Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Campagne hivernale de production agricole 2015/2016 dans la vallée : Les opérations de semis et de repiquage ont démarré

Mercredi 2 Septembre 2015

Campagne hivernale de production agricole 2015/2016 dans la vallée : Les opérations de semis et de repiquage ont démarré
La campagne hivernale de production agricole a démarré dans de très bonnes conditions dans le delta et la vallée du fleuve Sénégal, a déclaré, hier, le directeur régional du développement rural (Drdr), Baboye Sada Ly.
Les producteurs de la vallée du fleuve sont actuellement en train de préparer les champs et les sols. Pour les spécialisations culturales de la saison hivernale, à  ce jour, une superficie de 11.828 hectares est consacrée aux cultures du riz, du maïs, du sorgho, du gombo, du manioc, de l’arachide et autres spéculations, dans les départements de Dagana  et Podor. Les semis de riz sont prévus sur 6696 hectares. Dans le département de Dagana, des opérations de semis ont été déjà effectuées sur 4.206 hectares pour des prévisions de 41.700 hectares. Dans le département de Podor, ces mêmes opérations ont été faites sur une superficie de 3.038 hectares sur des prévisions de l’ordre de 13.690 hectares. Cette situation qui prévaut actuellement dans la vallée, a précisé Sada Ly, est constatée à la date du 28 août dernier, juste au moment où, dans la campagne de contre-saison chaude 2015, la récolte de riz est dans sa phase terminale dans les départements de Dagana et Podor. A ce propos, les prévisions d’emblavures pour l’hivernage sont de l’ordre de 53.000 hectares en riz, dont 40.000 hectares pour Dagana et 13.000 hectares pour Podor. Le calendrier des semis risque de subir quelques perturbations, surtout pour les producteurs retardataires.
Léger retard dans la disponibilité des engrais
Par ailleurs, M. Ly a laissé entendre que la mise en place des engrais et des semences pour l’hivernage 2015 se poursuit. Cependant, il note un léger retard pour les engrais. La mise en place des semences, elle, est presque à son dernier virage. Le pourcentage de la mise en place des semences d’arachide est de 100 % dans toute la région, de même que le taux de cession. Il n’est pas prévu de mettre en place des semences de sorgho à Saint-Louis et à Dagana, cependant, pour cette variété, Podor a un taux de mise en place de 100 % et de 93,6 % de cession. Au moment où les semences de niébé sont mises en place à 85,5 % à Saint louis avec une cession de 92,2 %. A Dagana, le taux  de mise en place est de 82,14 % avec une cession 76,56 %. Enfin, on note 100 % de mise en place à Podor avec une cession de 93,3 %. La mise en place des semences de maïs local est à 100 % dans les départements de Dagana et de Podor avec un taux de cession de 61,35 % pour le premier et de 77,27 % pour le second.
Concernant les engrais, explique Baboye Sada Ly, l’urée est disponible à 9,3 % et mis en place à 10 %, à Dagana, alors qu’à Podor,  sa mise en place est  de 41,79 % avec une cession de 37,47 %. Le « Dap » est à 34,8 % de mise en place avec 49,3 % de cession à Dagana. Il est à 35,34 % de mise en place avec une cession de 9,8 % dans le Podor. Les engrais triples composés commencent à faire leur apparition dans la région. Il s’agit du 6-20-10, qui est à 100 % de mise en place à Saint louis avec une cession de 10,5 %. Il est à 64,7% de mise en place à Dagana et à 83,3% à Podor. Le 15-15-15 est mise en place à 66,6 % avec un taux de cession de 3,7 % à Dagana. Dans le Podor, sa mise en place est de 43,33 %. On note globalement une rallonge d’urée de Kr2, à Dagana avec 5900 tonnes et  340 tonnes à Podor. Pour les prévisions de culture du riz gravitant autour de 55.000 hectares, hivernage et contre-saison confondus, les quantités d’urée et de « Dap » retenues pour être mises en place au moment opportun, suffiraient à combler les besoins d’hivernage mais dans leur répartition certaines localités comme Ross-Béthio, Kassack Sud et Débi, pourraient souffrir d’un manque notoire. Des quantités complémentaires doivent être mises en place surtout pour la contre-saison à venir.

Une situation pluviométrique excédentaire
Parlant de la pluviométrie, Baboye Sada Ly, directeur régional du développement rural (Drdr)  a fait remarquer que les inquiétudes de la semaine dernière sont dissipées, du fait des hauteurs d’eau enregistrées ces derniers jours. La pluviométrie est excédentaire dans la plupart des postes. Néanmoins, il y a quelques postes pluviométriques déficitaires : Ross-Béthio (-40,1mm), Galoya (-33,4 mm), Aéré-Lao (-34,2mm) et Mbane (-12,2mm). Le niveau du fleuve n’a pas atteint sa cote d’alerte dans les trois départements. Mais sa tendance est à la montée dans la région. A Diama (amont du barrage) le débit lâché est égal à 1085 m3/seconde contre 691 m3 /seconde en 2014. Le niveau amont a été abaissé pour préparer le passage de la crue sans grande conséquence sur Saint-Louis. Cet abaissement permet de moduler les eaux vers Saint-Louis et l’embouchure. 
Des cultures qui se portent bien
Evoquant la situation des cultures, Sada Ly a rassuré sur leur développement à Dagana et à Podor. Le riz de contre saison-chaude est en phase de récolte finale, à hauteur de 95 %. La campagne hivernale commence à être en place dans certains casiers rizicoles de la région. Ainsi, on peut dire que le calendrier de la double culture sera respecté dans certaines localités. Les pluies du week-end dernier ont permis une reprise des plantes. Les premiers semis (arachide, niébé et bissap) commencent à être sarclés et présentent un bel aspect végétatif. Les opérations de semis se sont généralisées pour toutes les spéculations et se poursuivent dans l’ensemble des communes visitées. Les dernières pluies, a-t-il poursuivi, avec les hauteurs d’eaux enregistrées, risquent d’impacter négativement sur les objectifs  du riz hivernal avec une bonne diminution des surfaces à emblaver.
Récolte en cours de plusieurs variétés
La commercialisation de l’oignon se poursuit et les prix augmentent de plus en plus. Les variétés hivernales telles que le Rouge d’Amposta et le Jaune tardif de Valence, sont au stade de récolte et de commercialisation. Les variétés de chou pommé (Africa Kross, KK Kross), adaptées également en hivernage, sont en phase de pommaison. La tomate (variété Mongal) est au stade de plantule, ramification, floraison et récolte et commercialisation par endroit. Quant aux cultures de diversification tels que le navet, le piment, l’aubergine, le « jaxatu », le concombre, le poivron, etc., leurs stades de développement sont hétérogènes, de la récolte à la commercialisation. Le développement des cultures reste satisfaisant dans les bacs. Les semis en pépinière et le repiquage se poursuivent. Les récoltes sont en cours pour les cultures de betterave, de poivron, de persil, de concombre, de menthe et de laitue. Cependant, il faut noter que les aliments fertilisants manque. Ce qui peut perturber le bon développement des cultures.
Le danger des oiseaux granivores plane sur le riz
Selon Sada Ly, directeur régional du développement rural (Drdr) de Saint-Louis, les superficies rizicoles récoltées cette semaine connaissent une augmentation significative. A Podor, le dortoir de Thiangaye reste infesté par une importante population aviaire. Un site a été découvert à Guédé chantier, avec un signalement tardif des oiseaux dont le dortoir est identifié. Sa prise en charge se fera au cours de cette semaine. Cinq sites ont été traités. La plupart des rizières sont récoltées à Kheune d’où la baisse du nombre d’interventions phytosanitaires. La situation est calme sur toute l’étendue de la région pour l’instant. Dans tous les cas, le danger plane toujours sur le riz, surtout sur celui des saisons à venir au vu du nombre d’oiseaux en reproduction dans notre pays.  Il faut davantage sensibiliser les producteurs sur les relations entre la pression aviaire et le drainage des eaux d’irrigation sur les pistes, poursuivre les prospections et les traitements aviaires. L’apparition de larves d’amsacta devient de plus en plus inquiétante dans  le département de Dagana.         
Mbagnick Kharachi DIAGNE