Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Législatives 2017 : gouverner, c’est prévoir. Par Papa Larou MAR

Lundi 3 Juillet 2017

Le Sénégal se dirige à grand pas vers des élections législatives. La façon dont sont préparées ces échéances majeures ne peut nous épargner de nous questionner sincèrement sur l’amateurisme d’État.


Législatives 2017 : gouverner, c’est prévoir. Par Papa Larou MAR
La controverse des cartes d’identité a été largement abordée et les explications laborieuses fournies par le gouvernement et ses apparatchiks n’ont pas convaincu grand monde. En effet, comment justifier le manque d’anticipation dans les procédures de passation de marché d’un document administratif qui se renouvelle tous les dix ans, pire, évoquer le prétexte d’urgence pour passer ce marché dans des conditions nébuleuses. Aussi, il est légitime de s’interroger sur la capacité du gouvernement à gérer les véritables urgences qui ont pour noms emploi, santé, éducation, accès à l’eau, etc.

Toujours au même chapitre de ces cartes d’identité, l’absence de filiation est une hérésie face à nos procédures administratives lourdes, les versions en couleur ou en noir et blanc une preuve d’improvisation, la distribution lacunaire une preuve d’amateurisme avec le risque que beaucoup de sénégalaises et de sénégalais soient privés de leur droit de vote consacré par la constitution. La rupture d’égalité n’est pas très loin.

Un risque non moins important est celui de la météo, conséquemment à la date choisie pour ces élections. Les premières pluies qui ont arrosé le pays sonnent comme une alerte dont le gouvernement doit tenir compte. La disponibilité des lieux de vote doit être interrogée car ces mêmes salles de classe servent de refuges pour les populations inondées.


De plus, l’accessibilité même des routes menant aux lieux de vote tout comme l’acheminement des procès-verbaux vers les tribunaux doit être analysée et un plan d’action établi en conséquence. Les difficultés d’accès qui ont retardé la visite de la délégation ministérielle conduite par le Ministre de l’intérieur à Oudalaye dans le Ranérou du fait des inondations confirment cette crainte. Il ne sera pas acceptable de dire que nous ne savions pas.
Le risque d’une forte abstention ne saurait être écarté avec la question du retour d’exode des populations en direction des zones agricoles, ce qui les éloigne de leur bureau de vote. Les pouvoirs publics devraient prendre les dispositions utiles pour afin de leur permettre ainsi d’accomplir l’exercice de leur droit citoyen.

 
Il est par ailleurs urgent de trouver des solutions rapide face aux 47 listes en lice pour simplifier ces procédures de vote. La question devrait être débattue de manière franche et sincère avec les acteurs politiques, la société civile, les experts et techniciens. Les alertes des imprimeurs sur la disponibilité en papier, les coûts logistiques, l’aberration de jeter à la poubelle autant de tonnes de papiers interpellent tout esprit raisonnable et citoyen. À un mois des élections, l’urgence d’évacuer cette question pour aborder le fond du débat lors de la campagne qui démarrera dans moins de dix jours n’est plus à démontrer.

Nous prenons ici le risque d’espérer que la sagesse, le patriotisme, l’intelligence anticipatrice et l’esprit d’ouverture permettront de démontrer que notre pays est à la hauteur des défis qui le bousculent, au-delà des divergences. Puisse cet espoir ne pas rester vain.

 
Papa Larou MAR  
Coordonnateur  MPCL Saint –Louis
Coalition Pole alternatif/ 3éme Voie
SENEGAL DEY DEM

 


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par apr le 03/07/2017 15:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Grand mane je t'estime beaucoup. Ce sont ces genres de personnes qui devraient diriger notre coalition benno bokk yakkar. Il est social et engagé et j'espère que le maire Mansour va te voir car tu vaux plus que ces pourritures qui nous envahissent :les fatou thiam, Baila wone,Amsa sourang, Laminé sylla,etc.

2.Posté par Bass ndiaye le 03/07/2017 16:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien vu, le niveau est élevé et ces gens qui nous dirigent ne comprennent rien. Tous les ingrédients sont réunis pour un hold-up électoral. Et le vrai combat de l'opposition devrait tourner autour de ces questions

3.Posté par Pape beye le 03/07/2017 16:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très belle contribution, nos encouragements

4.Posté par Xunxunöor le 03/07/2017 19:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vision pessimiste et galimatias.. C'est vraiment ridicule comme analyse... Dites plutôt que vous n'êtes pas prêts à affronter le verdict des urnes, et là, je vous plains, car les autres eux, ont déjà affiné leurs armes. Jetez l'éponge, et laissez nous continuer.

5.Posté par Modou gueye le 03/07/2017 20:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Deguena deug vu que ay vrais badolos nous gno yoré rewmi, ils font tout pour s'accrocher au pouvoir.des élections préparées de la sorte, je ne l'ai jamais vu:de senghor, en passant par diouf, jusqu'à wade. De vrais tiounés

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.