Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Commentaires sur la fécondité en Afrique, Macron déjà sur le chemin de l'arrogance!

Mercredi 12 Juillet 2017

Commentaires sur la fécondité en Afrique, Macron déjà sur le chemin de l'arrogance!
Le commentaire du président français sur la fécondité des femmes africaines est des plus déplacés. Ce qui n'a pas été accepté de Sarkozy ne le sera pas davantage de lui. On s'attendait qu'à son âge, il comprenne qu'il y'a une manière respectueuse de s'adresser aux africains et à leurs dirigeants. S'il avait été bien briefé par ses conseillers, il aurait su que toutes les enquêtes démographiques indiquent que les femmes africaines souhaiteraient avoir en moyenne 3 enfants mais n'ont pas accès aux méthodes contraceptives.

Les programmes de planification familiale en Afrique souffrent de déficit criard de financement et c'est là où il aurait été utile d'entendre l'offre d'appui du Président Macron. En lieu et place, on a eu un avant-goût d'une arrogance à peine cachée sur un ton de donneur de leçons aux allures coloniales. D'ailleurs, pour information à Macron, la moyenne de la fécondité en Afrique n'est pas de 8 enfants par femme mais de 4,7 enfants en 2016 selon le Fonds des Nations Unies pour la Population.

Au cas où il ne le saurait pas encore, Macron doit bien se rendre compte que la place de la France en Afrique s'érode inexorablement, notamment du point de vue de ses parts de marchés dans les économies africaines. L'Afrique a aujourd'hui un choix varié de ses partenaires parmi lesquels la Chine, beaucoup plus liquide que la France et plus sensible au respect des africains. Donc si Macron compte renforcer le positionnement de la France, il faudra d'abord qu'il apprenne à attraper les mouches avec autre chose que du vinaigre.

Parlant des milliards de la coopération reçus par les pays africains, il est vrai que de nombreux chefs d'Etat africains ont privilégié leur enrichissement personnel au dépens du développement de leur pays. Mais que Macron se rappelle que le devoir de solidarité de la France se fonde sur le pillage des ressources du continent  africains pendant des siècles par son pays la France. Et ça Macron ne devrait jamais l'oublier.

Si les chefs d'Etat tenus par le protocole diplomatique ne lui apporteront pas la réplique qu'il sache qu'il y'aura toujours des jeunes, des intellectuels et des citoyens africains pour le remettre à sa place. Espérons que ceci ne soit que les ratés d'un apprentissage en accéléré de la fonction présidentielle pour laquelle il était complètement inattendu.

Alimata Cissé
Militante de la Société civile
Dakar


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par paracétamol le 12/07/2017 09:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je ne suis pas d'accord avec les arguments et propos de Macron.
mais les termes de cet article sont insultants et manque totalement du respect qu'il est censé dénoncer!
être militante de la Société Civile, c'est quoi au juste?, n'empêche pas d'avoir un minimum de connaissances politiques et de diplomatie.
et parler du respect de la Chine vis-à-vis de l'Afrique serait risible si ce n'était pas si dramatique.

2.Posté par Fall le 12/07/2017 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alimata a raison. Point de diplomatie e en la matière.

3.Posté par paracétamol le 12/07/2017 11:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
les termes exacts de Macron :
«« Quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d'y dépenser des milliards d'euros, vous ne stabiliserez rien».
je ne pense pas que la surnatalité soit cause du sous- développement et je dénonce aussi ces propos.
il faut reconnaitre qu'avoir des nombreux enfants est culturel.
et le manque de contraception n'est pas dû qu'à un manque financier

4.Posté par Fall le 12/07/2017 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Propos pleins de sous-entendus et par conséquent générateurs de malentendus.

5.Posté par paracétamol le 12/07/2017 12:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
source Le Monde :
«Diaspora africaine : recherche don d’ovocytes désespérément
En France, le don d’ovocyte est gratuit et anonyme, ce qui réduit drastiquement l’accès des couples d’origine africaine au phénotype noir. Beaucoup font le choix de l’étranger.
Par STÉPHANIE PLASSE contributrice Le Monde Afrique
Temps de lecture : 3 min
A l’hôpital Jeanne-de-Flandre, à Lille, en janvier 2014. PHILIPPE HUGUEN / AFP
« Il y a des nuits où rien ne va, où je ne peux plus surmonter cette situation. » Cela fait cinq ans que Didi, 26 ans, d’origine sénégalaise, attend une donneuse d’ovocytes de phénotype noir. Elle souhaite donner naissance à un enfant qui lui ressemble. A 20 ans, les médecins lui ont diagnostiqué « une insuffisance ovarienne précoce ». Pour la première fois, Didi a entendu ce terme médical devenu aujourd’hui si familier : « Fécondation in vitro [FIV] avec don d’ovocytes ». Le seul moyen pour elle d’avoir un enfant.
Avec son mari, ils font face, même si les médecins les avaient avertis des délais. « L’attente pour l’accès à un don d’ovocytes est plus longue pour les couples noirs, ce qui retarde la prise en charge de ces patients » , confie le professeur Nathalie Rives, présidente de la Fédération des Centres d’études et de conservation des œufs et du sperme (Cecos). De manière générale, en France, le nombre d’ovocytes reste « insuffisant » avec « un délai d’attente qui peut durer plusieurs années », note l’Agence de biomédecine. En 2014, il y avait seulement 501 donneuses pour 2 452 couples en demande.
LA SUITE APRÈS CETTE PUBLICITÉ
Convaincre les femmes noires de donner
Malgré la persévérance de certains médecins qui tentent de créer une chaîne de solidarité pour rendre le don plus rapide, les donneuses d’ovocytes de phénotype noir sont rares, reconnaît Nathalie Rives. Pour pallier ce manque, Sandrine, 34 ans, originaire du Cameroun, s’active sur la Toile. Cette jeune femme souffrant d’infertilité a créé un site, Donovocyteafricain, et un groupe Facebook, Une Fée noire pour un don d’ovocytes, afin de convaincre les femmes noires de donner. Même si l’effort est remarquable, il est insuffisant pour renverser la tendance.
SUR LE MÊME SUJET
Infertilité : un couple ivoirien raconte son bébé-éprouvette
Devant cette situation, les médecins encouragent les couples à chercher une donneuse dans leur entourage. Même si ces ovocytes, en vertu du principe d’anonymat, ne servent pas directement au couple recruteur, ils accroissent la ressource ovocytaire et réduisent le délai d’attente pour avoir accès à un don. « Une procédure qui, selon l’anthropologue Véronique Duchesne, est souvent mal acceptée par ces femmes qui pensaient pouvoir bénéficier d’un don direct intrafamilial. » Quand elle a su qui lui fallait un don d’ovocytes, Laury, 41 ans à l’époque, originaire du Cameroun, a immédiatement demandé à sa sœur. Non pas pour « remonter dans la liste d’attente », mais pour que son « enfant possède ses gènes ». Elle est donc partie en Belgique, où la loi autorise le don direct.
A l’instar de Laury, elles sont nombreuses à avoir franchi la frontière pour espérer avoir un enfant et ce, même si leur parcours de procréation médicalement assistée (PMA) est totalement pris en charge en France. Aujourd’hui, Didi économise pour aller en Espagne : 6 900 euros pour une FIV avec don d’ovocytes. « J’ai perdu tout espoir d’avoir un enfant en France. Je ne peux plus attendre », confie la jeune femme. Même constat pour Sandrine qui a choisi le Portugal et Ursula, 39 ans, qui a opté pour le Cameroun.
Des donneuses rétribuées
Dans ces pays, les donneuses d’ovocytes sont rétribuées, à la différence de la France, où cependant elles bénéficient d’une prise en charge à 100 % des actes médicaux et des frais généraux engagés à l’occasion du don. Conséquence, les délais d’attente diminuent, passant de quelques années à quelques mois.
« Ces femmes ne vont pas donner leurs ovocytes en France alors qu’elles savent que dans leur pays d’origine, elles pourraient être rémunérées » , souligne Guy Sandjon, médecin chef du centre de PMA de la Clinique de l’aéroport de Douala, au Cameroun, qui paye les donneuses d’ovocytes 350 euros, « l’équivalent du coût d’une année universitaire ».
SUR LE MÊME SUJET
En 2016, 23 couples français d’origine africaine ont franchi les portes de son établissement pour une FIV avec don d’ovocytes, ce qui correspond à environ 4 % de sa patientèle. Ursula et son mari en font partie. Après une tentative infructueuse en Espagne, Ursula s’est tournée vers son pays d’origine en raison notamment de ses tarifs avantageux : environ 4 000 euros pour une FIV avec don d’ovocytes. Un choix inenvisageable pour Sandrine qui aurait eu peur de se confronter aux questions de sa famille restée au pays.
Comme elle, beaucoup de ces femmes ont eu du mal à parler de leur stérilité. « Même si elles sont nées en France, elles ne sont pas coupées de leur pays d’origine. Elles subissent la pression sociale. En Afrique, une personne qui est stérile ne respecte pas le pacte social et se met dans une forme d’infraction envers la société » , observe l’anthropologue Doris Bonnet qui a codirigé avec Véronique Duchesne Procréation médicale et mondialisation. Expériences africaines (L’Harmattan, 2016). Du fait de leur « inutilité », certaines femmes ont été violentées par leur mari ou craignent d’être abandonnées par lui. Alors, quand les médecins leur proposent des donneuses d’ovocytes de type caucasien, plus accessibles, beaucoup refusent par peur du rejet.
Par STÉPHANIE PLASSE contributrice Le Monde Afrique»

6.Posté par Sindoné le 12/07/2017 12:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'Afrique n'est certes pas surpeuplée et souffre plus de ses dirigeants corrompus et incompétents, mas les chômeurs polygames avec une marmaille de 15 enfants plus les moutons: "ku leen bëg jagal jagadi".

7.Posté par Tintin le 12/07/2017 19:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
cette dame est bien susceptible ....!!!! toutes les études économiques montrent que les taux croissance de 5 à 7% de l'Afrique sont annulés par une trop grande natalité dans de nombreux pays (Niger , Mali etc....) d'ailleurs une grande partie hélas de la jeunesse Africaine va se noyer en Méditerranée car les états sont incapables de leur trouver un travail décent

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.