Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

PROPOSITION VOLONTAIRE D’UN PROJET DE DISCOURS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE SUR L’ACTUALITÉ NATIONALE, POUR LA PAIX ET LA STABILITÉ AU SÉNÉGAL

Lundi 8 Mars 2021

PROPOSITION VOLONTAIRE D’UN PROJET DE DISCOURS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE SUR L’ACTUALITÉ NATIONALE, POUR LA PAIX ET LA STABILITÉ AU SÉNÉGAL
Sénégalaises
Sénégalais
Mes chers compatriotes

Depuis quelques jours, notre cher pays le SENEGAL, traverse des moments difficiles caractérisés par des manifestations violentes qui menacent la stabilité nationale, la cohésion sociale et les valeurs fondamentales de la NATION. Je déplore avec la dernière énergie ces agissements populaires suscités par le contentieux judiciaire entre monsieur Ousmane SONKO et mademoiselle Adji SARR qui ont causé plusieurs morts et blessés. Je présente mes condoléances les plus attristées aux familles éplorées et prie pour le repos de leurs âmes. Je rends un vibrant hommage aux forces de défense et de sécurité pour leur engagement à faire régner l’ordre au péril de leurs vies.  

Chers compatriotes

La constitution me confère la responsabilité exclusive de veiller à la consolidation de la cohésion sociale et à la préservation de l’unité nationale. Depuis mon élection en 2012, vous conviendrez avec moi que je me suis toujours efforcé à assurer ces missions si nobles, si délicates, si précieuses à tel enseigne que notre pays est cité comme une référence africaine en matière d’Etat de droit, de démocratie mature et de bonne gouvernance. Je compte toujours préserver ces acquis démocratiques comme l’ont fait mes éminents et respectueux prédécesseurs, notamment les présidents Léopold Sédar SENGHOR, Abdou DIOUF et Abdoulaye WADE.

J’ai l’intime conviction, mes chers compatriotes, que le retour de la stabilité est impérieux, judicieux et précieux pour que le calme soit rétabli, les sénégalais épanouis et que l’on puisse ensemble dégager des perspectives de gouvernance inouïes pour le bien-être et le mieux-être des sénégalaises et sénégalais.

Pour ce faire, de façon sereine et souveraine, je demande au ministre de la justice - de surseoir l’exécution des poursuites engagées contre Monsieur Ousmane SONKO, notamment « troubles à l’ordre public » et « participation à une manifestation non autorisée » Il pourra alors regagner paisiblement son domicile, revoir sereinement sa famille et reprendre correctement ses activités politiques. De telles décisions fortes, auréolées de sagesses et d’esprit de dépassement, augurent de belles perspectives pour le rétablissement de la paix et de la stabilité dans notre chère patrie.

Chers compatriotes,

L’Etat du Sénégal a entamé la mise en œuvre opérationnelle de la deuxième phase du Plan Sénégal Emergent pour raviver notre économie encore fragile, créer des emplois pour la population juvénile et impulser les dynamiques de développement durables dans les villes. Des résultats probants ont été obtenus en termes de performances sectorielles et de transformation structurelle de l’économie, mais sachez que vos revendications m’ont permis d’avoir une nouvelle lecture de votre vécu.  

Vous voulez encore plus !  Vous voulez de l’emploi ! Vous voulez une réduction des denrées alimentaires ! Vous voulez plus de confort et de réconfort !  Alors, Je vous fais savoir que j’ai décrypté vos messages et mettrais tout en œuvre pour assouvir – avec soin – vos besoins vitaux.   

J’avoue que la conjoncture économique mondiale, conjuguée avec les effets néfastes de la pandémie COVID-19 ont entrainé la décroissance économique, la déchéance des systèmes productifs et l’indigence des communautés, dans tous les coins du globe.  C’est pourquoi nous avions mis sur pied un fonds de 1000 Milliards pour supporter l’onde de choc de ces offenses exogènes. Ainsi, en réponse aux questions économiques et sociales de l’heure, j’ai le plaisir de vous annoncer les mesures suivantes :

-    La réduction des denrées de premières nécessité (riz, sucre, huile et farine)
-    La réduction de l’électricité et de l’eau ;
-    L’augmentation de la bourse des étudiants
-    La poursuite de l’octroi des bourses familiales
-    La mise en place d’un dispositif d’allocation chômage pour les jeunes
-    La baisse des loyers.

Les modalités pratiques de ces mesures vous seront communiquées dans les semaines à venir. L’Etat mobilisera ces ressources importantes en jouant sur des leviers économiques structurants à travers notamment la renégociation approfondie des contrats gaziers, pétroliers et accords de pêche, la contribution du secteur privé national, l’impulsion des systèmes productifs locaux (SPL), l’accompagnement des grappes de convergence et des pôles territoires portés par l’Acte III de la décentralisation, lequel vise à instaurer des territoires viables, porteurs de croissance et résilients aux changements climatiques.

Ces ressources financières mobilisées - par le biais d’un dispositif de financement participatif et endogène -   permettront à l’Etat du Sénégal de mieux réussir sa volonté de servir, de nourrir et d’épanouir les 16 millions de Sénégalais que vous êtes. Ces mesures prendront effet à partir du 1er Juin 2021. Les ministères concernés pendront toutes les dispositions pour qu’elles soient effectives aux échéances précédemment indiquées.

Sur la problématique de l’emploi, une stratégie inclusive et participative sera adoptée - dans les jours à venir - avec toutes les couches de la populations (l’opposition, la société civile, les chefs religieux, les organisations faitières, le secteur privé, les universités, le secteur informel, les jeunes, les femmes, etc.) pour trouver des solutions salvatrices, fondatrices de nouvelles perspectives d’insertion et d’épanouissement socioéconomique pour la jeunesse sénégalaise.

Une jeunesse qui mérite d’être écoutée, choyée et accompagnée pour un Sénégal Emergent, un Sénégal riche et prospère, un Sénégal puissant et rayonnant, un Sénégal uni et épanoui, un Sénégal de paix et qui reste en paix.

Par ailleurs, la question du troisième mandat revient avec acuité et occupe une place centrale dans le débat politique national. Ce soir, chers compatriotes, je décide de mettre fin à ce débat. JE NE ME PRESENTERAIS PAS aux élections présidentielles de 2024, conformément à la constitution du Sénégal Je compte poursuivre ce présent mandat avec un bilan positif et significatif pour ensuite organiser des élections libres et transparentes. Les sénégalais pourront choisir librement leur futur président de la République en 2024.

Chers compatriotes,

La France et le Sénégal sont des amis souverains qui entretiennent des collaborations fructueuses sur le plan diplomatique, économique, politique, scientifique, social et culturel. Soyez convaincus qu’aucun accord n’a été signé avec la France sans évaluation. Les avantages, les inconvénients et les risques résiduels que ces accords bilatéraux peuvent avoir - au présent et dans le futur - sont scrupuleusement scrutés par le gouvernement. Soyez-en simplement rassurés !

Cependant, pour plus de transparence et de redevabilité sociale, on veillera à mieux impliquer les populations sénégalaises – regroupées au sein de plateformes - dans les processus de décision avant la signature de tout accord avec nos partenaires étrangers. Également, nous ferons des efforts substantiels sur le renforcement du niveau d’implication du secteur privé sénégalais dans les chantiers multiformes et multidimensionnels de l’Etat du Sénégal à l’effet de rehausser leur capacité d’investissement.  

La concertation, le dialogue et l’écoute seront désormais notre arme, notre crédo, notre principe d’action. D’ici à 2024, je serais encore plus proche de vous. Je mettrais en œuvre vos exigences en matière de construction économique et sociale de notre pays. Je tends la main à tout le peuple, pouvoir comme opposition, acteur public comme acteur privé, les hommes comme les femmes. Ensemble nous parviendrons à relever les défis du moment pour notre résilience, notre abondance et notre réjouissance collective aujourd’hui et demain.     

Je ne saurais terminer sans remercier et rendre un hommage aux autorités religieuses et coutumières pour leur médiation sur le retour au calme dans notre pays. Que la paix, la sécurité, la sérénité, l’unité, la fraternité et l’amour continuent de régner sur notre chère patrie, le SENEGAL, pays de la Teranga.

Vive la Patrie
Vive la Nation
Vive le Sénégal

PAR
Papa Mamadou CISSE
Ingénieur en développement Local
Spécialiste en gouvernance locale




 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.