Connectez-vous S'inscrire
NDARINFO
NDARINFO.COM


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

UGB - Crous : les travailleurs sifflent « la fin de la période de grâce » avec Birame Ndeck Ndiaye

Vendredi 24 Janvier 2014

Les travailleurs de du Centre des Œuvres Universitaire de l'Université, Gaston Berger ont tenu une assemblée générale ce matin, pour dénoncer le malaise dans lequel l'administration de cette direction est plongé. Les membres de la Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal (CNTS) et du Syndicat des travailleurs de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis (SYNTUS) ont arboré des foulards pour marquer leur protestation et annonce l'adoption d'une dynamique pour « sauver » le Crous.


« L'administration du Crous ne fonctionne plus. Aucun service ne marche convenablement. Depuis son arrivée, Birame Ndeck Ndiaye se cherche et refuse d'imposer un dialogue franc avec les représentants des syndicats », décrie Masseck Ngom, responsable du SYNTUS. Pour les syndicalistes, il est inconcevable qu'une direction aussi importante que le Crous puisse vivre dans l'agonie de la mal gestion alors que toutes les ressources financières pouvant assurer sa bonne marche lui ont été dédiées.

« On ne peut comprendre que les agents qui nettoient les chambres des étudiants maquent de produits phytosanitaires, de gants de protection, de masques et de balaies. Pourtant, le Crous roule avec un budget de près de 4 milliards de FCFA », note M. Ngom que signe la « fin de la période de grâce » pour Birame Ndeck Ndiaye.

« Les travailleurs sont démotivés, le Crous est complètement bloqué, les chefs de services peuvent rester 15 jours sans savoir quoi faire. Personne ne sait qui est qui est qui et qui doit faire quoi », déplore le syndicaliste en annonçant la sortie de « l'artillerie lourde » pour mettre fin au ras-le-bol des travailleurs. « Tout le monde connait le domaine de compétence du directeur actuel. Nous trouvons frustrant qu'à chaque fois qu'un artiste sort un album, il faut que Birame Ndeck Ndeck Ndiaye soit remerciée pour sa générosité alors que le théâtre Daniel Sorano et les autres organisations culturelles", a-t-il regretté.

« L'heure est tellement grave que nous ne pouvons plus rester les bras croisés et se mettre en spectateurs. Nous n'éprouvons aucune animosité contre lui, mais nous ne pouvons pas accepter que le Crous soit conduit vers la déchéance », soutient Masseck Ngom que nous suivons en vidéo.

Ndarinfo.com