Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Riz tolérant aux stress abiotiques: 60 chercheurs en conclave à Ndiayes.

Lundi 27 Mai 2013

Plus de 60 chercheurs africains et asiatiques ont planché hier, à Ndiayes, sur les réalisations et les défis de la deuxième année de la phase 2 du projet Strasa (riz tolérant au stress pour les paysans pauvres), mis en œuvre par Africa Rice (Centre International du Riz pour l’Afrique).


Riz tolérant aux stress abiotiques: 60 chercheurs en conclave à Ndiayes.
L’objectif de cette rencontre internationale et annuelle, selon Dr Baboucar Manneh, chercheur spécialiste en sélection variétale, est de permettre aux différents partenaires d’Africa Rice d’évaluer les recherches sur le riz tolérant aux stress abiotiques liés aux changements climatiques.

Le projet Strasa, a-t-il rappelé, permet d’augmenter les rendements de riz des paysans pauvres de 50% et les revenus de 15% par an à travers la fourniture de semences de variétés de riz tolérantes au stress et l’amélioration des capacités d’au moins 20 millions de personnes.

Il vise ainsi, a-t-il précisé, à réduire le risque d’échec de la culture due aux stress abiotiques et à stimuler davantage d’investissements, non seulement des semences améliorées, mais aussi des engrais et autres intrants de production.
Le Représentant Régional d’Africa Rice, Dr Vincent Bado, a souligné que cette rencontre annuelle est une opportunité pour AfricaRice et ses partenaires d’évaluer ensemble les travaux de recherche en cours sur le Strasa. Un accent particulier sera mis sur la recherche de technologies d'adaptation aux changements climatiques pour la riziculture.

L'approche de recherche, le développement végétatif au champ, les rendements probables, les techniques culturales de gestion intégrée et les performances, d'environ 300 variétés de riz tolérantes à la salinité, à la chaleur extrême, au froid intense et autres stress abiotiques liés aux changements climatiques, seront évalués et discutés avec les partenaires.
Des variétés tolérantes à la salinité, à la chaleur extrême et au froid intense, pourraient être homologuées au Sénégal, a-t-il laissé entendre.

La station régionale du Sahel, a-t-il rappelé, a créé et diffusé au moins 24 variétés de riz pour les trois types de riziculture (irriguée, pluviale et bas-fonds) qui sont également cultivées dans les 8 pays de sa zone d’intervention. En partenariat avec l'ISRA (Institut Sénégalais de Recherche Agricole), la station a fait homologuer et diffuser entre autres, 3 nouvelles variétés de riz Nerica, le Nouveau Riz pour l’Afrique qui est issue du croisement du riz d’origine africaine (Oryza Glaberina) et le riz asiatique (Oryza Saliva). Ces variétés sont à l'origine du boom actuel de la riziculture pluviale dans la région de la Casamance et il y a une très forte demande en semences que les producteurs semenciers ont de la peine à combler.

Le dernier succès de la station a été la création récente de 3 variétés de riz de qualité aromatique qui ont enregistré également un succès remarquable auprès des compteurs. Sur les 5 stations de recherche d'AfricaRice à travers l'Afrique, la station régionale du sahel constitue de par sa localisation au Sénégal, une opportunité incontestable pour le développement de la riziculture dans ce pays.

Mbagnick Kharachi Diagne
Le SOleil