Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

SAINT-LOUIS - CRD SPÉCIAL SUR LE RIZ : quatre mesures « ambitieuses » pour lever les contraintes sur la commercialisation du riz local.

Jeudi 29 Janvier 2015

Le ministre du Commerce, du secteur informel, de la Consommation, de la promotion des produits locaux et des PME a annoncé ce matin à Saint-Louis quatre mesures fortes pour régler la problématique de la commercialisation du riz.


Alioune SARR, au CDR de ce matin.
Alioune SARR, au CDR de ce matin.
Alioune SARR qui s’exprimait au micro de Ndarinfo.com lors d'une réunion spéciale du comité de développement sur lea commercialisation du riz, de l'oignon et de la tomate fraiche, a plaidé pour la mise en place d’un mécanisme de défense commerciale avec l’introduction d’une taxe complémentaire à l’importation. Cette TVA qui n’était pas perçue sur les importations de riz pour des raisons sociales peut contribuer, selon le ministre à renchérir le riz importé de 16% à 18 % de son niveau actuel et selon les stades de commerce.

M. SARR a également annoncé la régulation des importations des mécanismes de gel saisonnier ou l’instauration d’un système de quotas d’importation qui seront attribuées aux importateurs en fonction des achats de riz local lorsque l’offre de riz local est suffisante pour satisfaire le marché.

Il a évoqué la subvention de la commercialisation du riz pour susciter plus de compétitivité dans le secteur et l’élaboration d’un plan de communication sur le riz pour promouvoir ce produit auprès des consommateurs sénégalais.

Ces mesures viendront s’ajouter à la modernisation des circuits de distribution du riz local, l’organisation et le développement d’achats publics.

Des productions de 350 000 tonnes d’oignons, de 90.000 tonnes de terre, 200.000 tonnes de tomate industrielle sont inscrites dans les objectifs à atteindre pour l’autosuffisance en 2017 avec une exportation de 157.000 tonnes de fruits et légumes.


NDARINFO