Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Forte pression aviaire à Diama: Les oiseaux granivores menacent les récoltes de riz

Samedi 3 Août 2013

La pression aviaire est de plus en plus forte dans le delta du fleuve Sénégal. Dans la communauté rurale de Diama, les moineaux Quéléa-Quéléa sont en train de détruire sur près de 500 ha les cultures de riz au moment où les paysans espèrent récolter de grandes quantités de paddy.


Forte pression aviaire à Diama: Les oiseaux granivores menacent les récoltes de riz
Ces derniers risquent même de voir les rendements chuter de 10 à 3 tonnes à l'hectare.
Une visite guidée des parcelles rizicoles situées dans cette partie de l'arrondissement de Ndiayes, organisée hier par les responsables de l'International Agro business Corporation (IAC), une société sénégalo américaine, a permis de constater les dégâts importants causés par les oiseaux granivores à Rawett, Mboubène, Ndiofogne, Taba Tarèze, etc..

Selon le Directeur Général d'Iac, Abdoulaye Diop Diama, les paysans se lèvent le matin de très bonne heure pour passer la journée dans les champs à chasser ces oiseaux, qui ont déjà détruit une bonne partie des cultures sur une superficie globale de près de 500 ha emblavée en riz.

Ce qui est inquiétant, a-t-il poursuivi, c'est l'impossibilité pour les cultivateurs de rembourser les crédits bancaires qui leur ont permis de mettre en valeur ces terres cultivables.

Pour qu'il y ait autosuffisance en riz dans notre pays, il faudrait, de l'avis de M. Diop, que le gouvernement mette tout en œuvre pour aider la Saed (dans le domaine de l'encadrement), la Direction de la Protection des Végétaux (pour la lutte phytosanitaire), la banque (pour l'assouplissement des conditions d'accès au crédit agricole) et les paysans (dans le domaine de l'acquisition des semences de qualité, des engrais et autres intrants), à accomplir la mission qui leur est dévolue.

Dans le même sens, Boubacar Sow, Abdoulkhadre Sarr, Mbaye Sow et autres cultivateurs de Mboubène et Taba Tarèze, ont précisé qu'ils sont obligés de mobiliser tous les jours les enfants et les ouvriers agricoles, moyennant quelques espèces sonnantes et trébuchantes, pour les inviter à chasser ces oiseaux granivores par la méthode "du concert de casseroles".
Mbagnick Kharachi Diagne


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.