Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Les nominations en conseil des ministres de ce 24 juillet 2019

Mercredi 24 Juillet 2019

​Au titre des mesures individuelles le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Les nominations en conseil des ministres de ce 24 juillet 2019
Monsieur Bassirou SENE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°384.106/H, précédemment Ambassadeur du Sénégal en France, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Adama BARROW, Président de la République de Gambie, avec résidence à Banjul, en remplacement de Monsieur Saliou NDIAYE ;

Madame Codou Gueye MAR, Professeur d’Université est nommée, Recteur fr l’Université Amadou Mahtar MBOW ;

Monsieur El Hadji Ibrahima SALL, Economiste, est nommé Président de la Commission d’Evaluation et de Suivi des Politiques et Programmes publics.

Monsieur Haidar El Ali, est nommé Directeur général de l’Agence Sénégalaise, de la Reforestation, de la Grande Muraille verte(ASRGM)

Monsieur Abdou Ndéné SALL, Ingénieur polytechnicien, est nommé, Directeur général de la Société nationale du TER (SN/TER).






Monsieur Bamba KA, Docteur en Economie, précédemment Conseiller technique au Cabinet du Ministre des Finances et du Budget, est nommé Directeur général du Secteur financier et de la Compétitivité au ministère des Finances et du Budget, poste vacant ;

Monsieur Abdoulaye SAMB, Inspecteur principal du Trésor, matricule de solde n°608 864/H, précédemment Coordonnateur de la Direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor, est nommé Secrétaire général du ministère des Finances et du Budget, poste vacant ;

Monsieur Lamine LO, Expert en Développement et Financements d’Infrastructures, titulaire d’un Diplôme d’Ingénieur de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, spécialisation finance, est nommé Directeur des Financements et des Partenariats Public-Privés à la Direction Générale de la Coopération, des Financements Extérieurs et du Développement du Secteur Privé et des Partenariats du Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération ;

Monsieur El hadji Ibrahima Boutouthe MANE, Ingénieur de Conception en Génie Civile, précédemment Directeur Général Adjoint de la société Aéroport International Blaise DIAGNE (AIBD SA), est nommé Directeur Général de la Coopération des Financements Extérieurs et du Développement du Secteur Privé et des Partenariats au Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération ;

Monsieur Papa GUEYE, Commissaire de Police, titulaire d’un Doctorat en Droit privé et Sciences criminelles, est nommé Directeur général de l’Ecole nationale à Vocation régionale de Cybersécurité (ENVR).


                                                                    
Fait à Dakar le 24 juillet 2019
                                                 Le Ministre Porte-Parole du Gouvernement
                                                          Ndèye Tické NDIAYE DIOP 


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par B.PIDO le 25/07/2019 02:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LA POLITIQUE AMÉNAGEMENT ET LES FONCTIONS TECHNIQUES LE CORPS DES PONTS ET CHAUSSÉES DU GÉNIE CIVIL A L ’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
Cette recherche sur le Corps des Ponts et Chaussées et la politique d'Aménagement du Territoire se situe dans le cadre d'une réflexion sur l'Architecture, les Corps Techniques et l'Etat et renvoyait à l'origine au débat ingénieur-architecte, et à la monopolisation ,prétendue ou réelle, par les ingénieurs des interventions sur l'espace.
Le cas des ingénieurs des Ponts et Chaussées est en effet de ce point de vue exemplaire.
Le Corps des Ponts et Chaussées est souvent présenté comme l'archétype des grands corps techniques de l'Etat, et en tout cas comme un des plus anciens.
Distinct des ingénieurs militaires il préexiste au corps des Mines, laissé pour compte de l'Ancien Régime et qui ne s'organise vraiment qu'au XIXe siècle avec la montée de l'industrialisation.
En ce sens la création de "l'Ecole" des Ponts et Chaussées par Daniel Trudaine en 1743, présentée comme une date fatale pour les architectes cautionnerait l'installation d'un corps d'ingénieurs destinés à prendre en charge l'aménagement du territoire et traduirait dès l'Ancien Régime un choix de l'Etat, involontaire et inconscient sans doute , mais qui n'en est pas moins significatif,en faveur des ingénieurs dans le conflit qui se dessinait entre ingénieurs et achitectes.
Avec la création de l'Ecole des Ponts et Chaussées et le système de recrutement et de "reproduction" qu'elle met en place et qui préfigure le système des "Grandes Ecoles" se serait ouvert un processus de monopolisation de la structuration de l'espace en faveur des ingénieurs avec toutes les conséquences qui en découlent au niveau de la conception de cet espace.
L'histoire du Corps des Ponts et Chaussées, devenu partie intégrante de l'appareil d'Etat refléterait l'histoire de l'implication progressive de l'Etat dans la structuration de l'espace, processus dont le Corps des Ponts et Chaussées apparaîtrait alors comme le produit et l'agent.
A L’Ere des technocrates" pour reprendre le titre de l'ouvrage de J.P. Thoenig et à l'époque du "Mal Français" selon A. Peyrefitte on retrouverait à la même place les ingénieurs des Ponts et Chaussées comme agents de la centralisation administrative.
La nomination d'un ingénieur, ce qui humiliait Fontaine est interprété par Navier comme une option architecturale ce qui est loin d'être certain. " Cette décision, prise sur le rapport de M. de Montalivet alors directeur général des ponts et chaussées avait été motivée par le désir de voir apporter dans les grands travaux d'architecture, alors en projet, les conditions qui ont toujours caractérisé les travaux des ingénieurs, c'est-à-dire la préoccupation des besoins à satisfaire, plutôt que des formes extérieures, dans la conception, l'exactitude dans les évaluations et l'économie dans l'exécution. "
L'aménagement du territoire est conçu avant tout comme la mise en valeur des terres que les voies de communications traversent. La production est interprétée en un sens quasi physiocratique comme un développement de la richesse humaine.
La construction d'une voie de communication (autoroute, chemin de fer…) augmente dans le pays qu'elle traverse la valeur de la propriété foncière, il donne un nouveau prix aux denrées du sol; il offre une prime au travail des habitants , il excite l'industrie, il la développe ou la fait naître, en lui procurant à bon marché les matières premières, et en donnant un débouché à ses produits. Le bien être se propage ; le peuple, plus riche, mieux nourri, mieux vêtu est aussi plus éclairé ; la population s’accroît, tous les genres de consommation se multiplient, les mutations deviennent plus fréquentes, et de cette aisance générale naît pour le trésor public une foule de revenus qui lui rapportent.
Les idées clé de la doctrine actuelle doit être la prééminence de la science, l'importance de l'industrie, le rôle du crédit.

2.Posté par Tintin le 25/07/2019 10:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr Bassirou SENE a une belle promotion : il passe d'ambassadeur de France à Ambassadeur de Gambie....!!!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.