Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Colère dans le WALO : des producteurs de riz exigent l’audit du PRACAS et réclament la tête de Samba KANTE (vidéo)

Jeudi 23 Mars 2017

Les manifestations de colère de producteurs de riz se multiplient dans le WALO.
 
Jeudi, des riziers, dépités par une mauvaise gestion des campagnes agricoles, une distribution jugée inéquitable des matériels d’aménagement et d’exploitation mis à la disposition du le programme de renforcement et d'accélération de la cadence de l'agriculture sénégalaise (PRACAS), sont montés au créneau pour fustiger une relation incohérente que la SAED entretient avec des pseudo-responsables de la filière riz.
 
Les membres de l’Organisation des Paysans du Sénégal (OPS), soutenus par le Mouvement Républicain pour la Force Paysanne, ont tenu un point de presse à Ross-Béthio pour exprimer leur ras-le-bol devant une multitude de contraintes posées pour anéantir la relance de l’agriculture dans la vallée, si chère au président Macky SALL.
 
«  Le PRACAS doit être audité au même titre que l’organisation de la filière riz pour que les producteurs puissent sentir leur bénéfice dans l’agriculture. Les matériels affectés dans le cadre de ce  programme sont là, mais les bénéficiaires ne le sentent pas », a crié Badara SALL, le Secrétaire général de l’OPS.
 
M. SALL s’est indigné contre l’indisponibilité de l’engrain et la vétusté des aménagements, en révélant que certaines cuvettes de la vallée ont été bâties depuis 1965.
 
«  Le président Macky SALL doit revoir sa politique par rapport aux acteurs qui sont sur place », a-t-il exigé.
 
Très en verve, il note que « la SAED doit être plus visible sur le terrain. Les chefs de secteurs de cette société ne sont passent là, en avant et en amont des opérations agricoles ».
 
Pour Pape Sandjiri DIEYE, membre de l’OPS, la SAED ne s’adresse pas aux bons interlocuteurs, ce qui favorise, selon lui, des détournements permanents des ressources préalablement destinées aux petits riziers dans les champs.
 
«  Au lieu de parler avec les vrais responsables d’organisations paysannes capables de porter les doléances et préoccupations des producteurs, la SAED préfère dialoguer avec des entrepreneurs agricoles qui ne protègent que leurs propres business », a-t-il dénoncé.
 
►►► Suivez l’intégralité de leurs déclarations …
 

NDARINFO.COM