Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Cinq maux essentiels de Saint-Louis qu’il faudrait vite éradiquer.

Lundi 13 Juin 2016


- 1- L’étouffement de la Cité, confinée qu’elle est, par les colons, pour les punir de leur éternelle insoumission et pourtant les saint-louisiennes et les saint-louis sont de par les lois françaises des citoyens français. Pourtant 200.000 habitants sont parqués sur environ 98 km2.

- 2 – La construction du barrage de Diama, avec son corollaire de problèmes sanitaires, hydrographiques, environnementaux, économiques, mais encore et surtout, avec celle brèche construite à la hâte, certes, pour sauver Saint-Louis, mais dont les contours et les conséquences n’ont pas été appréhendés correctement. Cette brèche est devenue aujourd’hui l’ennemi public le plus important

- 3 – L’inexorable avancée de la mer, conséquence entre autres du pillage du sable marin de la plage et du saccage des filaos par les riverains principalement.

- 4 – L’extrême pauvreté sabordant nos valeurs les plus sacrées.

- 5 - La démission et même la trahison des filles et des fils de Saint-Louis, plus prompts à bomber le torse, se dessinant superbement des histoires reluisantes souvent surfaites et une auto glorification souvent mensongère et s’appropriant souvent éhontément les hauts faits et la lignée des autres.

Ces saint-louisiennes et ces saint-louisiens, refusent systématiquement de reconnaître obstinément les réalités objectives actuelles de Saint-Louis.

Ces filles et ces fils de Saint-Louis, souvent de hauts cadres, ou/et des personnalités et des mécènes, des bâtisseurs, disposant de biens immenses de par le monde… ne disposent même pas une once de terre en propre à Saint-Louis, malgré tout leur bavardage.

Si par extraordinaire, ils seraient obligés de venir à Saint-Louis, pour assister à des événements qu’ils ne peuvent rater, ou pour assister à des manifestations qu’ils auraient suscitées et financées. Ils logent dans des hôtels, skattent la chambre d’un parent, ou sont hébergés par des amis, car leur maison ancestrale est soit vendue ou simplement inhabitable.

De pareils saint-louisiennes et saint-louisiens, se mobilisent et mobilisent avec le secret espoir d’une espérance de leadership égocentrique.

Les exemples sont nombreux pour ceux qui veulent…. Ce n’est certainement très reluisant jusqu’ici…
Il existe en effet, une grave inconscience de ces saint-louisiennes et de ces saint-louisiens, des vraies réalités objectives de Saint-Louis que certainement le larbinisme et le griotisme ont exacerbés.

Il est donc plus que temps que nous saint-louisiennes et saint-louisiens, qui avons tout à Saint-Louis et, qui, par conséquent perdrions tout, si Saint-Louis venait à disparaitre, de prendre résolument en mains notre propre destinée.
Il nous faut agir sans attendre ni Etat, ni Autorités, ni quelqu’un d’autre.

Informons les Autorités et tout ceux qui doivent l’être. Mais arrêtons cet attentisme coupable, ce verbiage incessant, les puériles polémiques, les querelles crypto personnelles et les querelles disons même les guerres entre saint-louisiennes et saint-louisiens.

Posons enfin les actes concrets de notre niveau, de notre dimension, pour ensuite avoir le droit et les pouvoirs d’exiger les droits dus à Saint-Louis, pour tout ce que Saint – Louis, représente en Afrique et dans le monde.

Comprenez une bonne fois pour que personne, en effet, ne viendra, construire Saint-Louis à la place des saint-louisiennes et des saint-louisiens… particulièrement à la place de ceux qui y vivent trois cent soixante jours sur trois cent soixante.

Par Abdoukhadre SOW