Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

A Saint-Louis, 4.000 enfants n’ont pas d’acte de naissance (vidéo)

Mercredi 24 Mai 2017

A Saint-Louis, 4.000 enfants n’ont pas d’acte de naissance (vidéo)
Le fléau persiste malgré les efforts des collectivités locales et l’implication d’organisation œuvrant dans le domaine de la protection des couches vulnérables.
 
La Caritas qui s’est inscrite dans ce sillage depuis années, a mobilisé les acteurs concernés par cette problématique, mercredi, au lancement de son projet « Respect du droit à l’obtention de pièce d’état civil pour les enfants vulnérables de Saint-Louis ». Ce programme soutenu par la Caritas Espanola pour près de 79 millions de francs CFA, vise à inscrire plus d’un millier d’enfants de la capitale du Nord.
 
Monseigneur Ernest SAMBOU, l’évêque de Saint-Louis s’est félicité de la bonne symbiose des acteurs et de l’engagement manifesté par ces derniers à accompagner la campagne de sensibilisation qui sera déroulée, au fil du projet.
 
«  10.000 enfants n’ont pas de papiers au Sénégal et 4.000 à Saint-Louis », a révélé Monseigneur SAMBOU ». « Nous devons insister sur la communication pour montrer aux parents que les autorités ont mis à leur disposition des facilités », a-t-il ajouté. Poursuivant, l’évêque rappelle « qu’un enfant qui ne va pas à l’école, est à la périphérie du monde ». « Il est isolé », dira-t-elle.
 
Dans le système éducatif élémentaire, ce phénomène est tenace en zone rurale comme urbaine. Des instituteurs découvrent, parfois, en période d’examen d’entrée en sixième que l’élève candidat, ne dispose pas de papier d’état civil.
 
Cette posture favorise alors la déperdition scolaire et pousse certains enfants à quitter les bancs. «  C’est une situation inadmissible », note l’évêque qui invite le corps enseignant à plus de prospection et de vigilance. Dans ces cas de figure, il exhorte la Commune à faire preuve de collaboration.
 
L’inspectrice de l’éducation et de la Formation de Saint-Louis assimile, quant à elle, le refus de la déclaration par les parents comme un « crime », estimant que cette procédure doit être automatique.
 
Suivant le sillage d’Alex TENDENG, le directeur de la Caritas de Saint-Louis, Mme SARR Ndèye Selbé Badiane a déroulé un plaidoyer fort, en marge de cette journée. Elle insisté  sur les revers désastreux de la non-déclaration de naissance sur l’avenir des enfants.
 
 
Mme Aida Mbaye DIENG, adjointe au maire de Saint-Louis, a fait part de la satisfaction de la Commune, en saluant la pertinence du projet. Elle a, en outre, souligné les importances mesures prises par l’état pour faciliter l’inscription des nouveau-nés sur les registres.
 
►►► Les Interventions d’Ernest SAMBOU, d’Alex TENDENG, de Mme SARR et de Mme DIENG  
 
 

NDARINFO.COM

 


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par Tintin le 25/05/2017 12:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On peut comprendre les difficultés à déclarer un enfant en zone rurale mais à St-Louis c'est incompréhensible et inadmissible !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.