Connectez-vous
NDARINFO.COM | Les News du Sénégal et de l'Afrique
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Matam - Déperdition Scolaire : Plus de 15 mille enfants hors du système

Mercredi 20 Janvier 2021

La déperdition scolaire est encore une équation non-élucidée dans la région de Matam où plus de 15 mille enfants en âge de scolarité, ont abandonné l’école ou en sont exclus. Une anomalie que la Cosydep et l'ONG 3D comptent corriger, en venant à la rescousse de l'inspection d'académie par l'érection de classes passerelles.


Matam - Déperdition Scolaire : Plus de 15 mille enfants hors du système
Il y a 15 600 enfants et adolescents qui sont, selon l'Inspection d'académie de Matam, en situation de décrochage scolaire et non-scolarisés. Plus singulièrement, dans les zones impactées, les taux d’abandons sont très élevés. Ils se situent respectivement à 22,27 %, 28,43 % et 36,55 % pour les communes de Ndendory, Orkadiéré et Hamady Ounaré (source IEF Kanel).

C’est dans cette perspective que le programme USAID Kawral, mis en oeuvre par le consortium ONG 3D –Cosydep sur financement de l’USAID, de concert avec les autorités administratives et académiques, les communes impactées par l’activité minière extractive et les communautés, propose un modèle intégré et innovant de prise en charge des déperditions scolaires.

Le secrétaire exécutif de la Cosydep, Cheikh Mbow, venu assister à un atelier de deux jours axé sur les modalités de la mise en œuvre des classes passerelles pour pouvoir réinjecter dans le circuit officiel ces élèves, s'est montré confiant quant à l'atteinte des objectifs.

"Ce modèle se veut aussi d'être financé par les ressources minières. Vous le savez, Matam est la troisième région minière du Sénégal. Par conséquent, nous pensons que la RSE devrait pouvoir avoir du sens. Nous reposons évidemment nos espoirs sur la présence de la Somiva. Ce programme veut apporter des réponses à ces milliers d'enfants déscolarisés de manière prématurée, donc qui n'ont pas fait les dix années d'obligation scolaire ou alors qui ont été non-scolarisés. Nous, en tant qu'organisation de la société civile, donc structure de veille et d'alerte, nous avons voulu apporter notre contribution", fait-il savoir.

Soutenu par un cadre réglementaire formel mis en place par arrêté par le gouverneur de région, le modèle espère compter sur la responsabilité sociétale de l'entreprise (RSE) de la Somiva, la contribution des collectivités territoriales impactées par l’exploitation minière dans le département de Kanel et l’implication des organisations communautaires de base et des porteurs des priorités de l’éducation au niveau local.

La prise en charge de ces enfants et adolescents hors du système éducatif a nécessité aussi une implication plus accrue et soutenue de la part des acteurs de la communauté.

Si l'on en croit le coordonnateur de l'USAID Kawral Ibrahima Yero Diop, les coalitions des participations citoyennes doivent être sollicitées dans ce combat.

"Nous attendons des coalitions d'assurer une bonne dissémination du modèle alternatif de prise en charge des cas de déperdition scolaire, qui est une vision du programme USAID Kawral. Nous savons que la région de Matam fait partie des régions qui exécute le programme d'accélération de la scolarisation.
Donc, un des résultats majeurs du programme USAID Kawral, était d'arriver à produire un modèle de prise en charge des déperditions scolaires, pour relever la scolarisation et l'employabilité des jeunes dans la région de Matam. C'est à ce titre que les coalitions sont engagées dans la sensibilisation des communautés pour arriver à réduire le stock de déperdition scolaire de la région de Matam", explique-t-il.

Pour rappel, l'académie de Matam est classée première devant toutes les 13 autres du Sénégal, aux examens du Baccalauréat 2020.

EnQuete