Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Accords de pêche Mauritanie-Sénégal : L’arme de Damoclès sur la tête de 25.000 Guet Ndariens

Mercredi 29 Août 2012

Le deuxième round des négociations de pêche mauritano-sénégalais s’est ouvert jeudi 23 août dernier à Nouakchott et s’est poursuivi pendant deux jours. Les deux délégations devaient discuter des modalités de renouvellement du premier accord signé en mars 2012 et qui s’est achevé depuis avril dernier, mettant en veilleuse la survie de 25.000 pêcheurs de Guet Ndar et leurs familles dont l’existence est intimement liée à la pêche dans les eaux mauritaniennes.


Accords de pêche Mauritanie-Sénégal : L’arme de Damoclès sur la tête de 25.000 Guet Ndariens
Les accords de pêche entre la Mauritanie et le Sénégal, véritable calvaire pour les autorités sénégalaises, obligées chaque année à de difficiles négociations avec leurs homologues mauritaniens, profitent presqu’exclusivement aux 25.000 pêcheurs de Guet Ndar (Sain-Louis). Ces derniers, face à la rareté du poisson dans leur zone, dépendent en grande partie des poissonneuses côtes mauritaniennes. Ce qui les expose souvent aux poursuites des gardes-côtes mauritaniens avec des drames qui se terminent souvent par mort d’homme, arraisonnement, confiscation de matériels de pêche, emprisonnement, et tension récurrente entre les deux pays.

D’où l’intérêt que le monde des pêches au Sénégal accorde aux rounds de négociation qui se sont ouverts, jeudi 23 et vendredi 24 août dernier à Nouakchott. La délégation mauritanienne représentée par Cheikh Ould Ahmed, Conseiller technique du ministre des Pêches et de l’Economie Maritime et la délégation sénégalaise amenée par Thiam Moussa, Directeur des pêches, devaient discuter des modalités de renouvellement des accords signés au mois de mars dernier. La Mauritanie avait en effet accordé lors de ces accords au Sénégal, 300 licences de pêche dans ses eaux territoriales mais pour une durée de deux mois.

L’ambition des autorités sénégalaises est de prolonger ces accords pour des durées plus longues de six à neuf mois. Le domaine maritime constitue ainsi l’un des secteurs à tension entre le Sénégal et la Mauritanie, gardes côtes mauritaniens et pêcheurs sénégalais étant à longueur d’années à couteaux tirés. L’absence de licence étant les causes les plus fréquentes dans les échauffourées qui opposent les marins mauritaniens aux fraudeurs. Le non respect des clauses obligeant les pêcheurs sénégalais à débarquer à Nouakchott 25% de leur capture constitue également une autre pomme de discorde qui oppose souvent les autorités mauritaniens aux contrevenants sénégalais.

Pour Mar Diop, pêcheur sénégalais interrogé lors d’un regroupement en marge de la rencontre devant le lieu de la réunion, "ces accords constituent une véritable épée de Damoclès sur la tête des pêcheurs Guet Ndariens ".

JOB
Pour l'authentique


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par mali le 29/08/2012 09:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ALERTE !
LES POPULATIONS DE LA LANGUE DE BARBARIE A SAINT LOUIS RISQUENT DE CONNAITRE LES MÊMES DIFFICULTÉS D’INONDATION QUE CELLES DE LA BANLIEUE DAKAROISE
LA MAIRIE EST ENTRAIN DE CONSTRUIRE DES LOGEMENTS VERS LE CROISEMENT DAKAR BANGO POUR LEUR DÉLOCALISATION
DANS DES MARÉCAGES INONDABLES PAR LES EAUX PLUVIALES

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.