Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Aymérou Gnigue répond à Sonko : « il se prend pour ce qu'il n'est pas»

Vendredi 11 Octobre 2019

Aymérou Gnigue répond à Sonko : « il se prend pour ce qu'il n'est pas»


Aymérou Gningue, le président du groupe parlementaire ’’Benno Bokk Yakaar’’ (BBY), répond à Ousmane Sonko, le leader de Pastef Les Patriotes. « Les commissions d’enquête parlementaire ont pour mission d’investiguer sur des sujets que le bureau aura préalablement autorisés, dit-il, dans un entretien avec Le Soleil.

Quand on parle de détournement de deniers publics d’un montant de 94 milliards F CFA et que celui qui a porté l’accusation est un député, donc un collègue, représentant qualifié du peuple sénégalais, ça donne plus de relief à la gravité de telles dénonciations. A partir de cet instant, l’Assemblée a mis en place cette commission pour apporter la lumière sur la question. Les auditions et investigations que la commission a faites ont abouti à des conclusions qui seront portées à l’attention des députés dans une séance à huis clos. Seuls les députés pourront décider, de façon souveraine, de tout ou une partie du rapport qui sera rendu public. »

Le malheureux candidat à la présidentielle du 24 février 2019, Ousmane Sonko, montant au créneau, a accusé le régime en place de vouloir « noircir » son casier judiciaire en vue de l’écarter des prochaines joutes électorales. La réplique d’Aymérou Gningue : : « Il se prend pour ce qu’il n’est pas. L’Assemblée nationale a autre chose à faire que de convoquer une plénière pour sa personne ».

Face à la presse en août dernier, les membres de la commission d’enquête parlementaire avaient soutenu « qu’en l’état des investigations et des conclusions retenues, il n’y a pas eu de détournements de deniers publics ». Auditionné hier jeudi, 10 octobre, par le Doyen des juges d’instruction, l’opposant a maintenu ses accusations de détournements de deniers publics contre l’ex-Directeur des Domaines, Mamour Diallo.

Modification du règlement intérieur de l’Assemblée nationale

Dans un autre registre, le député a abordé l’autre point à l’ordre du jour de la plénière convoquée ce vendredi, 11 octobre. Aymérou Gningue explique : « Il est important pour une Assemblée nationale de procéder régulièrement à la modification de son règlement intérieur pour s’adapter aux évolutions politiques et socio-économiques de son environnement. (...) Aujourd’hui, avec les nouvelles réalités socio-économiques, il nous fallait revoir le nombre de commissions. »

Une autre raison, détaille le parlementaire : « Le contrôle des politiques publiques, inscrit dans la Constitution par le référendum de 2016 comme prérogative de l’Assemblée, nécessite la création de comités ad-hoc qui, sur des questions précises, pourront faire toutes investigations pour y apporter des réponses voire donner des orientations pouvant permettre au gouvernement d’optimiser les moyens mis à sa disposition ». Il précise, s’agissant de la proposition de loi agitée par un membre de la mouvance présidentielle, pour que les fonctionnaires radiés ne puissent pas se présenter à une élection présidentielle, « c’est une réflexion dans la corbeille. A ma connaissance, l’Assemblée nationale n’a pas pris cela en compte et n’a pas inscrit à l’ordre du jour une telle question ».

DAKARMATIN
 


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par Diouf le 12/10/2019 08:01 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je comprends maintenant pourquoi on s'acharne sur Ousmane. Un vieux comme ça, qui depuis des années n'a pas fait ses preuves et sonko en quelques temps gagne la confiance de beaucoup de sénégalais, ne peut pas lui plaire vraiment.

2.Posté par Xunxunöor le 12/10/2019 10:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
N'oublions pas qu'en février 2019, plus de 84% des électeurs n'ont pas accordé leur confiance au projet politique du candidat Sonko. Sachons raison garder.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.