 Novembre 2019

[RETRO] Quand Salif Keïta tapait sur la France, qui est "esclavagiste et aime torturer"
Dans une vidéo postée sur Facebook, Salif Keita accuse la France de financer les groupes djihadistes qui endeuillent le Mali. Le chanteur s'adresse directement au président malien, Ibrahim Boubakar Keita, à qui il demande de ne plus se "soumettre à ce petit Macron". Des propos dénoncés par l'ambassade de France au Mali.
"Si tu as peur de dire la vérité à la France, si tu ne peux pas gérer ce pays, quitte le pouvoir, celui qui n'a pas peur le prendra, tu passes ton temps à te soumettre à ce petit Emmanuel Macron, c'est un gamin." L'artiste s'adresse directement au président malien, Ibrahim Boubakar Keita : "Tu n'es pas au courant que c'est la France qui finance nos ennemis contre nos enfants ?" lui dit-il, dans une allusion aux groupes djihadistes présents au Mali et dans tout le Sahel.

Un discours diffamatoire selon la France  

Des propos "au caractère infondé, diffamatoire et outrancier" dénoncés "avec la plus grande fermeté" par l'ambassade de la France au Mali.

Dans un communiqué elle affirme que "de tels discours font le jeu de ceux qui cherchent à semer la discorde et entretenir le chaos. Ils sont également une offense à la mémoire des civils et militaires, maliens, français et internationaux, victimes de la barbarie terroriste au Mali."
 

Les révélations explosives de Salif Keïta
 

Pourtant il y a un an de cela précisément le 11 Novembre 2018, Salif Keïta portait des déclarations similaires à l'encontre de la France.

En effet, dans un entretien avec le journaliste Mouhamed Fall, il affirmait que la France "torture ses anciennes colonies africaines et est à l'origine de ce qui se passe au Mali".

Selon l'auteur de cet entretien, "Une interview avec Salif Keïta à Bamako ne pourrait se réaliser sans aborder des sujets tels que la gouvernance du Président IBK, la situation sécuritaire au Mali, ainsi que le rôle en Afrique de la France, pays qui avait lancé une vaste opération pour sauver le Nord du Mali dont les populations, faute d'une armée nationale digne de ce nom, sont en proie aux attaques violentes des djihadistes".
 

"Le djihaddisme et le terrorisme sont soutenus par la France"
 

Mouhamed Fall ajoute "au cours de l'entretien, Salif Keïta m'annonce que le djihadisme et le terrorisme sont soutenus par la France. Et que, pire, le Président IBK était au courant de cette situation. Ces propos, accablants, glaçants, venant d'un homme aussi intelligent, cultivé et informé comme Salif Keïta, me paraissaient crédibles".

Néanmoins, à l'époque le journaliste avait pris "la responsabilité de ne pas les diffuser pour ne pas exposer Salif Keïta au courroux éventuel des Français et de la France. Près d'un an après, comme pour me faire payer cette auto-censure au dessein bienveillant, il remet le couvert en se chargeant lui-même de porter ses accusations sur la place publique, via sa page Facebook".

Retour sue cet entretien de Sénéweb qui renforce les accusations de l'artiste




Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par Tintin le 18/11/2019 19:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
sa fille est élevée en France ou les albinos ne sont pas stigmatisés et il crache sur la France en l'accusant d'aider les djihadistes - sans aucune preuve - alors que 18 soldats sont déjà morts au Mali .....grand chanteur mais parfait imbécile !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.