Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

UGB : rien ne va plus entre étudiants et travailleurs du CROUS

Mardi 23 Mai 2017

Une altercation entre le régisseur des recettes du service médical Amadou KONE et des délégués de la Commission sociale des (COMSOC) Étudiants de l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis a viré au drame, hier. Estimant que leur collègue a été agressé puis blessé les étudiants, des travailleurs ont riposté en aspergeant des bombes aux étudiants. Il s’en est suivi des heurts et une paralysie des services sociaux.


UGB : rien ne va plus entre étudiants et travailleurs du CROUS
En assemblé général, ce matin, les syndicalistes du CROUS ont décidé de maintenir la grève jusqu’à vendredi pour dénoncer « les actes d’indiscipline » des étudiants. Birima NDIAYE, le secrétaire général de la section de la Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal (CNTS) a crié son ras-le-bol devant un rassemblements de ses camarades en accusant Ibrahima DIAO, le directeur du centre, d’avoir «  trop favorisé ces étudiants » pour qu’ils osent agir de cette sorte.


« C'est Ibrahima DIAO qui a créé cette situation. Nous lui rappelons que c’est lui le garant de la sécurité au CROUS. Des mères de famille sont agressées, anéanties au profit de jeunes étudiants avec une complicité sans équivoque du directeur du CROUS », a-t-il averti.

Masseck NGOM, le secrétaire général du SYNTUS soutient, lui, que l’agent KONE, « a été violenté, roué de coups par des étudiants qui l’on trouvés sur son lieu de travail pour le brutaliser (…) C’est la loi du talion nous allons nous armer et on ne va pas hésiter à tuer ces étudiants ».


Toutefois, les membres de la COMSOC n’embouchent pas cette trompette. Ils ont d’ailleurs fait le déplacement à la place Faidherbe de Saint-Louis pour apporter un démenti sur les allégations des syndicalistes.
Birane FALL, le secrétaire administratif de la COMSOC avait, dans une note  adressée à la communauté, balayé d’un revers de la main, ces accusations.


« Ils profèrent des menaces sans cesse à notre endroit, mais qui ne craint pas la mort, ne peut point craindre les menaces. Nous continuerons à défendre dignement et rigoureusement l'intérêt matériel et moral de l'étudiant, quelles que soient les circonstances, à moins qu'ils nous tuent », avait déclaré M. FALL.


« Au lieu de faire leur travail certains agents du Crous se permettent d'organiser des rencontres politiques tous les jours à la case culturelle. Une chose que nous n'accepterons jamais, car l’Université est un temple de savoir et non un champ politique », a-t-il révélé, en expliquant que la crise est née d’un constat de retards répétitifs du régisseur à son poste.

«  Nous nous étions rendus au bureau du médecin-chef pour le sensibiliser sur la situation des malades, en l'exigeant de faire preuve de rigueur, de respect envers son travail et en vers les étudiants. Il a eu à reconnaitre sa faute et avait présenté ses excuses à la Com-Soc. Puis, nous étions partis rencontrer le vendeur de tickets pour lui demander de respecter ses heures de travail en venant à 8h », a-t-il martelé.


En a croire M. FALL, «  le régisseur a attaqué le Secrétaire exécutif Maurice MENDY juste pour jouer au héros des grandes guerres devant ses collègues qui lui venaient en aide, en pensant qu'il s'agissait d'une séquestration ».
«  Lorsque nous avions appris cela, nous avions réagi en protégeant le camarade, ce qui a provoqué une petite altercation. Après quelques minutes d’altercation entre les deux parties, nous avions décidé de quitter les lieux pour préparer la rencontre de 11H avec le Directeur », a-t-il ajouté.


Devant l’enlisement, l'implosion et la colère des deux camps, les autorités de l’UGB semblent être incapables de désamorcer la bombe.

NDARINFO.COM
 


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par Arame le 23/05/2017 15:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voila ce qui arrive quand on laisse des gosses et des baadolos persister dans l'impolitesse.
Mais qu'on ferme l'université si ces étudiants ne veulent pas se comporter normalement
TROP C'EST TROP

2.Posté par MAMADOU GUEYE ALIAS MG le 23/05/2017 16:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
SALAM SOKHNA ARAME MODÈRE TON LANGAGE

3.Posté par MAMADOU GUEYE ALIAS MG le 23/05/2017 17:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
j'etait un étudiant de cette université et je sais que les étudiants ont raison des gens . même si la violence n'est pas la solution mais des propos comme les tiens les amènes . exemple : ( C’est la loi du talion nous allons nous armer et on ne va pas hésiter à tuer ces étudiants) merci et excuse si je vous ai offensé

4.Posté par ass le 24/05/2017 17:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ET LE SILENCE DE IBRAHIMA DIOP DIRECTEUR DU CROUS??????????????????

LE MINISTRE MARY TEUW NIANE??????????????????????????????

5.Posté par ass le 24/05/2017 20:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ET LE SILENCE DE IBRAHIMA DIAO DIRECTEUR DU CROUS??????????????????

LE MINISTRE MARY TEUW NIANE??????????????????????????????

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.